Facebook bientôt condamné à une amende de "plusieurs milliards de dollars" aux Etats-Unis

 |   |  440  mots
La Federal Trade Commission pourrait infliger à Facebook une amende à hauteur de plusieurs milliards de dollars
La Federal Trade Commission pourrait infliger à Facebook une amende à hauteur de plusieurs milliards de dollars (Crédits : Reuters/Leah Millis)
La Federal Trade Commission, l'autorité de la concurrence américaine, s'apprête à infliger à Facebook une amende record en réaction aux récents scandales sur les données personnelles comme Cambridge Analytica. D'après le Washington Post, son montant pourrait dépasser les 2 milliards de dollars.

Facebook devrait bientôt payer pour ses scandales à répétition. La Federal Trade Commission, garante des droits des consommateurs américains, s'apprête à infliger au réseau social de Mark Zuckerberg une amende qui se chiffrerait à plusieurs milliards de dollars, rapporte le Washington Post. Un record. L'institution avait lancé son enquête en mars 2018, juste après les révélations de l'affaire Cambridge Analytica. Cette entreprise britannique avait eu accès aux données de plus de 87 millions d'utilisateurs de Facebook, sans leur consentement, le tout à des fins d'analyses politiques. Depuis, le réseau social a révélé une autre faille en septembre 2018, liée à un bug de la fonction "voir le profil en tant que", qui a compromis les données personnelles de 50 millions d'utilisateurs dans le monde.

Google avait été condamné à seulement 22,5 millions de dollars en 2012

Quel que soit le nombre de milliards infligés en pénalité, ce serait la plus grosse amende jamais donnée par la Federal Trade Commission à une entreprise tech, et de loin. En 2012, elle avait condamné Google à payer 22,5 millions de dollars, pour rupture d'un accord sur la protection des données des consommateurs.

D'après le Washington Post, la FTC est entrée dans une phase de négociations avec Facebook. En plus de l'amende liée aux non respect des conditions de protections de ses utilisateurs, la FTC demanderait à Facebook de concéder des changements dans ses pratiques. Facebook serait dos au mur. Si Mark Zuckerberg refuse l'accord, l'affaire devrait finir devant les tribunaux. Mais Facebook s'exposerait à un procès très médiatisé qui ternirait encore son image. De plus, si l'amende paraît énorme, elle doit être relativisée : Facebook a réalisé 6,88 milliards dollars de bénéfices nets sur le seul dernier trimestre de 2018.

Bientôt une sanction européenne dans le cadre du RGPD ?

La FTC, appuyée par le gouvernement américain, pourrait être la première agence à faire payer l'entreprise californienne pour son traitement des données personnelles. Mais en Europe, les instances de contrôle essaient également de sanctionner le groupe. En novembre, les dirigeants de Facebook ont fait appel après que le gendarme britannique les a condamnés à une amende de 500000 livres sterling (soit 640000 dollars).

De leur côté, les institutions européennes estiment à 5 millions le nombre d'utilisateurs européens touchés par la faille de septembre dernier. Or, le RGPD  prévoit une amende jusqu'à 4% du chiffre d'affaire mondial réalisé l'année précédente, en cas de violation des droits sur les données de personnes physiques. L'amende potentielle pourrait donc atteindre 1,63 milliard de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2019 à 11:19 :
"Facebook devrait bientôt payer pour ses scandales à répétition."

Pour qu'il y ai scandale il faudrait déjà que internet soit sûr, or même nos états nous imposent de passer par cet outil fonctionnant par principe par partage et donc ne pouvant jamais être sûr à 100%.

Ils font quoi les avocats des GAFA ? Entretenir la grande hypocrisie marchande...
a écrit le 16/02/2019 à 8:53 :
whaou
s'il y avait un FB europeen, la justice americaine qui est independante aurait condamne a 20 milliards d'amende, avec la meme independance qu'elle a condamne bnp a 10 milliards et les banques yankees a peanuts
a écrit le 16/02/2019 à 7:56 :
On est quand mème loin du laxisme européens envers les lobbies , les GAFA en particulier !
a écrit le 16/02/2019 à 6:32 :
La montagne de sucre va fondre un peu.
a écrit le 16/02/2019 à 0:52 :
Alors si on commence à condamner sur la protection des données personnelles alors là Orange va prendre très très cher le cancre de la protection des données de ses clients comme de ses salariés
a écrit le 15/02/2019 à 21:42 :
Et voilà, c'est enfin dit : Fessebouc, twiteur et les autres médias sociaux à la noix (vous savez : les médias où les lecteurs fabriquent eux-mêmes les contenus, pour remplir l’espace entre les publicités) servent d'outil de propagande.
Et la propagande, c'est l'arme des totalitaires.
Comme les Brexiters, ou les faux GJ, par exemple, qui ne supportent pas la vraie démocratie.
Réponse de le 16/02/2019 à 6:35 :
Parce que nos gouvernants ne font pas de propagande pour l'Europe peut-être ?
Réponse de le 16/02/2019 à 10:02 :
@Alex : nos gouvernants sont les élus du Peuple, que ça vous plaise ou non, et ils ont été élus en bonne partie parce qu'ils sont pro-européens : ils exécutent leur mandat en défendant l'Europe.
Et même si elle nous gonfle de temps en temps, l'Europe, c'est trop facile de la rendre responsable de tous les problèmes : chez les totalitaires, c'est toujours de la faute des autres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :