Kosc veut profiter de l'appétence des entreprises pour la fibre

 |  | 745 mots
Lecture 4 min.
David El Fassy, le patron d'Altitude.
David El Fassy, le patron d'Altitude. (Crédits : Reuters)
Le spécialiste de l’Internet fixe à destination des professionnels juge que les entreprises françaises, en particulier les TPE et les PME, sont plus que jamais désireuses de passer à la fibre. Avec ses nouvelles offres, il compte se tailler une bonne part de ce marché.

Il y a comme un changement d'ère dans les télécoms professionnelles. Si le marché reste ultra-dominé par Orange, et dans une moindre mesure par SFR, la concurrence s'active. Le mois dernier, Free s'est lancé sur ce segment avec une offre destinée aux TPE et aux PME, encore peu numérisées. Ce mardi, c'est au tour de Kosc, racheté l'été dernier par le groupe Altitude, de lever le voile sur ses nouvelles offres pour les entreprises. Cet acteur, qui vend de la connectivité en gros aux opérateurs « B2B » alternatifs, table sur une adoption massive de la fibre par les professionnels pour asseoir sa croissance. D'après une étude de l'Ifop pour Kosc, 63% des entreprises françaises ne bénéficient pas encore de cette technologie. Surtout, 65% d'entre elles seraient prêtes à troquer leur vieil ADSL contre une connexion à très haut débit. Mais pas n'importe laquelle. A en croire l'étude de l'Ifop, les entreprises privilégieraient les offres professionnelles aux offres grand public. L'avantage ? Les « offres pros » bénéficient généralement de « débits garantis », et surtout de garanties de temps de rétablissement (GTR) de la connexion en cas de panne ou de dysfonctionnement.

Ce mouvement vers la fibre, Kosc veut en profiter. Ses trois nouvelles offres doivent lui permettre, espère-t-il, de tirer son épingle du jeu. La première, baptisée « Essentiel », vise les TPE et les PME. Elle ressemble, en quelque sorte, à l'offre de Free. Ici, pas de GTR, mais une GTI (garantie de temps d'intervention) de 8 heures. Pour bénéficier d'une GTR, les clients devront payer plus cher. Plus onéreuse, l'offre « Confort », elle, permet aux entreprises « de sécuriser les flux critiques », souligne Kosc, grâce un « débit partiellement garanti » et une GTR de 24 heures. Enfin, l'offre « Premium » s'adresse « tout particulièrement aux sites les plus critiques des entreprises (sièges, data centers, sites principaux...) qui présentent à la fois un nombre de salariés important et l'usage simultané de plusieurs flux critiques ». Il s'agit, ici, d'une offre dite de « fibre dédiée ». Dans ce cas de figure, l'entreprise est directement raccordée au réseau, bénéficiant ainsi de performances bien plus élevées.

150 millions d'investissements sur cinq ans

En conférence de presse ce mardi, David El Fassy, le patron d'Altitude, n'a pas donné d'indication sur les tarifs. « L'idée, c'est que les opérateurs puissent répliquer les offres de détail qu'on trouve sur le marché tout en disposant d'un espace économique intéressant », a-t-il affirmé. Avec sa nouvelle gamme, Kosc compte doubler le nombre de sites clients raccordés par ses soins. Il souhaite atteindre les « 120.000 ou 150.000 d'ici 2025 », indique David El Fassy, contre 75.000 en novembre dernier.

Pour séduire ses clients opérateurs, Kosc continue d'investir dans son réseau. Altitude compte dépenser 150 millions d'euros sur cinq ans dans le développement du groupe, dont 40 millions cette année. L'opérateur veut doubler ses effectifs, et les porter à 140 salariés. Alors qu'à ses débuts, Kosc visait essentiellement les TPE et les PME, Altitude a changé de stratégie : il compte déployer son propre réseau de fibre dédiée, qui intéresse généralement les entreprises de taille importante. « Nous avons des ambitions fortes, nous allons déployer une dizaine de grandes agglomérations cette année, à commencer par Rouen et Paris dans les semaines qui viennent », souligne Paul Le Dantec, le nouveau DG de Kosc. D'ici 2022, le groupe veut proposer sa fibre dédiée dans 200 agglomérations. Kosc estime que sa capacité à offrir un réseau consacré uniquement aux entreprises constitue un atout supplémentaire, un gage de sécurité, pour les inciter à toquer à sa porte.

L'offre de Free? « Elle a le mérite de secouer le cocotier »

La concurrence ne fait pas peur à l'opérateur. Selon David El Fassy, l'arrivée de Free constitue plutôt une bonne chose. « Son offre [à 50 euros, Ndlr] a le mérite de secouer le cocotier sur le bas de marché », argue le dirigeant. Il se dit même « rassuré qu'ils n'aient pas proposé des tarifs plus explosifs que ça ». Les prochains mois seront, quoi qu'il en soit, instructifs. Si Kosc, Free ou encore Bouygues Telecom n'arrivent pas à bousculer le secteur, l'Arcep, le régulateur des télécoms, pourrait bien taper du poing sur la table, et prendre des mesures pour l'ouvrir davantage à la concurrence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2021 à 9:53 :
pour les entreprises c'est un peu plus complique que pour les particuliers
bon a la difference de free il a compris que son offre ne s'adresse pas a tout le monde

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :