Bug social chez Free

 |   |  747  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le syndicat Sud accuse le groupe Iliad d'avoir licencié injustement quatre employés du Free Center de Paris, début juillet. La fédération affirme que ces licenciements sont en réalité dus aux deux lettres écrites par les salariés au président d'Iliad, Cyril Poidatz, en février et mars 2013. Dans ces courriers, ils critiquaient leurs conditions de travail et réclamaient une hausse de leurs salaires. Des revendications qui auraient conduit à une "chasse aux sorcières". Le groupe assure que ces employés ont été licenciés pour "faute grave". Les salariés et le syndicat vont porter l'affaire devant les prud'hommes.

Ce devait être la vitrine de la marque Free. En juin 2012, le groupe Iliad ouvrait à Paris son premier Free Center. Un magasin design de 640m2 accueillant les abonnés mobiles et Internet six jours sur sept, de 9 h à 22 h. Treize mois après son inauguration, la boutique est au coeur d'une polémique. Le syndicat Sud accuse l'entreprise d'avoir procédé aux licenciements abusifs de quatre salariés.

"En avril dernier, les employés du Free Center ont écrit au directeur d'Iliad pour dénoncer leurs conditions de travail et réclamer une hausse de leurs salaires. Les responsables de la boutique ont alors organisé une véritable "chasse aux sorcières" pour trouver les personnes à l'origine de la mobilisation. Ils en ont désigné quatre et les ont ensuite licenciées pour faute grave sous de faux prétextes", accuse Patrick Ackermann, délégué Sud des activités postales et télécoms. Les salariés et le syndicat ont décidé de poursuivre le groupe aux prud'hommes pour "licenciements abusifs". De son côte, Iliad, qui préfère ne pas commenter l'affaire, affirme qu'il y a bien eu licenciements pour "faute grave".

Des employés menacés par des clients mécontents

"Ils ont été accusés d'avoir truqué les tickets clients et ils ont été remerciés", déplore Fabien Clairet, réprésentant Sud du Free Center. "Chaque client qui vient au magasin correspond à un ticket temps. Les vendeurs ne doivent pas rester plus de sept minutes avec la même personne. Le but étant d'en recevoir un maximum dans la journée. Lorsque l'on prend une pause pour passer un coup de fil ou pour transférer un dossier à un collègue, on stoppe le compteur du ticket pour ne pas être pénalisé. Si le salarié est trop lent, cela se répercute directement sur ses primes. La direction a estimé que ces quatre employés avaient stoppé injustement leurs tickets. Elle n'a pas cherché à savoir pourquoi !", regrette Fabien Clairet. "C'était juste un prétexte pour licencier des salariés soupçonnés d'être proches de Sud", estime, de son côté, Patrick Ackermann.

Revendications salariales

Dans leur première lettre adressée au directeur d'Iliad - Cyril Poidatz - le 6 février dernier, les salariés dénonçaient le manque d'organisation des systèmes informatiques des Free Centers. "Les incohérences au niveau des procédures informatiques internes nous empêchent de pouvoir faire au mieux face aux abonnés", expliquaient-ils. Ils réclamaient également davantage de communication entre les diverses entités du groupe: "Trop d'abonnés se plaignent d'avoir un discours totalement différent entre la hotline et les Free Centers, et ce manque de procédures engendre de nombreux conflits pouvant régulièrement porter atteinte à la sécurité des conseillers (insultes, menaces, etc.)."

Ils déploraient ensuite le montant de leurs salaires qui dépassaient difficilement 1.350 ? nets "pour les meilleurs d'entre nous". "Lors des entretiens d'embauches pour les personnes participant à l'ouverture du Free Center, l'équipe de recrutement nous a indiqué une base salariale fixe ainsi que des primes pouvant nous permettre d'obtenir des salaires entre 1.700 et 2.000 euros nets", remarquaient-ils alors.

Retard des élections professionnelles

Dans sa réponse, datée du 21 février dernier, Cyril Poitadz assurait que le groupe allait continuer à "porter (ses) efforts pour réduire ces incohérences" techniques. Le président soulignait également qu'il y avait sans doute eu un malentendu au moment du recrutement entre les rémunérations bruts et nettes. Des réponses qui n'ont pas satisfaits les salariés. Ils l'ont d'ailleurs fait savoir dans un second courrier daté de 14 mars dernier. "Suite à ces lettres, nous avons tous été convoqués par la direction. Elle a ensuite procédé à ces quatre licenciements", rapporte Fabien Clairet.

Le syndicat SUD reproche également au groupe de ne pas avoir organisé d'élections professionnelles depuis l'ouverture du Free Center. Suite aux convocations de la direction, les salariés ont désigné Fabien Clairet comme représentant syndical, mais son statut ne lui permet pas de négocier des accords collectifs. "Free regroupe une myriade de magasins et donc de petites entreprises. Ses salariés sont jeunes et peu syndiqués. Il y a un fort turn-over dans les équipes qui les rend très vulnérables", dénonce Patrick Ackermann. "Il y a bien un représentant syndical", persiste, de son côté, le groupe Iliad.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2013 à 13:42 :
Je ne vois pas autrement que des comportements pervers puissent exister a la direction "globale" de Free, dans la mesure ou Monsieur Niel qui a été condamné pour proxénétisme au temps du Minitel rose, ne puisse enrôler que des personnes qui soit a son image...,,
a écrit le 01/09/2013 à 9:54 :
Venez voir dans les centres d'appels de Bouygues Télécom, vous verrez qu'il n'y a aucune différence avec Free.
a écrit le 08/08/2013 à 0:57 :
toujours à se plaindre de tout, pas étonnant que le medef milite pour l'ouverture des frontières. vous ne voulez pas travailler, allez faire la queue à l'anpe. il faut laisser le temps à l'entreprise de trouver son train de croisière. moi, je pense que free est très bien.
a écrit le 03/08/2013 à 18:08 :
preuve une fois de plus que le low cost c'est la descente aux enfers pour les travailleurs, traités comme des esclaves,précarité de l'emploi, bas salaires, droit du travail bafoué...mais les clients n'ont pas de scrupules, ils prennent et ensuite votent à gauche pour se donner bonne conscience !!!
Réponse de le 05/08/2013 à 5:37 :
Puisque les produits de luxe Apple avec énorme marge générant des milliards de $ de bénéfices ne permettaient pas de payer les heures sup, les salariés concernés ayant été obligé de porter l'affaire devant les tribunaux.
Réponse de le 01/09/2013 à 9:13 :
@Patou:
Oui, nous sommes mieux traités. Enfin nous étions.
Interessement + Participation + PERCO + Mutuelle + revalorisation salariale chaque année.

Le low Cost c'est la perte de tout ces petits avantages.
Merci Free
a écrit le 03/08/2013 à 18:06 :
la devise chez free c'est le travail jusqu'à épuisement. il y a un moment que le malaise est présent, mais forte pression, pas de syndicats, turn over élevé, c'est ça ou la porte...ce n'est que le début de l'explosion de la bulle free, subventionné, aidé par le régulateur en dehors de toute règle normale du droit du commerce..., et maintenant les problèmes sociaux...le millardaire du minitel rose risque de vendre ses 59% d'actions (plus d'un million de dividende par mois !!) temps qu'elle est à son apogée, sinon son capital fa fondre come neige au soleil, signe : il a déjà vendu quelques petits % !!
a écrit le 03/08/2013 à 12:49 :
Free, Liberté.. (en français), et pourquoi on ne la nommerai pas JAIL avec ses JailCenters..
Arrêtons les euphémismes mais surtout arrêtons l'ode au TRAVAIL FETICHE.
a écrit le 03/08/2013 à 8:20 :
... depuis quelques temps déjà, le site "notetonentreprise" était quelque part le reflet de l'état d'esprit de l'entreprise (la mienne étant mal notée, c'était qd même le reflet de l'existant), il y avait des défauts avec ce site, mais quand on parle de plus en plus de transparence, il serait bien de remettre à jour un site tel que celui ci, quoiqu'en pense le patronat !
Si ce site avait existé lors de mon embauche dans mon entreprise, jamais je n'aurai postulé et pourtant c'est une boite réputée qui soigne juste son image extérieure mais c'est l'enfer à l'intérieur.
Pour un monde juste et honnête....!
Réponse de le 03/08/2013 à 8:48 :
Il devrait être obligatoire, pour chaque salarié, de laisser un avis annuel (anonyme bien sur, comme pour les élections) sur un site visible pour tous, je pense que cela ferait évoluer de manière très positive le monde de l'entreprise et la motivation et créerait aussi une compétition pour le bien être de tous.
Réponse de le 03/08/2013 à 9:22 :
Commentaires à déposer sur le site du Ministère du travail, par exemple, à l'heure ou les entreprises demandent de plus en plus de flexibilité, le commentaire pourrait être semestriel, cela donnerait une vue meilleure de l'évolution de l'état d'esprit dans les entreprises.
Réponse de le 03/08/2013 à 10:20 :
Aujourd'hui les syndicats ne représentent plus le personnel, il n'y a plus de "contre-pouvoir" dans l'entreprise.
Redonnons le pouvoir d'expression aux salariés, il faut de la flexibilité (pas que pour le patronat).
Avec la technologie, avec internet, notons, évaluons et commentons nos entreprises au vu et au su de tous.
Sachons évoluer pour l'amélioration de nos conditions de travail et pour l'avenir de nos enfants !
a écrit le 02/08/2013 à 22:39 :
vu comment free traite ses client je ne travaillerais pas chez eux
a écrit le 02/08/2013 à 17:03 :
Je pense que c'est une entreprise ou il ne fait pas bon vivre. Et je ne suis pas sûr qu'ils pronent l'évolution de carrière.
a écrit le 02/08/2013 à 16:52 :
C est bizarre de voir ces problèmes de plus en plus récurent journaux tv ?

Quand un employée décide d?assigner son ex employeur ce que vraiment tout les procédures aimable on été tenter.

Afin d avoir une équipe dynamique il est important de garder toujours une confiance mutuelle entre ses collègues ses responsables et son employeurs.

J invite free à travailler de manière plus constructive avec ses salariées et les partenaires sociaux.

A bonne entendeur

a écrit le 02/08/2013 à 16:43 :
On ne peut pas tout avoir, le salaire, des conditions de travaille descentes.... et faire de prix aussi plancher...
Réponse de le 03/08/2013 à 11:38 :
Oui vous avez raison, et le patron de free ne peut pas faire de gros profits non plus....Et les actionnaires ne peuvent pas non plus engranger de dividendes. Lorsque vous aurez toutes et tous compris la mécanique de ce genre de société, elle ne pourra plus faire de vous des variables d'ajustement...
Au fait, "travaille" s'écrit travail et "descentes" décentes















a écrit le 02/08/2013 à 15:12 :
SUD est un syndicat d'extremistes, cela ne fait pas de Free un employeur exemplaire mais franchement relaye les actions de SUD c'est donne du credit a des ideos revolus et nauseabonds.
Réponse de le 02/08/2013 à 16:55 :
Votre commentaire n'a pas sa place. SUD est là pour défendre les salariés, ce qu'ils font dans le cas présent. Point. Ca ne vous gene pas quand LT publie un article sur le MEDEF, donc merci de respecter la pluralité. Et ne vous inquiétez pas, quand SUD sera au coeur d'un scandal, LT vous en informera. Vous pourrez a ce moment déversez toute votre bile. Mais la vous êtes hors propos.
Réponse de le 02/08/2013 à 17:10 :
Heureusement qu'il y de la contradiction, c'est comme cela que l'on avance, peut être est-ce vous l'extrémiste ( ...non !?

et pour l'ortographe:
SUD est un syndicat d'extremistes, cela ne fait pas de Free un employeur exemplaire mais franchement relayeR les actions de SUD c'est donneR du credit a des ideAUX revolus et nauseabonds
Réponse de le 02/08/2013 à 17:12 :
Je suis desole mais SUD n est pas "un defenseur" des droits des salaries, mais d une caste! SUD vise a preserver les avantage indus de agents-para-publics de la SNCF, la SNCM, les Dockers Marseillais... Mettant en peril meme la survie de ces entreprises pour preserver des acquis indus! Et la je suis désolé mais ils detruisent eux meme leurs entreprise, le tissus economique Francais, l entreprenariat Francais en restant bloque dans des positions des années 50.... Ils refusent tout compromis, toute evolution..... Et sans compromis pas d avancées POINT BARRE....
Réponse de le 02/08/2013 à 23:22 :
Que viennent faire chez Free la SNCF, la SNCM et les Dockers Marseillais? Un représentant syndical défends les salariés de son entreprise, et son pouvoir est en réalité très limité. Prenez point par point tout ce que dénonce le SUDiste, et bien l'année prochaine la situation n'aura nullement évoluée!
Réponse de le 03/08/2013 à 9:39 :
que viennent Faire SNCF, SNCM et Docker??? on pourrait meme en ajouter d autre>>> Point commun SUD qui a ruine ces entreprises.... On continue???? SUD est un syndicat de "terroriste" qui refuse tout compromis tout cela au profit d une minorite....
a écrit le 02/08/2013 à 14:17 :
Une panne de serveur a touché hier Free et SFR. Une analyse serait bienvenue aussi.
Rançon du tout communication sur les primates greffés ou en passe de le devenir!
Pensez à ouvrir aussi une page de new sur les revendications des représentants des autres opérateurs.
a écrit le 02/08/2013 à 13:37 :
Et ça vaut un article en haut du site? Il y a tous les jours des dizaines de salariés qui sont licenciés pour faute en France (sans que cela vaille le moindre article dans la presse nationale).
a écrit le 02/08/2013 à 10:02 :
... manque d'humanité et de moralité dans les entreprises, méthodes malsaines d'intéressement du management avec les bonus, nouvel esclavagisme moderne, si c'est ça le progrès, l'homme n'a rien compris et reste un "primate", nous sommes quand même au XXI° siècle...!!!!
Réponse de le 02/08/2013 à 10:12 :
+1
Réponse de le 02/08/2013 à 10:59 :
Le nouveau jeu dans les entreprises !
Réponse de le 02/08/2013 à 11:10 :
La critique est facile, autant le management par la terreur est légion dans les entreprises françaises, autant les tire-au-flancs y sont également légion. Ayant connu les conditions de travail des centres d'appels, il n'est pas exceptionnel d'y observer des comportements inacceptables de la part de certains salariés qui abusent des pauses café/clope/pipi/caca/etc tandis que leurs collègues s'acharnent à traiter les nombreux appels en attente sans pouvoir prendre de pause à leur tour pour cause de restriction (pic d'appel en heure de pointe) et d'un management qui laisse parfois à désirer (plateau téléphonique déserté par les superviseurs pour se faire mousser par le reporting des stats). Ne connaissant pas l'environnement particulier de Free Center je serai bien incapable de délier le vrai du faux cependant il faut reconnaître que travailler dans un centre d'appel n'est pas de tout repos (surtout en sous-effectif) et demande une grande résistance psychologique (clients souvent verbalement agressifs voir insultants et management exécrable).
Réponse de le 02/08/2013 à 11:33 :
+1000> Mais le probleme est endemique en France, avec un "management a pepe", patriarcal voir dictatorial, du "flicage du nombre d appels recus et emis pour la prise de RDV, aux taux de multiventes, tout en demande "un taux de satisfaction client", et une apporche client alors que tout pousse a une apporche produit et a une politique de la batonnite...... La politique commerciale en France, a l heure du net 3.0 voir 4.0 en approche en est reste au "Papa 1.0"..... partout ailleurs on laisse plus d autonomie, on s attache certe au chiffre mais surtout a la qualite de ses chiffres PNB recurent contre PNB immediat..... Sans compter les salaires net "ridicules" alors que les salaires bruts augmentent..... Le sentiment que tout est fait pour l actionnaire "rapace" qui veut de l immediat alors que le retour sur investissement pour que ce dernier soit productif doit etre sur moyen voir long terme..... Tout cela concours a des derives, et des "resiliences" des salariés, et parfois des cadres..... Tout la politique entreprenarial/manageriale est a revoir en France et en Europe!
Réponse de le 02/08/2013 à 11:43 :
On ne peut pas faire du lowcost avec des salaires haut de gamme... c'est pas compliqué, pris de vente bas, salaires bas, il faut bien payer des 15 millions de dividendes annuels a Mr Xavier Niel..
Réponse de le 02/08/2013 à 16:30 :
Free Center n'est pas un centre d'appels -relisez l'article (magasin...accueillant les abonnés...)-. Ayant moi-même travaillé dans plusieurs centres d'appels, je trouve vos remarques sur les pauses assez pénibles à lire sur les collègues, mais je les reconnais justes sur les superviseurs et les reportings de toute sorte. Bon, sur le fond de l'affaire, à peine 1.500 ? nets dans une boutique design d'une société dont les dirigeants principaux se gorgent depuis des années, avec une image de (faux) rebelle "en dehors du système", c'est évidemment lamentable, et le prétexte trouvé pour se débarasser d'éléments est comme souvent spécieux et aura nécessité au besoin des témoignages (faux et achetés) aux autres, qui n'auront pas d'autre choix que de les signer. Le management par la terreur dans toute sa splendeur : la prochaine fois, ça peut être toi (même pas besoin de le verbaliser) & y'en a 50 dehors qui attendent ta place (et parfois, le plus terrible c'est que c'est vrai !)
Réponse de le 02/08/2013 à 19:00 :
Ah bon ... Et il faut combien d'euros par mois pour daigner travailler dans une boutique alors, design ou pas ? Sachant le coût du travail (double du salaire net), il ne faut pas s'étonner ensuite qu'il y a systématiquement destruction d'emploi dans le privé.
Réponse de le 02/08/2013 à 20:12 :
Que ce soit en centre d'appel ou en boutique, il s'agit de gérer des relations clients, ce qui devraient être valorisant pour les employés. On les en dégoûte avec des conditions de travail lamentables et toute une série de dispositifs les stressant encore plus...En France on n'aime pas le travail (et surtout l'argent issu du travail) et on n'aime pas les clients !
Réponse de le 03/08/2013 à 11:54 :
Pour claude34 vous écrivez :"le coût du travail etc..." je suggère, afin d'arrêter l'hémorragie que vous dites, de travailler sans salaire ainsi il y aura de l'emploi pour tout le monde.Ce que j'écris ici est aussi con que votre affirmation mais beaucoup plus logique...



a écrit le 02/08/2013 à 9:25 :
Le manque de conscience de nos compatriotes ne va pas affecter les ventes de FREE. J'ai noté que la prise de conscience des égoistes et des individualistes, ne s'effectuait que dans le prétoire des Prud'hommes, avant et aprés l'indifférence est la régle. La crise économique qui arrive, avec le chaos qui va s'en suivre, sera le résultat de cette indifférence généralisée.
a écrit le 02/08/2013 à 9:17 :
Il a free il a tout compris...
Réponse de le 02/08/2013 à 11:44 :
Il a free et est complice de fait que des salaries soient injustement licenciés...
Réponse de le 02/08/2013 à 12:29 :
je dirais même, il travail chez free il n'a rien compris.
Réponse de le 03/08/2013 à 18:26 :
Qui est les pigeons maintenant
Réponse de le 04/08/2013 à 10:21 :
Je n'ai pas tout compris: travailler chez Free, c'est le bagne.
On devrait remercier d'en être licencié...
surtout que c'est Sud pui ledit ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :