5G : la France lance des « plateformes d’expérimentations »

 |   |  500  mots
Aux dires de Sébastien Soriano, le président de l'Arcep, il y a aujourd’hui un « intérêt très fort » des industriels pour la 5G.
Aux dires de Sébastien Soriano, le président de l'Arcep, il y a aujourd’hui un « intérêt très fort » des industriels pour la 5G. (Crédits : Sergio Perez)
Le gouvernement et le régulateur des télécoms espèrent que ces programmes permettront aux industriels de développer des usages et services nouveaux.

Ce lundi, lors d'une conférence de presse à la Cité des sciences et de l'industrie de Paris, le gouvernement et l'Arcep, le régulateur des télécoms, ont levé le voile sur des « plateformes d'expérimentations » dédiées à la 5G. Qu'il s'agisse du port du Havre, du vélodrome national de Saint-Quentin en Yvelines, ou des gares de Rennes, de Bordeaux et de Lyon, ces programmes visent, pour l'essentiel, à apporter une infrastructure 5G pour tester des usages nouveaux. Ces réseaux seront mis à disposition des industriels ou des startups de divers horizons.

Ces plateformes fourniront la 5G via une bande de fréquences particulière, celle des 26 GHz. Celle-ci n'a encore jamais été utilisée par les opérateurs télécoms. Au contraire de la bande des 3,5 GHz, qui sera mise en vente dans les prochaines semaines, ces fréquences, qui feront l'objet d'une attribution ultérieure, ont la particularité d'offrir des débits extrêmement élevés. En revanche, elles ne disposent que d'une faible portée, et pénètrent mal les bâtiments. Les onze plateformes retenues bénéficieront d'une autorisation pour utiliser ces fréquences pour une durée maximale de trois ans.

Des « bacs à sable » numériques

Il faudra voir, sur le long terme, quels usages émergeront de ces « bacs à sable » numériques, dixit Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, lors de la conférence de presse. Un cadre de la SNCF a évoqué le test d'« un service de téléchargement quasi-instantané d'un film ou d'une série » en gare. Selon l'Arcep, des travaux de « restitutions sportives augmentées des compétitions » auront également lieu au vélodrome national de Saint-Quentin en Yvelines. Mais de manière générale, les représentants des plateformes présents à la conférence de presse ont été peu bavards sur les expérimentations à venir.

Reste que Sébastien Soriano, le président de l'Arcep, se veut optimiste. D'après lui, il y a un « intérêt très fort » des industriels pour la 5G. Or, cela n'a pas toujours été le cas. Au printemps dernier, le régulateur a déploré que les cadors de l'automobile, de la santé, des transports ou de l'énergie n'aient pas saisi une précédente opportunité de tester des services et usages liés à la 5G.

Sébastien Soriano a également indiqué qu'il réfléchissait, à terme, à réserver une partie des fréquences 26 GHz aux industriels. Ce qui pourrait leur permettre de bénéficier plus rapidement de la 5G. En attendant, ils devront obligatoirement passer par les opérateurs télécoms. Le gouvernement a en effet choisi de réserver les premières fréquences 5G, celles de la bande des 3,5 GHz, à Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2019 à 10:07 :
Contrairement à ce qui est indiqué dans l'article, la BLR 26GHz était bien utilisée par des opérateurs télécom dans les années 2000 pour fournir du 10M symétrique à un grand nombre d'entreprises...
a écrit le 08/10/2019 à 9:31 :
La 5G plus on avance et plus on comprend que c'est d'abord et avant tout bon pour les revenus du secteur marchand de ce fait crédibilité svp ? Zéro.

"Le commerce est l'école de la tromperie" Nicolas Machiavel
a écrit le 07/10/2019 à 21:30 :
"a déploré que les cadors ... n'aient pas saisi une précédente opportunité de tester des services et usages liés à la 5G"
Quels services et usages ? S'il n'y en a pas de spécifiques (hors fantasmes et annonces marketing ? Télécharger à la vitesse grand V, c'est du "comme avant mais plus rapide", donc rien de "novateur" comme usage, à 4800 bauds en RTC on arrivait bien à vivre informatiquement, lentement. :-)
Dire que je suis encore en 2G, je suis cromagnonesque.
26GHz c'est local, pour les arrêts de bus, faible puissance faible portée, émission à la demande du terminal de l'utilisateur, pas d'arrosage permanent d'ondes, parait-il.
La voiture "autonome" n'utilisera pas cette bande de fréquences courte portée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :