Exposition aux ondes, hyperconnexion... des ONG réclament un moratoire sur la 5G

 |   |  498  mots
Le déploiement de la 5G risque de faire basculer la planète et la société dans un monde aux conséquences hors de contrôle, dénoncent des ONG.
Le déploiement de la 5G risque de faire "basculer la planète et la société dans un monde aux conséquences hors de contrôle", dénoncent des ONG. (Crédits : Fabian Bimmer)
Alors que la France prévoit une couverture 5G des deux tiers de la population d'ici 2026, plusieurs ONG et associations réclament un débat citoyen approfondi sur les conséquences sanitaires et sociétales de cette nouvelle technologie.

Plusieurs ONG ont appelé, mercredi, à un moratoire sur le déploiement de la 5G, craignant des risques pour la santé mais aussi des conséquences "hors de contrôle" sur la société de cette technologie attendue comme une révolution dans la téléphonie mobile.

Permettant de transmettre beaucoup plus rapidement que la téléphonie mobile actuelle de très grandes quantités de données, la 5G promet le développement de technologies futuristes, voiture autonome, chirurgie à distance, usine automatisée et objets connectés.

Mais elle va faire "basculer la planète et la société dans un monde aux conséquences hors de contrôle", dénoncent Agir pour l'Environnement, Priartem / Electrosensibles de France et d'autres ONG.

Plaidoyer pour un "débat citoyen approfondi"

"Les technologies de la communication sans fil et du numérique ont déjà des impacts qui n'ont rien de virtuel: risques pour la santé physique et mentale, hyperconnexion dans le monde du travail et chez les jeunes, sols, paysages et écosystèmes impactés, facture énergétique grandissante, gaspillage de ressources, risques du big data sur les libertés, poids des lobbies sur la science et les politiques publiques...", notent-elles, estimant que la 5G conduira "inéluctablement" à aggraver cet état de fait.

Elles réclament ainsi un moratoire sur le déploiement du réseau et l'organisation d'un débat public au préalable: "Développer un programme qui modifiera durablement l'environnement électromagnétique de la planète, les interactions homme-machine et le fonctionnement global de notre société, ne peut être imaginé sans une réflexion et un débat citoyen approfondis".

"Pour l'instant ce projet n'a pas du tout été soumis aux citoyens", a dénoncé Sophie Pelletier, présidente de Priartem.

L'épineux sujet de l'exposition aux ondes

"On voit défiler tous les 6 à 10 ans des nouvelles technologies qui s'accompagnent à chaque fois d'une augmentation de l'exposition (aux ondes) alors que l'Anses recommande une réduction des expositions", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Dans un rapport publié en 2016, l'agence sanitaire Anses avait notamment estimé que les ondes électromagnétiques émises par les téléphones portables, les tablettes tactiles ou les jouets connectés pouvaient avoir des effets sur les fonctions cognitives - mémoire, attention, coordination - des enfants. Les experts avaient alors recommandé de limiter l'exposition des jeunes populations.

Quant aux électrosensibles, qui assurent souffrir de troubles dus aux ondes et aux champs électromagnétiques, l'Anses avait en 2018 reconnu l'existence de leur souffrance, tout en soulignant qu'il n'existait pas de preuve de lien entre l'exposition aux ondes et ce syndrome controversé.

La procédure d'attribution des fréquences 5G aux opérateurs télécoms a été officiellement lancée le 15 juillet. La France espère un premier déploiement commercial dans quelques grandes villes à la fin de 2020 et la couverture des deux tiers de la population d'ici 2026.

Lire aussi : Attribution de la 5G : le régulateur dévoile les règles du jeu

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2019 à 14:57 :
De quelle légitimité les ONG se réclament-elles pour exiger quoi que ce soit ,de qui que ce soit ? Ce sont des associations comme les autres, qui ne comptent que pour leurs membres, et en France la Loi est claire : "Nul n'est tenu d'adhérer à une association"
a écrit le 02/10/2019 à 14:29 :
Ah ben enfin quelqu'un se réveille !!
a écrit le 02/10/2019 à 14:08 :
On pouvair craindre du "n'importe quoi" de la part de ces ONG (concept devenu un fourre tout; on doit pouvoir trouver des associations regroupant moins d'une demi douzaine de membres), mais c'est dans les commentaires que c'est le plus fragrant. La fibre moins dangereuse que l'ADSL (on supposera que le signataire veut signifier "filaire de cuivre" car sinon la phrase n'a aucun sens), il siérait d'expliquer pourquoi/comment... Mais l'important, c'est de faire du buzz, n'est il pas ? Il a fallu 50 ans (!) pour acter que l'exposition à des tâches devant un CRT n'engendrait AUCUNE altération de santé, contrairement à la "croyance" populaire. Mais bon, on enfourche d'autres chevaux... Rien n'a jamais pu prouver quoi que ce soit en matière d'électro sensibilité, mais on "respecte" les plaignants. Marrant de lire aussi ces "découvertes" sur la propagation des ondes, phénomènes connus depuis H Hertz... Les légendes urbaines continueront à alimenter les conversations, quoiqu'on y fasse. On ne serait pas étonné que ces ONG vilipendent ces nouveaux us, surtout en usant de Facebook ou équivalents...
a écrit le 02/10/2019 à 11:47 :
Faites un test :

Regardez la puissance des «  ondes » dans le quartier des «  riches » et la puissance dans les quartiers «  pauvres »
Faites ce test à l’étranger et en France aussi..
Les centres de commerces publiques et les hôpitaux aussi...
Les «  ondes magnétiques «  sont néfastes , moins les fibres que l’adsl.
Mais les lobbys poltico- financier sont plus forts que le reste...
Il y a 5 ans de ça : ce sujet était censuré dans tous les médias...
Les problèmes ophtalmologiques ont explosé (4 à 5 mois d’attente pour un rendez vous )
Problèmes neurologiques en augmentation aussi...
a écrit le 02/10/2019 à 10:44 :
Technologie pas si nouvelle puisque questionnement toujours sans réponse sûre, à savoir d'une autorité publique crédible et non celle des constructeurs du secteur, depuis la 3G déjà. Vu comme ils ont laissé passer sans problème les perturbateurs endocriniens et autres pesticides on ne peut que puissamment douter d'autant que nous sommes au sein d'une économie en berne dals laquelle les industries qui font des bénéfices deviennent rares et tacitement ils laissent toujours passer les intérêts financiers avant ceux de la santé.

Et le pire c'est qu'avec leur DAS dont ils ont validé la mesure on sait que les micros-ondes générés par ces fréquences ne sont pas inoffensives, je rappelle que les micros ondes servent à nos téléphones mais aussi à nous fours à micro-ondes pour faire chauffer ou cuire os aliments et aux aux chasseurs de l'armée qui s'en servent pour verrouiller leurs cibles sachant que s'ils verrouillaient un humain ils le tueraient !

Bref TOUT nous dit de faire attention mais la vénalité des propriétaires de capitaux et de production ainsi que leur main mise sur nos politiciens est telle que nous ne pouvons qu'être profondément dubitatifs devant cette technologie. Je propose d'ailleurs à chacun de faire le test de se mettre entre sa box et un téléphone qui lit une vidéo, d'y revenir et d'en repartir...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :