Marjorie Scardino : femme d'expérience et de conviction rejoint Twitter

 |   |  679  mots
Marjorie Scardino dispose d'états de service impressionnants à la tête du groupe Pearson, qui possède notamment le Financial Times. (Photo - Reuters)
Marjorie Scardino dispose d'états de service impressionnants à la tête du groupe Pearson, qui possède notamment le Financial Times. (Photo - Reuters) (Crédits : Reuters)
Peu après son entrée en Bourse, Twitter a nommé à la dernière minute Marjorie Scardino à son conseil d'administration, dont la composition uniquement masculine a été critiquée. L'ex-patronne du groupe Pearson aux compétences reconnues n'est pas là pour faire de la figuration.

"Nous sommes heureux d'accueillir @marjscar au sein de notre conseil d'administration". Ainsi est tombée la nouvelle de la nomination de Marjorie Scardino parmi l'équipe dirigeante du réseau social Twitter. L'annonce de l'arrivée d'une femme pour compléter un conseil d'administration alors composé de sept hommes blancs avait été faite le 7 novembre par le patron de Twitter Dick Costolo sur Bloomberg TV. Il répondait aux critiques qui visaient le site de micro-blogging au moment de son introduction en Bourse.

D'une gazette locale à la tête du groupe Pearson

Mais cette nomination n'a rien d'un choix fait à la va-vite. Car le CV de Marjorie Scardino, soixante-six ans, a de quoi en impressionner plus d'un. C'est une femme de médias, alors que Twitter est lui-même souvent comparé à un média, ou un amplificateur d'audience des médias. Diplômée en Français et en psychologie à la Baylor University de Waco, au Texas, la native d'Arizona s'est ensuite envolée pour San Francisco afin d'y obtenir l'équivalent d'un doctorat en droit à l'université de San Francisco.

Alors qu'elle est encore avocate à la Savannah Law Firm, elle fonde avec son mari en 1978 la Georgia Gazette, un journal local dans l'État de Géorgie, qui sera publié jusqu'à la moitié des années 1980. C'est finalement un échec financier. Mais pas un coup d'arrêt pour Marjorie Scardino qui déclarera plus tard qu'il lui a bien plus appris que tous ses succès.

Elle a ensuite poursuivi sa carrière dans le journalisme. Passant de l'Associated Press à The Economist où elle exercera d'abord le poste de directrice de la rédaction américaine avant d'être nommée directrice de la publication. Elle est ensuite recrutée par le groupe Pearson dont elle prend la tête en 1997. Le groupe britannique possède notamment le quotidien financier Financial Times. Elle est alors la première femme à la tête d'un groupe du Footsie 100, l'équivalent du Cac 40 à la City. Ses bons et loyaux services lui vaudront d'obtenir la nationalité britannique et même d'être décorée par la reine, pour devenir Dame Marjorie Scardino.

Il faut dire que sa longévité et ses états de service à la tête du groupe sont impressionnants. Lorsqu'elle en prend la tête, la société, créée par Samuel Pearson en 1844 s'essouffle. Sous le règne de Marjorie Scardino, Pearson devient l'un des plus grands groupes d'édition au monde. Le nombre de ses employés double, ses ventes triplent, tout comme ses profits. L'action du groupe gagne 80%, alors que le Foostie n'aura gagné dans le même temps que 40%. Ce qui fait regretter à la profession son récent départ à la retraite.

Une femme de convictions

Profondément proeuropéenne, elle a récemment profité de son aura pour défendre la construction de l'union politique et économique sur le Vieux Continent. Elle a en revanche émis de vives critiques à l'encontre de la bureaucratie européenne qui, à son sens, freine l'avancée de la construction.

"Si vous n'avez personne d'assez courageux pour dire 'nous devons construire quelque chose qui nous unit', vous n'aurez jamais une union au sens où l'ont les États-Unis. Les politiques européennes sont sans imagination et bureaucratiques", s'était elle agacée en avril dernier.

C'est donc une femme d'expérience et de conviction dont l'équipe dirigeante de Twitter s'est adjoint les services, même si sa carrière est désormais plutôt derrière elle. "@Twitter Merci. Il ne pouvait y avoir meilleur moment dans l'histoire de Twitter pour vous rejoindre!", a-t-elle répondu au message de bienvenue en guise de premier tweet de son histoire. Comme si à soixante-six ans, une nouvelle vie commençait pour elle.

LIRE AUSSI :

>> La high tech américaine fait la part belle aux femmes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :