Le rachat de WhatsApp par Facebook entériné par l'Union européenne

 |   |  196  mots
L'achat de WhatsApp par Facebook avait déjà validé par les autorités américaines en avril 2014.
L'achat de WhatsApp par Facebook avait déjà validé par les autorités américaines en avril 2014. (Crédits : reuters.com)
Le réseau social dirigée par Mark Zuckerberg n'a pas rencontré de résistance de la part de la Commission européenne sur l'acquisition de l'application mobile, à 19 milliards de dollars.

L'Union européenne aurait été bien cocasse de refuser le cadeau que veut s'offrir Facebook, avec WhatsApp. Pour ses 10 ans d'existence, le réseau social californien s'est accordé le luxe de racheter l'application mobile de messagerie la plus en vue pour quelque 15 milliards d'euros, en février 2014. Comme le rapportait déjà fin septembre le Wall Street Journal, Bruxelles, qui a mené une enquête sur cette offre depuis le 29 août, n'a rien trouvé à redire.

Le commissaire à la Concurrence, Joaquin Almunia, a ainsi déclaré :

"Nous avons soigneusement étudié ce projet d'acquisition et nous avons abouti à la conclusion qu'elle ne nuirait pas à la concurrence sur ce marché dynamique et en croissance. Les consommateurs continueront d'avoir un vaste choix d'applications de communication grand public."

"Les barrières à l'entrée sont basses"

Interrogé par le journal financier américain, Ankur Kapoor, avocat à New York dans l'antitrust déclarait alors

"Dans le marché pour des applications de messagerie et des services de messagerie, il y a un bon nombre d'acteurs et les barrières à l'entrée sont basses."

En outre, la transaction avait déjà été validée par les autorités antitrust américaines, en avril dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2014 à 14:43 :
Comme vous par exemple? Vous ne parlez pas depuis l'Europe là?
a écrit le 26/09/2014 à 19:26 :
L'Europe a toujours aimé les voyous !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :