Comment les startups s'attaquent aux faux avis sur Internet

 |   |  1005  mots
Un tiers des commentaires sont faux sur Internet, selon la dernière enquête de la répression des fraudes (DGCCRF).
Un tiers des commentaires sont faux sur Internet, selon la dernière enquête de la répression des fraudes (DGCCRF). (Crédits : DR)
Avis vérifiés, Uziit, PlusQuePro... Ces startups françaises se sont spécialisées dans la vérification des avis clients face à la prolifération de faux commentaires sur Internet. Alors que les internautes consultent avidement les avis, au moins un tiers des commentaires en ligne serait faux.

C'est devenu un réflexe pour nombre d'internautes. Avant de réserver une table dans un nouveau restaurant ou choisir un artisan pour rénover sa maison, la lecture des commentaires sur Internet est devenue une étape incontournable du parcours client. Si un commentaire élogieux peut précipiter l'achat, un avis de client déçu pourra au contraire nuire à la réputation d'une entreprise... Alors que les faux commentaires pullulent sur Internet, une flopée de startups se sont lancées sur le marché de la vérification d'avis clients. Le but : assurer l'authenticité des commentaires pour rassurer les clients potentiels et améliorer l'image de marque des entreprises.

Selon le baromètre 2018 PagesJaunes, 7 internautes sur 10 consultent régulièrement des avis sur les professionnels. Et 51 % des internautes se disent influencés par les avis déposés par d'autres clients sur le choix d'un professionnel. Bémol : dans 1 cas sur 3, le commentaire est faux, c'est-à-dire que le client laisse un avis sur un restaurant dans lequel il n'est jamais allé, ou attribue une note à un produit qu'il n'a pas acheté - selon la dernière enquête de la répression des fraudes (DGCCRF) menée en 2016. Bien souvent, il s'agit de faux commentaires achetés auprès de sites spécialisés qui en ont fait leur fonds de commerce. Le phénomène est tel qu'aux États-Unis, l'autorité de la concurrence a décidé de sévir. Fin février, pour la première fois, elle a condamné un vendeur tiers d'Amazon à une amende de 12,8 millions de dollars. Ce dernier avait acheté une trentaine de faux avis positifs en 2014 auprès du site amazonverifiedreview, pour un montant de 1.000 dollars.

Cibler uniquement les clients avérés

Pour remédier à ce genre de situations, Avis vérifiés cible uniquement par mail des clients avérés, ayant déjà acheté un produit en ligne ou en magasin. Et les commerçants sont obligés d'accepter l'envoi automatique de mails à l'intégralité de leurs clients, afin d'améliorer la transparence et l'authenticité des avis reçus.

« Pour déceler les avis sincères et les différencier des frauduleux, PagesJaunes conseille d'abord aux internautes de prêter attention au nombre d'avis postés par le contributeur et aux dates de publication. Si tous les avis concernent le même secteur d'activité (la restauration par exemple), cela peut sembler suspect », explique dans un communiqué de presse, Guillaume Laporte,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2019 à 9:46 :
La technique de validation des commentaires se reposant sur l'achat réel ou l'utilisation réelle du produit ou service est en effet toujours mieux que rien mais malgré tout on part de loin.

Savoir si quelqu'un cherche à vous escroquer est un vrai métier, cela ne s'invente pas et ne s'annonce pas bruyamment de la sorte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :