Impôts : 60% des Français ont déclaré leurs revenus en ligne

 |   |  417  mots
14 millions de foyers fiscaux français sur 37 millions réalisent encore leur déclaration d'impôts sur papier.
14 millions de foyers fiscaux français sur 37 millions réalisent encore leur déclaration d'impôts sur papier. (Crédits : Reuters)
Un mois après la clôture de la campagne de déclaration des revenus, le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a dressé le bilan des pratiques fiscales de l'année 2018 marquées par deux changements majeurs, la quasi généralisation de la déclaration en ligne et la préparation du prélèvement à la source.

Un virage bien négocié : la campagne de déclaration des revenus qui s'est clôturée le 5 juin à minuit pour presque tous les Français - hors redevables de l'impôt sur la fortune immobilière qui disposaient d'un délai supplémentaire jusqu'au 15 juin -, a porté ses fruits en matière de sensibilisation des Français à la déclaration en ligne. Bercy a communiqué ce lundi 2 juillet le bilan chiffré des déclarations.

Selon le communiqué de Bercy, 60% des foyers fiscaux français ont déclaré leurs revenus de l'année 2017 sur Internet. C'est devenu obligatoire pour les revenus fiscaux de référence supérieurs à 15.000 euros par an (contre 28.000 euros l'année dernière) avant la généralisation de 2019, sauf pour ceux qui estiment ne pas être en mesure de le faire, qui pourront continuer à effectuer des déclarations sur papier s'ils se sont signalés à l'administration. Et en cas d'erreur dans la déclaration en ligne, il est toujours possible de la modifier de début août à mi-décembre sur le portail. En tout, 23 millions de foyers fiscaux ont choisi cette option cette année, c'est 3 millions de plus qu'en 2017 et 5,3 millions de plus qu'en 2016 : les Français sont donc en train de changer leurs habitudes avant d'y être contraints l'année prochaine. Pour autant, ils sont bien moins nombreux qu'en Grande-Bretagne dont près de 90% de la population effectue ce type de démarche en ligne.

Prélèvement à la source dans les starting-blocks

Le prélèvement à la source, quant à lui, se prépare pour son entrée en vigueur le 1er janvier 2019, dans le but de supprimer le décalage existant entre la perception effective des revenus et leur imposition. À l'issue de la démarche en ligne, les foyers ont pu trouver leur futur taux de prélèvement pour 2019 qui sera transmis aux nouveaux collecteurs de l'impôt, principalement les employeurs et caisses de retraite, et appliqué pour les prélèvements à partir de l'année prochaine. Ce taux personnalisé est calculé sur la base des revenus déclarés par le foyer, qui peut décider de transmettre un "taux neutre" à l'employeur s'il ne souhaite pas communiquer son taux d'imposition à ce dernier. Cette option a été choisie par une minorité de foyers, 1,3% de ceux qui ont effectué leur démarche en ligne.

La possibilité d'opter pour l'individualisation du taux de prélèvement au sein du couple a également été largement minoritaire (7,6% des ménages).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2018 à 12:30 :
Selon le rapport 2016 de la DGFiP paru fin juillet, moins de la moitié des Français s'acquittent de l'impôt sur le revenu. Donc, c'est 60% de 50% des Français redevables, la situation est déjà moins "tout numérique" !
Réponse de le 13/07/2018 à 11:28 :
Même non imposable, une déclaration doit être effectuée donc votre raisonnement n'a aucun sens. Tous les foyers fiscaux doivent remplir une déclaration qu'il soit imposable ou non, c'est l'avis de non imposition qui permet de pouvoir prétendre à certaines aides.
a écrit le 03/07/2018 à 11:38 :
titre : 60%des français ont déclaré leurs revenus en ligne .
ensuite dans le texte au sujet des pratiques fiscales relevées par le ministre Darmanin ,il est écrit :"la quasi généralisation de la déclaration en ligne ".
que penser de cette interprétation qui renvoie au négligeable 40% des français qui ne déclarent pas en ligne ?
serait-il considéré par notre jeune ministre que les très nombreux français qui ne pratiquent pas internet ou ne maîtrisent pas les outils informatiques sont définitivements décrochés de la société et abandonnés au bord de la route du progrès ?
a écrit le 03/07/2018 à 9:53 :
Les taxes sur l'aluminium et l'acier sont symboliques, l'UE et le Canada répondent de manière symbolique. Merci d'appliquer à Trump les critiques que vous faites à l'UE et au Canada.
Renseignez-vous aussi sur la dérégularisation que Trump est en train de faire sur la finance, n'est pas "néo-libéral" celui que vous pensez...
A bon entendeur.
a écrit le 03/07/2018 à 9:52 :
Les taxes sur l'aluminium et l'acier sont symboliques, l'UE et le Canada répondent de manière symbolique. Merci d'appliquer à Trump les critiques que vous faites à l'UE et au Canada.
Renseignez-vous aussi sur la dérégularisation que Trump est en train de faire sur la finance, n'est pas "néo-libéral" celui que vous pensez...
A bon entendeur.
a écrit le 03/07/2018 à 9:44 :
La démocratie, c'est aussi laisser les gens ne pas être d'accord avec vous.
a écrit le 03/07/2018 à 8:42 :
Le grand méchant BIG BROTHER !
ATTENTION, nous sommes foutus ...
Réponse de le 03/07/2018 à 9:54 :
Le grand méchant BIG BROTHER !
ATTENTION, nous sommes foutus ...
a écrit le 03/07/2018 à 8:07 :
Seulement 1,3 % des foyers qui ont déclaré leurs revenus en ligne ont choisi de ne pas transmettre à leur employeur le taux calculé par l'administration fiscale. Finalement, les craintes sur la divulgation de données sensibles ont peu joué dans le choix des contribuables. Mais dans le cas du taux neutre, c'est le salaire qui sert de référence pour définir le taux de prélèvement à la source et si ça ne suffit pas pour régler au fisc la somme due, le contribuable sera prélevé du solde tous les mois sur son compte bancaire. S'il paie plus que ce qu'il doit, il devra attendre la régularisation à l'automne pour récupérer la différence.Pour le reste 7,6 % des télédéclarants ont choisi un taux individualisé : ce sont des couples qui avaient des écarts de salaires importants et qui ont donc choisi de partager le paiement de l'impôt à hauteur de leurs moyens. Si on fait les comptes, 91,1 % des ménages ont gardé le taux défini par le fisc. Un taux qui, dans la majorité des cas, est inférieur à 10 % selon Bercy. C'est ce taux qui sera déduit de votre salaire à partir du 1er janvier prochain au titre du prélèvement à la source. Si vous aviez un regret, il est encore possible de changer d'avis d'ici la fin de l'année, avant la mise en œuvre du dispositif.
a écrit le 02/07/2018 à 21:55 :
Non évènement, c'est obligatoire chaque année pour des seuils toujours plus faibles. Dans deux ans ce sera 100%. Par ailleurs " la source ", 60% des foyers imposables Mensualisaient tous les impots, nationaux et locaux. L'Etat CIGALE veut à 100%, des rentrées mensuelles, comme la tva : plutot que casser la tete aux petites entreprises, il suffisait d'imposer la mensualisation à 100%, des 44%, qui à eux seuls paient la totalité de cet impot.
a écrit le 02/07/2018 à 14:48 :
60% ne me parait pas être un succès, mais nous sommes habitués à entendre nos ministres se vanter de leurs pseudos-succès. Dommage qu'ils ne puissent le faire en matière de déficit et de dépense publics; il est vrai que la baignoire de Brégançon et le service de Sèvres rentrent dans le budget immobilier, mais quand on voit la gestion désastreuse du patrimoine de l'Etat et du Mobilier National... Qu'on m'explique pourquoi chacun doit remplir une déclaration de revenus alors que la presque intégralité est connue de l'administration fiscale puisque déclarée par des tiers! 60% est pour moi un superbe raté pour lequel le Parlement, qui n'a rien à voir avec nos représentants en 1789, devraient demander des explications et sanctionner.
Réponse de le 02/07/2018 à 17:37 :
Le grand méchant BIG BROTHER ! ATTENTION, nous sommes foutus ...
a écrit le 02/07/2018 à 13:10 :
A partir du moment où on nous oblige à faire nos démarches administratives sur internet il devrait y avoir un service public proposant gratuitement internet.

ET là je passe l'aberration générale de la confidentialité de nos données... Comment la RGDP peut nous protéger de la perméabilité totale du web ?

La révolution numérique c'est l'hypocrisie générale multipliée par la bêtise néolibérale.
Réponse de le 02/07/2018 à 23:03 :
Absolument d'accord.
a écrit le 02/07/2018 à 13:00 :
Les français préfèrent aller sur Facebook ou Amazon plutôt que de faire leur déclaration en ligne. L'incitation à utiliser internet pour faire sa déclaration en ligne devrait être plus forte mais dans ce cas cela ferait encore plus de fonctionnaires désoeuvrés, point trop n'en faut.
a écrit le 02/07/2018 à 12:47 :
Je fais ma déclaration en ligne depuis le début, c'était balbutiant, saturé, ... puis s'est bien amélioré (ergonomie, célérité, ..).
Si y a 20% des gens pas à l'aise avec internet voire sans connaissance ni matériel, ça va vite plafonner. Je faisais la déclaration maternelle quand elle est devenue veuve (& réfractaire à ces trucs, j'ai dû remporter le PC que j'avais monté pour mon père), en famille on peut se débrouiller.
Le prélèvement à la source va créer des disconvenues, un foyer imposable à 14% mais en réalité à 11% suite à des déductions diverses devra verser 14% de ses revenus, en attente de faire la déclaration, calculer le vrai taux et leur rendre le trop perçu (les 3%) ultérieurement. Même en taux "choisi", le résiduel doit être (d'après mes lectures) versé à Bercy chaque mois (les gens à 11%, en choisissant 11% de prélèvement doivent donner les 3% de leur poche (14% dû vs leurs revenus), pour les voir revenir plus tard). Peut-être parce qu'avant, avec les mensualités, au bout de 10 mois Bercy avait presque tout encaissé (10/10), mais en 2019, ça ne sera que fin décembre (12/12). Les gens feront "banque" vs leurs déductions, une avance à rendre, un jour, plus tard, .....
Réponse de le 03/07/2018 à 1:10 :
"un foyer imposable à 14% mais en réalité à 11% suite à des déductions diverses devra verser 14% de ses revenus"
FAUX
Un foyer qui a l'habitude de payer 11 % d"impôt sera prélève de 11 % de ses revenus avec le prélèvement a la source.
Bercy reprend le taux effectif d'imposition de l'année en cours pour calculer celui de l'année suivante.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :