Livret A : la collecte ralentit mais reste élevée en juillet

 |  | 505 mots
Considéré comme un placement refuge, le Livret A est le deuxième préféré des Français derrière l'assurance vie et devant le plan épargne logement et l'épargne salariale. 55 millions de Français de tous âges confondus en posséderaient un d'après la Caisse des Dépôts, avec une moyenne de 4 800 euros par livret.
Considéré comme un placement refuge, le Livret A est le deuxième préféré des Français derrière l'assurance vie et devant le plan épargne logement et l'épargne salariale. 55 millions de Français de tous âges confondus en posséderaient un d'après la Caisse des Dépôts, avec une moyenne de 4 800 euros par livret. (Crédits : Charles Platiau)
La collecte nette des livrets A en juillet s'élève à presque deux milliards d'euros. Un niveau élevé pour cette période de l'année, bien qu'en baisse par rapport aux mois précédents, notamment après les montants exceptionnels du printemps.

Pour le septième mois consécutif - et donc depuis le début de l'année 2020 -, les Français ont déposé bien plus d'argent qu'ils n'en ont retiré sur leur livret A. En juillet, ces placements ont observé une collecte nette - le niveau auquel les dépôts dépassent les retraits - de 1,85 milliard d'euros, selon les chiffres publiés vendredi 21 août par la Caisse des dépôts, l'institution publique qui gère ce placement.

Il s'agit d'un niveau élevé pour un mois de juillet. Par le passé, il n'a été dépassé qu'à deux reprises, en 2011 et 2012, à chaque fois à plus de deux milliards d'euros, excédant d'ordinaire rarement le milliard d'euros pour ce mois estival.

Lire aussi : Livret A : une collecte de 4,13 milliards d'euros en janvier

C'est toutefois un net ralentissement par rapport au mois de juin. Celui-ci, à près de trois milliards d'euros, enregistrait déjà une décélération comparé au printemps, marqué par le strict confinement imposé face à la crise sanitaire du Covid-19 et qui a conduit les Français à une "épargne forcée". Les mois d'avril et mai ont ainsi enregistré une collecte nette assez spectaculaire, dépassant respectivement 5,4 et 3,9 milliards d'euros. Des sommes presque jamais atteintes depuis janvier 2013 et sa collecte pharamineuse de 8,2 milliards d'euros.

Au total, entre le début de l'année et la fin juillet, les dépôts sur les Livrets A dépassent les retraits à hauteur de 22,25 milliards d'euros, un niveau qui n'a été dépassé à cette période qu'en 2012.

Lire aussi : Le Livret A bat des records en avril sous l'effet du confinement

Des collectes en pleine forme

Les tendances sont les mêmes si l'on prend aussi en compte le Livret de développement durable et solidaire (LDDS), un autre placement géré par la Caisse des dépôts, aux côtés du Livret A. À eux deux, ils observent une collecte nette de 2,49 milliards d'euros en juillet, et de 28,61 milliards depuis le début de l'année.

Le Livret A finance essentiellement le logement social, tandis que le LDDS est dédié à l'économie sociale et solidaire ainsi qu'aux économies d'énergie dans les logements. À fin juillet, soit en sept mois, 439,5 milliards d'euros étaient placés au total sur les deux. À titre de comparaison, sur l'ensemble de l'année 2019, cette somme a atteint 410,9 milliards d'euros.

Considéré comme un placement refuge, le Livret A est le deuxième préféré des Français derrière l'assurance vie et devant le plan épargne logement et l'épargne salariale. 55 millions de Français de tous âges confondus en posséderaient un d'après la Caisse des Dépôts, avec une moyenne de 4 800 euros par livret. Il garantit un taux d'intérêt de 0,5% par an, a connu un succès historique dans le contexte d'incertitudes économiques et sanitaires, contrastant avec une forte décollecte sur les contrats d'assurance vie.

Lire aussi : Livret A, une "épargne forcée" post-Covid pour les Français

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/09/2020 à 14:22 :
Le livret A devait alimenter le logement social en France pour faire baisser la pression immobilière..; C'est du pipeau car les bailleurs sociaux ne profitent pas des milliards stockés du fait des gouvernements successifs qui les freinent en laissant la priorité aux promoteurs privés pour fabriquer leurs produits de défiscalisation destinés aux Français qui payent un niveau d’impôt élevé et dont le livret A est inutile ! De plus de nombreuses mairies vont dans le même sens et préfèrent payer des amendes que d'avoir du logement social dans leurs communes. Et tous les gouvernements schizophrènes se plaignent du manque d'investissements dans le logement social mais en prenant bien soin de ne prendre aucunes mesures véritablement contraignantes...
a écrit le 22/08/2020 à 12:11 :
Oui le livret A est encore d'actualité même à 0.5% par an. C'est une valeur refuge anticrise et les Français l'utilisent beacuoup. Oui avec la crise systémique du COVID 19, il faut thesauriser et mettre de côté. Il faut eviter que le tas de bois ne s'anemuisse de jour en jour donc mettre de côté ! Comme nous sommes dans une economie de la consommation on pense que mettre de côté ne sert à rien par contre depenser dépenser et encore depenser sert à quelquechose. La vérité est dans l'equilibre et dans les placements bancaires sûrs non dans la frénésie d'achats, de valorisation bancaire et dans le rendement à 6 a 8%
a écrit le 22/08/2020 à 10:06 :
Le fait de parler encore une fois des petits épargnants, qui ne veulent pas se compliquer la vie et on le comprend, semble toujours suspect!
a écrit le 21/08/2020 à 18:13 :
Visiblement les petits épargnants font encore confiance en l’État mais, le fait d'en parler constamment ne rassure pas!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :