Union européenne : Thierry Breton prêt à sortir l'artillerie répressive contre les GAFA

 |  | 334 mots
Lecture 2 min.
La Commission européenne doit dévoiler une nouvelle législation d'ici à la fin de l'année (la Digital Services Act), une priorité de l'exécutif européen, afin de mieux surveiller la manière dont les grandes plateformes étendent leurs activités.
La Commission européenne doit dévoiler une nouvelle législation d'ici à la fin de l'année (la "Digital Services Act"), une priorité de l'exécutif européen, afin de mieux surveiller la manière dont les grandes plateformes étendent leurs activités. (Crédits : Yves Herman)
Le commissaire au Marché intérieur Thierry Breton estime que les GAFA ont "besoin d'une meilleure supervision" de la part de l'Union européenne.

La Commission européenne compte renforcer d'ici à la fin de l'année son arsenal répressif contre l'hégémonie des géants du numérique, pouvant aller jusqu'à leur exclusion du marché commun, a affirmé le commissaire au Marché intérieur Thierry Breton au Financial Times. Les GAFA (acronyme désignant Google, Amazon, Facebook et Apple), sont "trop gros pour ne pas s'en soucier", estime le commissaire, selon qui l'UE a "besoin d'une meilleure supervision" de ces mastodontes, à l'instar de la régulation renforcée de l'activité des banques après la crise de 2008.

La Commission européenne doit dévoiler une nouvelle législation d'ici à la fin de l'année (la "Digital Services Act"), une priorité de l'exécutif européen, afin de mieux surveiller la manière dont les grandes plateformes étendent leurs activités, s'attaquent à la désinformation ou gèrent les données personnelles. Dans l'entretien accordé au FT, le commissaire européen au marché intérieur précise que les mesures proposées, qui ne s'appliqueraient que dans des circonstances exceptionnelles, prévoient aussi d'interdire aux GAFA l'accès au marché commun. Cet arsenal vise à mieux protéger les consommateurs et les concurrents plus petits.

Cessions d'activités ?

L'échelle des sanctions pour des plateformes qui, par exemple, forceraient leurs utilisateurs à n'utiliser que leur service, pourrait aller jusqu'à les obliger à se séparer de certaines de leurs activités si leur position dominante menace les intérêts des consommateurs ou des entreprises rivales de plus petite taille.

"Les plateformes doivent être plus responsables et tenues de rendre des comptes, elles doivent devenir plus transparentes. Il est temps d'aller au-delà des mesures d'autorégulation", avait estimé Vera Jourova, chargée des valeurs et de la transparence au sein de la Commission, en présentant début septembre une évaluation de la mise en œuvre d'un code de bonnes pratiques contre la désinformation, lancé en 2018 et signé par Google, Facebook, Twitter, Microsoft, Mozilla et plus récemment TikTok.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2020 à 16:39 :
Je n'utilise que google, si quant était au niveau, surement aucun des 4 ,
le truc pour gamins de 10 ans, le magasin en ligne pour fainéants, le truc un poil mieux que microsoft hors de prix mais m'apportant rien de plus que linux, très peu pour moi.
L'enragé des impôts peut y aller même si ça déclenche un guerre économique.
a écrit le 22/09/2020 à 10:38 :
Et si la commission, et ce commissaire, commençait par faire respecter l'interdiction d'utiliser et de stocker l'adresse IP des internaute?!

Clairement, il ne doit pas utiliser souvent internet et Google car sinon il aurait vu que c'est EXPLICITEMENT écrit dans les conditions que l'on doit accepter régulièrement!
"Données que nous traitons lorsque vous utilisez les services Google"
"identifiant de votre appareil, votre adresse IP"
a écrit le 22/09/2020 à 8:48 :
Hola les GAFA ont peur. Une petite menace de repression sur les grosses berlines allemande et l'UE ira se coucher comme d'hab. Encore une tempête dans un verre d'eau!
a écrit le 21/09/2020 à 18:49 :
Donc, c'est ici qu'il faut rire ? 😁😂😂😂
a écrit le 21/09/2020 à 17:12 :
C'est une bonne idée. Solocal va pouvoir prendre la relève !
a écrit le 21/09/2020 à 12:17 :
Enfin, une petite lueur...
Mais qu'est ce qu'on est long à réagir par des règles de réciprocité, (une telle ingénuité, c'en est risible) face au Buy American Act, aux règles ITAR et autres règles d'exterritorrialite du droit juridique US.
Du reste, je propose qu'une commission spécifique, une de plus, soit créée pour analyser la réactivité ou l'inertie de ce mastodonte européen face à ses semblables.
La Chine ne s'embarrasse pas d'états d'âme à n'en plus finir et rend sur le champs coup pour coup, histoire de casser l'élan arrogant du blondin. Ce qui ne nuit nullement à sa montée en puissance, bien au contraire (cf: investissements massifs ds la RD high tech)
D'ailleurs, concernant cet impérialisme omniprésent et de plus en plus menaçant, qu'en est il du projet de taxe aux frontières sur les produits concurrentiels qu'on lui importe et qui ne respectent pas nos normes environnementales ??
a écrit le 21/09/2020 à 11:46 :
OUi les GAFA n'ont pas tout pouvoir sur la planète et ils doivent rendre des comptes comme pays des impôts qui doivent par exemple en France. Thierry Breton ancien president d'ATOS est un excellent commissaire au marché interieur et il pense l'avenir de l'Europe donc oui nous pouvons lui faire confiance totalement. Oui les gafa , n'en deplaise au président trump qui encore mettre des taxes à l'importation doivent se conformer aux règles européennes qui ne sont pas outrancières qui veulent favoriser le marché européen et protéger les industries européennes. oui ici c'est l'europe et les GAFA doivent la respecter .voyer ce qui se passe à bridgestone dans les hauts de france, encore une decision inique et des emplois de perdu car la direction japonaise n'a pas investi dans le site de production de bethune donc oui protegéons nos savoirs faire industriels , nos usines et nos emplois. Attention au gigantisme chinois et à leur appétit feroce ainsi qu'a leur hégémonie ! Non a une mondialisation qui n'enrichit que le chinois ou l'américain. Non , non et non
a écrit le 21/09/2020 à 11:25 :
Cette meilleure supervision des GAFA par l'UE sera pour moi une réponse à la question: L'UE existe t-elle?
a écrit le 21/09/2020 à 11:03 :
Une "meilleure supervision" veut dire utiliser ces multinationales pour prélever l'impôt sur les contribuables européens!
a écrit le 21/09/2020 à 9:42 :
faut pas rever les loups ne se dévorent pas entre eux pour prévaloir leur intéret particulier
a écrit le 21/09/2020 à 8:59 :
Facile de s'y mettre aux affaires européennes pour Breton, les promesses il s'y connaît !

Et c'est quoi l'artillerie de l'UE en matière d'évasion fiscale dont l'oligarchie fait son beurre justement sur le dumping fiscal ?

Au moins on se marre...
a écrit le 21/09/2020 à 8:24 :
Qu attende la commission et les états pour créer leurs champions numériques et baser les serveurs en Europe
Toute la clique de nos responsables politiques européens sont responsables et redevables de cette situation européenne
Alors Le Breton chiche!
a écrit le 20/09/2020 à 23:57 :
Il est clair qu'avec l'affaire du COVID, les énormes pertes de chiffre d'affaire du petit commerce profitent essentiellement aux GAFA et à la e-tech US (Amazon, Netflix et consorts) du fait des commandes via internet...
Cependant les belles déclarations de Monsieur Breton ont toutes les chances de rester "lettre morte" car les pays de l'est européen (Pologne et Cie) sont encore plus pro-US que ne l'était la GB...
a écrit le 20/09/2020 à 20:34 :
Il est grand temps de s'occuper de leur cas, les US mettent des bâtons dans les roues depuis 1990 pour casser le développement du numérique européen, alors que nous possédions de très bons développeurs en Europe, qui sont partis aux US attirés par l'argent, et acculturés. La CIA européenne n'existe pas et c'est là toute la différence, les résultats de leur stratégie de domination dans le numérique s'appuie aussi sur la captation des pépites européennes par les fonds de pension ou des banques, financiers sous-jacents de la CIA aux structures juridiques privées mais contrôlées par le gouvernement américain, pour enregistrer les info personnelles, les vendre dans le but de faire du business pub, pour aussi contrôler et agir militairement contre des états et des citoyens comme l'a démontré Snowden, il est grand temps d'agir.
Réponse de le 20/09/2020 à 23:59 :
"Il est grand temps de s'occuper de leur cas..." Il n'est pas interdit de rêver.
a écrit le 20/09/2020 à 19:48 :
Attention, tenons-nous bien : il peut le faire... Pourvu qu'il ne fasse pas un malheur si on ne le retient pas...
a écrit le 20/09/2020 à 19:24 :
Faire une action répressive sur les GAFA c'est taper sur les consommateurs européens en désignant "l'irresponsable de la manœuvre"!
a écrit le 20/09/2020 à 19:04 :
Les américains protègent leur souveraineté numérique quitte à faire des entorses aux règles du libre échange. Je ne dis pas qu'ils ont tord surtout quand en face la Chine verouille son marché, la réciprocité doit être la regle. Par contre l'Europe ne pas faire open bar si les deux plus grandes puissances ne le font pas . Pour rappel des amendes colossales s'assimilant à du racket ont été infligées aux entreprises européennes il y a quelques années (BNP, Volkswagen etc...).
a écrit le 20/09/2020 à 18:38 :
Enfin !
a écrit le 20/09/2020 à 15:43 :
Mr breton n’a pas parlé que des gafa mais de toutes les entr Éducation numérique. Au passage, il a annoncé quelque chose de beaucoup plus important pour l’avenir de l’humanité à savoir la mise en place d’une taxe carbone aux frontières de l’europe Pour le printemps 2021. Vous devriez en faire un article.
a écrit le 20/09/2020 à 14:47 :
pure effet d annonce pour exister!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :