En guerre contre Amazon, Trump va-t-il taxer les livraisons du e-commerce ?

 |   |  586  mots
(Crédits : Reuters Photographer)
L'administration Trump préconise une hausse des tarifs postaux des colis envoyés par les entreprises de commerce en ligne, dans un rapport publié mardi 4 novembre. Il avait été commandé par Donald Trump en avril dernier à la suite de ses nombreuses critiques visant Amazon. Le président américain accuse l'ogre du e-commerce de profiter de tarifs préférentiels de La Poste américaine.

Alors que la France planche sur un projet de taxation des livraisons du e-commerce, les États-Unis pourraient ouvrir la voie. Un rapport du Trésor américain, publié le 4 novembre, préconise d'augmenter les tarifs postaux des colis envoyés par les entreprises de commerce en ligne. "L'USPS (La Poste américaine, ndlr) perd de l'argent depuis plus d'une décennie et son modèle économique est insoutenable", affirme en préambule le rapport. Victime de la numérisation des échanges, la Poste américaine a enregistré une perte de 2,7 milliards de dollars pour l'année fiscale 2017 et 69 milliards de dollars au cours de la décennie passée.

Selon le rapport, la hausse du volume d'envois de colis grâce au développement de e-commerce ne permet pas de compenser la perte globale de trafic.

"Bien que les volumes de colis augmentent en raison de l'essor du commerce électronique, leurs revenus ne peuvent à eux seuls compenser la baisse de revenus des courriers. De plus, à mesure que l'USPS livre davantage de colis, elle fait concurrence aux entreprises de livraison privées et fausse les prix globaux sur le marché de la livraison de colis", souligne le rapport.

Amazon, cible privilégiée de Trump

Conséquence : l'administration Trump recommande de distinguer l'offre de La Poste américaine entre "services postaux essentiels", qui bénéficient d'un prix du transport subventionné, et services commerciaux, qui seront facturés au prix du marché. Le président américain Donald Trump ne s'est pas encore prononcé sur la publication du rapport, qu'il avait lui-même commander en avril dernier. À l'origine de sa colère : l'ogre du e-commerce Amazon.

Depuis son investiture, Donald Trump accuse régulièrement Amazon de profiter de tarifs postaux trop avantageux.

"On dit que La Poste américaine perd 1,5 dollar en moyenne sur chaque colis livré par Amazon. Cela fait des milliards de dollars au total", écrivait sur Twitter Donald Trump en mars dernier.

Un premier rapport du Trésor avait pourtant conclu qu'Amazon ne bénéficiait pas de tarifs préférentiels. Le président américain avait quand même récidivé en avril, avant de commander un nouveau rapport : "Seuls les imbéciles, ou pire, disent que notre pauvre (Poste américaine) gagne de l'argent avec Amazon", écrivait-il sur Twitter.

Les consommateurs, victimes collatérales ?

Des taux plus élevés pour l'envoi de colis pourrait heurter Amazon, qui, selon Morgan Stanley, confierait à La Poste américaine jusqu'à 45% de ses paquets, rapporte le Wall Street Journal. C'est pourquoi le rapport a été froidement accueilli par The Package Coalition, organisme rassemblant plusieurs entreprises de commerce comme Amazon ou la National Retail Federation (association américaine de commerce de détail).

"En augmentant les prix et en privant les Américains de services de livraisons abordables, (ces) recommandations devraient nuire aux consommateurs, aux grandes et petites entreprises, en particulier les communautés rurales", écrit l'organisme dans un communiqué de presse.

En France, le Sénat a adopté en juin dernier un amendement introduisant une taxe sur chaque commande passée sur Internet, dans le cadre de la proposition de loi "Pacte national de revitalisation des centres-villes et centres-bourgs". Selon l'article 27, la taxe varierait selon la distance de livraison. Lorsque la distance de livraison est inférieure à 50 kilomètres, alors le produit serait taxé à 1% du prix TTC. Entre 50 et 80 kilomètres, la taxe s'élèverait à 1,5%. Au-delà, elle serait de 2%. Peu importe la valeur du bien, la taxe ne pourra pas être inférieure à 1 euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2018 à 11:13 :
Sa puissance politique lui permet pourquoi s'en priverait il ?

Mais aussi pourquoi censurer cette simple phrase ???
a écrit le 05/12/2018 à 19:11 :
la Chine va lui dire merci !
a écrit le 05/12/2018 à 18:46 :
Il a la puissance politique nécessaire pour leur imposer, il aurait bien tort de s'en priver.
Réponse de le 06/12/2018 à 14:27 :
C'est vrai : il a la puissance politique pour devenir le fossoyeur de l'économie américaine. Et il ne s'en prive pas !
Réponse de le 09/12/2018 à 10:56 :
@ mutipseudos:

"C'est vrai : il a la puissance politique pour devenir le fossoyeur de l'économie américaine. Et il ne s'en prive pas ! "

C'est tellement con ce que tu dis là que je sais pas quoi répondre...

Signalé
a écrit le 05/12/2018 à 16:47 :
Il a raison, ça nous pollue!
Réponse de le 06/12/2018 à 14:28 :
Moins que vos commentaires abscons, cher bref, beaucoup moins !
a écrit le 05/12/2018 à 16:07 :
Exact ! Trump, qui est tout juste capable de comprendre les quelques mots d'un tweet, est en train de couler l'économie et la société us. Certes, il prétend que le chômage n'augmente pas, mais à quel prix. jamais les usa n'ont compté autant de travailleurs pauvres, en situation précaire (avec des conditions d'emploi que les français qui bêlent d'admiration devant trump n'accepteraient, bien entendu). Jamais la fracture sociale n'a été aussi importante. Jamais la pauvreté et la précarité n'ont été aussi importantes; Certes, il y a (un peu) d'emplois, mais si les emplois ne permettent pas de se loger ou de se nourrir, à quoi bon ? Comme celle de macron, la politique économique de trump ne fait que dans l'apparence, le paraître, les chiffres tronqués et le très, très court terme. Aucune vision d'avenir. On voit d'ailleurs le résultat - réel, pas celui de quelques reportages soigneusement manipulés et partiaux - des deux côtes de l'Atlantique. Echec complet sur toute la ligne. Enfin, vous avez raison : il faut dire merci à trump. grâce à lui, les pays du Golfe n'ont jamais été autant en position de force sur le plan géostratégique et diplomatique (malgré quelques tweets et autres harangues aussi futiles que vains et jamais la Chine n'a connu autant d'années d'évolution économique favorable. Des chiffres, qui stagnent un peu certes, mais qui restent toutefois un millier de fois meilleurs que ceux des usa ou de la france. CQFD
a écrit le 05/12/2018 à 15:42 :
Ma VMC (France) venue d'Annecy (35km) est passée par Lyon, ça compte comme 'distance" pour taxer le colis ? Les transporteurs ne vont pas toujours en ligne droite, ayant des ramifications logistiques pour optimiser les trajets, dépenses, ......
"profiter de tarifs préférentiels de La Poste américaine" comme toutes les autres ? Vu les volumes pantagruéliques, ça se négocie vigoureusement...
Trump déborde de bonnes intentions, à voir si ça ne fera pas boomerang plus tard.
Mes bouquins, sauf en anglais, je les commande chez Fna*. Aller chez Decitr* à Chambéry c'est compliqué (15km + parcmètres même dans la zone éloignée où j'avais mes aises, mais ça c'était avant, sinon en bus y a deux lignes qui se croisent (Chambé, fréq 10min, Aix fréq 30 min) et faut presque prévoir 1/2 journée au total).
a écrit le 05/12/2018 à 15:25 :
en economie on subventionne ponctuellement certains services ( notamment d'infrastructure) quand ca aide au developpement.....
ici il faut refacturer, en economie ca s'appelle ' internaliser des externalites'
et effectivement, le consommateur ne sera plus sponsorise
a écrit le 05/12/2018 à 15:13 :
Merci, trump, de continuer à saboter l'économie américaine qui était déjà vachement chancelante, de tenter de couler Amazon et de laisser la place libre au... chinois (!!) Alibaba. Auriez-vous, discrètement, bien entendu, des intérêts personnels chez Alibaba comme vous continuez à faire du business privé avec des promoteurs chinois (dans l'immobilier, en Chine) et à faire fabriquer tout votre matériel électoral (banderoles...) entre Pékin et Shanghaï ? Merci, en tout cas, d'autant soutenir l'économie non-américaine et notamment l'économie chinoise. "China, first", cher Donald ? En tout cas, vous êtes en passe de faire encore mieux que vos prédécesseurs, les Bush en tête : devenir le vrai fossoyeur de l'économie us.
a écrit le 05/12/2018 à 14:59 :
On a dit plus de nouvelles taxes.
Qu'est ce qu'ils ne comprennent pas ?
a écrit le 05/12/2018 à 14:21 :
Vu le boom des commandes pour Noël grâce aussi aux GJ et la paresse des uns et des autres
...il va se faire un bon pactole !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :