Droits TV de L1 : sans la manne Mediapro, les clubs bientôt dans le rouge

 |  | 794 mots
Lecture 4 min.
Photo d'illustration. Je ne connais pas d'entreprise qui peut perdre plus de 50% de son chiffre d'affaires et qui peut s'en sortir. Ça va durer combien de temps ?, témoigne un dirigeant de club de Ligue 1.
Photo d'illustration. "Je ne connais pas d'entreprise qui peut perdre plus de 50% de son chiffre d'affaires et qui peut s'en sortir. Ça va durer combien de temps ?", témoigne un dirigeant de club de Ligue 1. (Crédits : © Reuters Staff / Reuters)
Le conflit larvé qui oppose la Ligue de football professionnel (LFP) à Mediapro en ce qui concerne le paiement des droits TV commence à sérieusement peser sur les clubs qui, pour certains, ont décidé de contracter un emprunt à leur nom afin de faire face à la situation.

Le foot français en mal de trésorerie: réunis jeudi en assemblée générale après le non-paiement des droits TV par Mediapro, les clubs de L1 craignent de vivre "à crédit", entre incertitudes sur la capacité de la Ligue à emprunter et possibles reports de salaires.

Avec le non-respect par Mediapro de l'échéance due au 5 décembre, après celle d'octobre (172,3 millions d'euros) déjà impayée par le diffuseur espagnol, le manque à gagner pour la Ligue de football professionnel (LFP) approche les 350 millions d'euros...

Lire aussi : Droits TV : 5 questions pour mieux comprendre le conflit qui oppose la LFP à Mediapro

Certes, les clubs ont reçu une avance en octobre pour compenser leurs manques en droits TV, via un emprunt de la Ligue. Mais il faudra rembourser ce prêt dès le mois de février 2021, selon l'échéancier validé en assemblée générale.

Certains dirigeants commencent donc à trépigner, alors que la négociation en cours entre Mediapro et la Ligue n'a pas encore abouti et que Téléfoot, la chaîne du groupe catalan, continue de diffuser la Ligue 1 sans verser de contrepartie financière depuis deux mois.

Lire aussi : Coup d'envoi officiel pour Téléfoot, le pari colossal de Mediapro

"Je ne connais pas d'entreprise qui peut perdre plus de 50% de son chiffre d'affaires et qui peut s'en sortir. Ça va durer combien de temps ?", s'impatiente un dirigeant de club de Ligue 1.

"On s'étouffe"

L'urgence se fait d'autant plus grande que la Ligue risque de connaître des difficultés pour contracter un nouveau prêt en vue de payer les clubs au plus vite.

En effet, la LFP s'est endettée, depuis le printemps, de près de 350 millions d'euros: cela complique la tâche pour offrir des garanties auprès des établissements prêteurs, ont confirmé des sources proches des instances.

Conséquence: les clubs redoutent d'être livrés à eux-mêmes au point de devoir contracter individuellement un prêt auprès de leurs banques respectives.

Certains ont déjà pris les devants: Lyon, par exemple, vient d'annoncer la signature d'un "pré-accord" en vue d'un prêt garanti par l'État (PGE) d'un montant de 76,4 millions d'euros.

"Tous ces emprunts, c'est de l'argent à rembourser. Il y a des effets de ciseaux pas très agréables donc il faut attendre le résultat de la conciliation pour savoir quelles recettes il y aura en face. Laissons Vincent Labrune (le président de la LFP) travailler", positive Claude Michy, patron de l'UCPF, le syndicat regroupant la majorité des clubs de Ligue 2.

D'autres dirigeants sont plus inquiets. "Les clubs se sont mis à vivre à crédit pour s'en sortir", reconnaît un président de club de Ligue 1, avant d'évoquer, fataliste, des impacts potentiellement plus graves: "À un moment donné, on s'étouffe. Et si on ne trouve pas de solution sur les droits TV, la seule solution sera de reporter les salaires."

Cessations de paiements redoutées

Le sujet, déjà venu sur la table au printemps lors de l'arrêt des championnats, n'est plus tabou: le président de Reims et du collège regroupant les 20 clubs de Ligue 1, Jean-Pierre Caillot, a concédé dans les colonnes du Parisien que "plus de la moitié des clubs pourraient se retrouver en cessation de paiements" en février ou en mars.

Et l'entraîneur de Lille Christophe Galtier n'a pas masqué son inquiétude, samedi en conférence de presse. "Mon président fait tout pour que les salariés du club puissent être payés. Mais sans rentrées d'argent, les choses se compliquent. Il y a automatiquement des endettements. C'est une situation très, très préoccupante", a pointé le technicien.

Dans ces conditions, plusieurs dirigeants se tournent avec autant d'espoir que de ressentiment vers les pouvoirs publics, auxquels certains reprochent des dispositifs trop peu ambitieux.

Les exonérations de charges patronales étant limitées à 800.000 euros sur l'année, les clubs en ont en effet déjà bénéficié au printemps.

Et les 48 millions d'euros de compensation des pertes de billetterie du football professionnel, annoncés ces derniers jours, sont apparus pour certains comme un écran de fumée, tout comme la promesse d'étudier l'hypothèse d'un retour partiel des fans mi-décembre.

"C'est une façon de se déculpabiliser", peste un dirigeant de club de Ligue 1.

La ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu a tenté de rassurer en indiquant "partager l'inquiétude" du foot pro: "Il faut qu'on veille à ce que [...] nos structures restent en vie", a-t-elle lancé vendredi. Pas suffisant pour le moment pour rassurer les clubs, dont l'assemblée générale jeudi s'annonce tendue.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2020 à 9:10 :
Dur pour les joueurs de foot ils vont être obligés de rouler en Dacia et non plus en Ferrari.
a écrit le 07/12/2020 à 13:33 :
Si cette situation pouvait remettre les pendules à l'heure, ce ne serait pas une sinécure.
a écrit le 07/12/2020 à 11:48 :
Une bonne grosse crise qui tuerait l'argent dans le foot rendrait enfin à ce sport ses lettres de noblesses hein.

Partout où passe la cupidité des mégas riches l'activité trépasse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :