Élection présidentielle américaine 2020 : Donald Trump accuse Google de le défavoriser

 |   |  311  mots
Le président Donald Trump a déclaré sur Twitter [surveiller] Google de près
Le président Donald Trump a déclaré sur Twitter "[surveiller] Google de près" (Crédits : Bryan Woolston)
Donald Trump a accusé mardi Google de le défavoriser illégalement pour la prochaine élection présidentielle américaine, qui se tiendra en 2020. Sur Twitter, le président américain a déclaré "surveiller de près" le moteur de recherches.

Donald Trump, qui reproche régulièrement aux géants de la tech d'être politiquement biaisés, a accusé mardi Google de le défavoriser illicitement à l'approche de la prochaine élection présidentielle américaine. Le patron de la société, Sundar Pichai, était récemment dans le Bureau ovale pour expliquer "qu'il ne prévoyait pas d'illégalement saboter l'élection de 2020 malgré tout ce qui a été dit allant dans le sens contraire", a affirmé le président américain sur Twitter.

Mais, sans apporter de preuve, le locataire de la Maison Blanche a par la suite repris à son compte les accusations portées sur la chaîne conservatrice Fox News par un ancien ingénieur de Google affirmant que le groupe californien voulait "s'assurer que Trump perde en 2020" et d'un journaliste assurant que Google avait, en 2016, supprimé des articles négatifs sur Hillary Clinton et mis en valeur d'autres articles négatifs sur Donald Trump. "Tout cela est très illégal", a affirmé le président avant de prévenir: "Nous surveillons Google de près".

Mettre fin à la "collusion" entre réseaux sociaux et démocrates

Le magnat de l'immobilier avait déjà laissé entendre récemment que son administration allait mener des investigations sur Google à la suite de commentaires du milliardaire Peter Thiel qui l'accuse d'être infiltré par les services de renseignements chinois.

L'offensive de Donald Trump face aux géants de la Silicon Valley n'est pas nouvelle. Début juillet, il avait encore organisé un sommet à la Maison Blanche sur les réseaux sociaux, sans les principaux acteurs du secteur tels Twitter et Facebook, mais avec nombre de personnalités et organisations ultra-conservatrices. Il avait alors appelé à explorer toutes les solutions législatives ou réglementaires possibles pour mettre fin à la "collusion" entre les réseaux sociaux et ses adversaires démocrates.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/08/2019 à 14:13 :
Pourquoi les médias ont ils besoin de rapporter les faits et gestes des personnes qu'ils désapprouvent en permanence? Il semble plus malin que vous!
a écrit le 07/08/2019 à 9:30 :
UN ballet spectaculaire dont on ferait mieux de ne pas se méler si on veut éviter de se tromper.
a écrit le 07/08/2019 à 9:12 :
Le fait est que Trump entretient des rapports exécrables avec les GAFA qui ont été des contre pouvoirs depuis la campagne de 2016. Notamment en donnant la parole aux opposants (mais pas que...) qui l'ont ridiculisé à maintes reprises et ont assez efficacement démonté les fake news du candidats président.

Ceci dit, les réseaux sociaux ont également été utilisés par les alliés russes pour faire la campagne de Trump, ne l'oublions pas. Et twitter est son meilleur vecteur de propagande.

Inversement on pourra se souvenir qu'à l'époque Trump avait été soutenu par la quasi totalité des télévisions privées, totalement partiales et inféodées.

Le problème de Trump c'est qu'il est paranoîaque donc que quiconque n'est pas totalement d'accord avec lui, est catalogué comme ennemi mortel.
a écrit le 06/08/2019 à 23:29 :
Si les médias s'interdisaient toute forme de critique envers D Trump , les choses iraient mieux. L'air de rien en Russie les journalistes vont en prison quand ils prennent trop leurs aises et cela amène une certaine convergence de point de vue, les lecteurs s'y retrouvent mieux. On commence à en avoir marre de la démocratie.
a écrit le 06/08/2019 à 21:29 :
...par un ancien ingénieur de Google affirmant que le groupe californien voulait "s'assurer que Trump perde en 2020"...

Réaction :
Information pas crédible du tout.
Ou sommes -nous avec
la neutralité «  du web »?
C’est dans l’intérêt de Google ( ou autres grands de l’hitech) d’être neutre et apolitique
( sphère publique)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :