La France s'offre ce qu'il y a de mieux dans les télécoms militaires

 |   |  1005  mots
Les deux satellites du programme COMSAT NG (communications par satellites de nouvelle génération) remplaceront, à compter de 2021, les satellites Syracuse 3A et 3B
Les deux satellites du programme COMSAT NG (communications par satellites de nouvelle génération) remplaceront, à compter de 2021, les satellites Syracuse 3A et 3B (Crédits : Thales Alenia Space)
Le ministère de la Défense a commandé à Thales Alenia Space et Airbus Defence and Space deux satellites de télécoms militaires COMSAT NG. Le montant de ce programme s'élève à 3,8 milliards d'euros environ sur une période de 17 ans.

Et un dossier de plus bouclé... La direction générale de l'armement (DGA) a notifié mardi à Thales Alenia Space (TAS) et Airbus Defence and Space la réalisation de deux satellites du programme COMSAT NG (communications par satellites de nouvelle génération). Ils remplaceront, à compter de 2021, les satellites Syracuse 3A et Syracuse 3B actuellement en orbite et lancés respectivement en 2005 et 2006. Le marché comprend également la réalisation du segment sol de contrôle de ces nouveaux satellites, la réalisation des antennes principales au sol nécessaires à leur utilisation et le soutien de ces moyens pour une durée de 17 ans à compter de la mise en service du premier satellite. Le lancement des deux satellites sera assuré par Arianespace.

Le programme COMSAT NG doit permettre "le maintien de la permanence des communications sur le territoire national et avec les zones prioritaires d'intérêt, ainsi qu'avec nos bâtiments à la mer, en tout temps (paix, crise ou catastrophe majeure)", a expliqué le ministère de la Défense dans un communiqué publié ce mercredi.

Selon nos informations, le montant du programme s'élève à 3,8 milliards d'euros environ sur une période de 17 ans, dont 1 milliard d'euros pour la première tranche portant sur la construction des deux premiers satellites. La construction du budget 2015 prévoyait une autorisation d'engagement de 817 millions d'euros dès cette année. Pour  2016, 170,30 millions d'euros d'autorisations d'engagement et 69,8 millions d'euros de crédits de paiement sont inscrits au projet de loi de finances au profit de COMSAT NG. Les travaux de levée de risques technologiques ont été lancés en 2013 et la phase d'élaboration en juin 2014.

Thales (65%) et Airbus (35%) se partagent le programme

Le ministère de la Défense a confié à Thales Alenia Space (TAS), qui sera mandataire, la maîtrise d'oeuvre du système complet (satellites et segment sol). TAS, qui jusqu'ici était le maître d'oeuvre du système Syracuse, sera également responsable des charges utiles, en incluant la bande X, qui sert à la dissuasion nucléaire, la bande Ka, utilisée pour l'internet par satellite, et l'anti-brouillage, précise-t-on à La Tribune. Ce schéma industriel doit aussi être prolongé à l'exportation. Notamment en Égypte, en Arabie Saoudite et au Qatar, qui souhaitent se doter de satellites de télécoms militaires.

Les deux industriels se partagent la construction des deux satellites. Airbus utilisera sa plateforme électrique Eurostar 3000 tandis que TAS Spacebus Neo, qui a vu le jour grâce au programme européen de l'ESA (Agence spatiale européenne), Neosat. Ce programme permettra une réduction de 30% du coût des satellites par rapport aux concepts actuels. Au total, le ministère de la Défense a confié à TAS environ 65% du programme et 35% à Airbus. Aux côtés du groupement composé de TAS et d'Airbus DS, l'organisation industrielle comprend également les sociétés Thales Communications & Security et Telespazio France, qui sont les sous-traitants principaux.

"Le contrat couvre également un important volet sol avec la réalisation du segment sol de contrôle et de mission, basé principalement sur les solutions Space Ops de Thales Alenia Space, la rénovation des stations métropolitaines et une phase d'exploitation et de maintenance sur 17 années", a expliqué TAS dans un communiqué publié ce mercredi.

Commercialisation des capacités non utilisées

Après avoir longtemps hésité à acheter de la capacité en partenariat public privé (projet Nectar), le ministère de la Défense va finalement acheter de façon très classique COMSAT NG. Mais il y a introduit une nouveauté, une partie du contrat fait l'objet d'un partenariat public privé (PPP) entre l'Etat et les deux industriels. TAS et Airbus pourront revendre des capacités non utilisées par les forces armées françaises. D'ailleurs, l'Etat a profité de cette nouveauté pour mettre la pression sur les deux industriels sur le montant du contrat afin de faire baisser le prix du système COMSAT NG. Cela a joué sur moins de 10% du montant global du contrat, selon nos informations.

Pour l'heure, les deux industriels, via leur filiale services (Telespazio pour Thales et Airbus Defence and Space Services), vont pouvoir commercialiser à leurs comptes les capacités non utilisées par les forces armées françaises, notamment au début de la mise en service de COMSAT NG (2020-2030). Car le programme n'est dimensionné pour l'armée française qu'en fin de vie (2030-2035). L'État, qui a déjà profité du PPP pour faire baisser le montant du contrat, pourrait en outre récupérer une partie du produit de la commercialisation des surcapacités de COMSAT NG si les deux industriels parviennent à vendre au-delà des objectifs fixés par le contrat.

Une pierre fondamentale pour la maîtrise de l'information

Les moyens primordiaux pour les télécommunications à longue distance, les systèmes de communication par satellite constituent "une pierre fondamentale pour la maîtrise de l'information, clé de la supériorité de nos forces, a expliqué le ministère. La maîtrise de l'information permet à tous les niveaux d'engagement, du niveau stratégique jusqu'à la plate-forme de combat, d'apprécier la situation et de conduire l'action opérationnelle". Les satellites réalisés, fonctionnant en bandes X et Ka, offriront des performances accrues en termes de capacités de communication, de flexibilité et de résistance au brouillage afin de répondre aux futurs besoins des armées.

Ce programme répond aux besoins des armées en termes de capacités de télécoms par satellites nécessaires à l'engagement des forces françaises et au commandement des militaires déployés, sur le territoire national et lors d'opérations extérieures (OPEX), dont notamment celles sur les zones prioritaires définies par le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2013, étendues de l'Atlantique jusqu'aux Antilles. "Les deux satellites permettront également de répondre aux besoins en débit croissants liés en particulier aux échanges vidéo", a expliqué TAS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2015 à 23:46 :
@ BONSOIR A TOUTES ET A TOUS : Juste pour dire ...... à tout hasard ces deux satellites ne sont pas ceux que nous devions ventre à l'EGYPTE ??????
a écrit le 23/12/2015 à 17:51 :
Je note que la communication individuelle inter-combattants n'est pas mentionnées??? C'est inclus???
Réponse de le 24/12/2015 à 12:39 :
Oui, avec l'abonnement C+ et la gameboy.
a écrit le 23/12/2015 à 15:55 :
Tant que l'otan en a le contrôle et les back-doors, tout va bien...
a écrit le 23/12/2015 à 14:29 :
Une petite blague avant Noël. Avec un nom comme Syracuse en satellite, on espère que ce n'est pas un contrat maffieux à la Sicilienne !!!
Réponse de le 23/12/2015 à 15:32 :
Syracuse date de toutes façons de 2005...
a écrit le 23/12/2015 à 14:18 :
Il y a d'autres choix prioritaires en effet : la démocratie par référendums, l'éducation, la santé, la paix, la solidarité, la culture, la liberté et la responsabilité, le discernement, la poursuite réelle des évasions fiscales et des détournements fiscaux, les économies d'élus (de leurs nombres, du nombre de mandats, de leurs cumuls, de leurs coûts, de leurs choix irresponsables...par exemples quels sont les coûts des guerres du moments ...en détails afin que chaque citoyen se rende compte et par référendums, puisse après ces infos détaillées dire oui ou non aux guerres ? ....plutôt que d'assister béats aux applaudissements, aux commémorations et aux "infos publicitaires" des médias ...merci Père Noël d'apporter tous ces cadeaux à chacun
Réponse de le 23/12/2015 à 15:13 :
Bonjour Plumette,
la défense est un investissement au même titre que l'éducation ou autre, car si vous ne pouvez pas vous défendre vous ne pouvez pas être libre de pensée de faire d'apprendre ... se que vous souhaitez, les satélites dont parle l'article servent à l'indépendence de nos forces armées, indépendence qui nous permet de faire des choix que d'autres nations ne peuvent pas faire.
Pour le couts des OPEX, vous pouvez vous référer aux différents rapports parlementaire suffisamment détaillés pour vous faire une idée. (l'information est disponible mais les français n'aiment pas parler de défense.)
bien cordialement
Réponse de le 23/12/2015 à 15:31 :
Allez donc voir le cout des prestations social qui vaut 100 fois le budget de la defense
Réponse de le 23/12/2015 à 15:58 :
"indépendance qui nous permet de faire des choix que d'autres nations ne peuvent pas faire" Sauf que nous dépendons de l'otan et que TOUT est fait pour privatiser l'enseignement et la santé. Open your eyes. (même "open" est dans le correcteur orthographique...)
Réponse de le 24/12/2015 à 10:56 :
Bonjour Yvan,
Pouvez vous me dire en quoi la France dépends de l'OTAN?
la France est à part dans l'Otan, justement car elle à toujours voulu cultiver une indépendance.
Nous avons nos moyens de renseignent propres (Satellites d'observations, de communications, mais aussi pod Damoclès sur les Rafales, Transal Gabrielle, station d'écoute fixe ou mobile, Navire le Dupuis de Lôme...) c'est éléments nous permettent de nous faire notre propre idée sans avoir l'unique source de renseignent US (exemple la 2eme guerre du golfe, ou la crise en Ukraine)
La France ne fait pas appel à l'otan pour sa protection et aucune troupe de l'otan ne sont basées en France. elle à un statue à part car la France est une puissance nucléaire avec une doctrine de dissuasion propre.
Les choix qui sont fait pour notre défense ne sont pas toujours cohérent ces dernières années mais le monde arme et l'Europe désarme nous ne pouvons pas fermer les yeux sur ça.
L'éducation comme la santé sont et doivent rester des priorités mais la vais question est l'usage des fonds alloués à ces différents ministères et d'avoir une vision à long termes (se qui n'est pas le cas aujourd'hui).
Bonne journée

Bien cordialement
Réponse de le 24/12/2015 à 16:50 :
Les progrès technologiques, souvent d'origine militaire, profitent au monde civil (Laser, réseaux informatiques => ARPANET, GPS etc..). Un chirurgien pourrai toujours dire qu'il opère rarement avec un 357 magmum..
a écrit le 23/12/2015 à 13:12 :
la "France" aurait pu choisir de mettre ces milliards dans l'éducation de ses enfants, pour fermer des prisons et n'avoir pas besoin de plus de moyens de surveillance...
Réponse de le 23/12/2015 à 13:49 :
Les satellites ne serviront pas à surveiller la FRANCE, mais les pays qui envoient des tueurs pour exécuter ses enfants; ainsi la France s' assurera que ses enfants pourront avoir une éducation en restant en vie.
Réponse de le 23/12/2015 à 14:14 :
C'est pas comme si on dépensait pas déjà des milliards pour l'éducation avec les résultats que l'on sait. Comme quoi ce n'est pas toujours une question de moyens mais d'efficacité.
Enfin bref, ici il s'agit d'une dépense pour surveiller nos ennemis hors de nos frontières. Ennemis islamistes qui, il faut le rappeler, ne partagent pas du tout votre humanisme.
Réponse de le 23/12/2015 à 15:07 :
Parce que bien sûr ça va être vachement efficace, de "surveiller nos ennemis", euh, et ou d'ailleurs, la terre est vaste, on va scruter chaque cm2 de la planète, et nos gentils drônes vont "traiter" la menace avant qu'elle ne se déclare....?
Le truc imparable qui va nous sauver.
Réponse de le 23/12/2015 à 15:35 :
Et au passage, cela fait travailler deux entreprises majoritairement françaises...
Réponse de le 23/12/2015 à 17:51 :
Un satellite de télécom ne surveille rien du tout, c'est juste un relai entre deux points du globe....ce n'est pas avec ce genre d'engin que l'on observe par dessus votre épaule....
Réponse de le 24/12/2015 à 16:00 :
quel humanisme... repondons aux terroristes fanatiques pour des livres et de la culture... je me sents bien en sécurité comme ça..
Réponse de le 27/12/2015 à 9:13 :
Oui et pour donner une triple prime de Noël à tous.....
a écrit le 23/12/2015 à 12:37 :
Quand je pense qu'il y a des coins dans le bassin parisien, à moins de 200 km de Paris, ou l'on ne capte même pas la 3G !
Réponse de le 23/12/2015 à 14:32 :
Humour, il parait qu'en prison, ils arrivent à capter la 4G, sûrement un avantage des mauvaises ondes !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :