Pourquoi Apple porte plainte contre la startup de cybersécurité Corellium

 |   |  315  mots
(Crédits : Mike Segar)
Apple a porté plainte ce vendredi en Floride pour violation de la propriété intellectuelle à l'encontre de Corellium. Fondée en 2017, cette startup permet à ses clients de simuler virtuellement des produits Apple (iPhone et iPad) depuis une page Web pour proposer un accès à son système d'exploitation iOS... comme si le client détenait un véritable iPhone.

Apple part en guerre contre Corellium. La firme à la pomme croquée a déposé plainte ce vendredi en Floride contre cette startup méconnue, spécialisée dans la cybersécurité, rapporte le site spécialisé TechCrunch. Fondée en 2017, cette jeune pousse américaine édite des logiciels de virtualisation. Concrètement, elle permet à ses clients de simuler virtuellement des produits Apple (iPhone et iPad) depuis une page Web pour proposer un accès à son système d'exploitation iOS. En clair, c'est comme si le client se retrouvait avec un véritable iPhone virtuel entre les mains. Il est possible de faire la même chose avec Android, le système d'exploitation de Google, et Linux.

Corellium permet, entre autres, aux chercheurs en cybersécurité de pouvoir détecter des bugs potentiels. Si une faille est repérée, il leur est possible de charger très rapidement les précédentes versions d'iOS, d'Android ou Linux, pour chercher depuis combien de temps le bug est présent.

Corellium réplique l'iOS "sans licence, ni permission d'Apple"

Selon TechCrunch, Apple affirme qu'il s'agit d'une violation de la propriété intellectuelle. Le géant américain demande ainsi à Corellium d'arrêter "toutes les utilisations" de ses produits de virtualisation iOS et de lui verser des "dommages consécutifs et pertes de bénéfices".

"Corellium prétend être le fac-similé numérique parfait d'une vaste gamme d'appareils leaders sur le marché d'Apple. (La startup) recréée avec une attention minutieuse, non seulement la manière dont le système d'exploitation et les applications apparaissent visuellement à des acheteurs de bonne foi, mais également la solution sous-jacente grâce au code informatique. Corellium le fait sans licence, ni permission d'Apple", écrit la firme de Cupertino dans sa plainte.

Cette plainte intervient quelques jours seulement après l'annonce par Apple du lancement d'un programme de cybersécurité iOS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2019 à 19:13 :
Pour une fois je vais défendre Apple qui est légalement dans son droit . L'univers Apple étant fermé, cela implique d’empêcher les initiatives offrant la possibilité d'émuler IOS .
Le choix d'Apple d'avoir le contrôle de son ecosystème n'est pas que motivé par des considérations marketing, cela permet de limiter les vulnérabilités du système. Or l'émulation IOS est un outil qui ne va pas être utilisé uniquement par des personnes bienveillantes, il est donc logique qu'Apple s'y oppose.
Réponse de le 16/08/2019 à 19:47 :
On imagine que les gens spécialistes de la sécurité et détection des failles utilisent déjà le matériel Apple qui ne peut être exempt de reproches, même fermé, c'est codé par des humains. La "fermeture" n'empêche pas d'exploiter les failles une fois détectées par les pirates sauf si les spécialistes les trouvent et signalent à Apple avant, et que c'est corrigé rapidement.
Réponse de le 17/08/2019 à 12:23 :
sauf que dans le cas d'un meurtrier, il n'est pas possible aux services de police d'accéder au contenu de l'IPhone qui recèle souvent beaucoup d'indices !
Réponse de le 17/08/2019 à 12:23 :
sauf que dans le cas d'un meurtrier, il n'est pas possible aux services de police d'accéder au contenu de l'IPhone qui recèle souvent beaucoup d'indices !
a écrit le 16/08/2019 à 14:28 :
Si la financiarisation de l'économie a rendu cette dernière aussi ennuyeuse c'est pour cela, pour le brevet à savoir faire du fric avec du déjà fait et non avec tout ce qu'il y aurait à faire..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :