GM&S : la décision du tribunal reportée au 4 septembre

 |   |  266  mots
Il n'y aura pas de reprise pérenne et apaisée du site de La Souterraine tant qu'on n'aura pas réglé la question de ceux qui resteront sur le carreau et tant qu'on n'aura pas réglé la question d'indemnisations des victimes, a déclaré l'avocat des salariés de La Souterraine, Maître Borie.
"Il n'y aura pas de reprise pérenne et apaisée du site de La Souterraine tant qu'on n'aura pas réglé la question de ceux qui resteront sur le carreau et tant qu'on n'aura pas réglé la question d'indemnisations des victimes", a déclaré l'avocat des salariés de La Souterraine, Maître Borie. (Crédits : DR)
Le tribunal de Poitiers préfère attendre la rentrée pour se prononcer sur l'unique offre de reprise, déposée par le groupe GMD. Ce dernier propose le maintien de 120 emplois sur 227.

Le tribunal de commerce de Poitiers a reporté lundi pour la cinquième fois sa décision sur la reprise de l'équipementier GM&S Industry France et a prolongé la période d'activité de l'usine au 18 septembre, a annoncé l'avocat des salariés.

Le tribunal se prononcera le 4 septembre prochain sur l'unique offre de reprise du groupe GMD qui propose le maintien de 120 emplois sur 277. Il prévoit ainsi "de rouvrir les débats après avoir recueilli notamment l'avis des institutions représentatives du personnel", a dit l'avocat, Jean-Louis Borie, citant la document du tribunal.

> Lire aussi : Près de huit mois d'incertitudes et de tensions pour l'équipementier GM&S

Négocier pour augmenter le nombre de salariés repris

Cette décision satisfait les salariés. "Le tribunal ne pouvait pas se dispenser de respecter les règles légales. Le comité d'entreprise va être consulté deux fois : d'une part, sur l'offre de GMD et, d'autre part, sur le plan social qui va en découler", avait expliqué Jean-Louis Borie à la presse, à l'issue de son argumentaire devant le tribunal.

Les salariés espèrent négocier pour augmenter le nombre de personnes reprises. Ils réclament également des indemnités supralégales pour ceux qui seraient exclus de l'offre.

"Il n'y aura pas de reprise pérenne et apaisée du site de La Souterraine tant qu'on n'aura pas réglé la question de ceux qui resteront sur le carreau et tant qu'on n'aura pas réglé la question d'indemnisations des victimes", poursuit l'avocat des salariés.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2017 à 8:33 :
Une nouvelle décision courageuse du tribunal d commerce !!!! En septembre pourquoi pas un nouveau report !!!!
a écrit le 01/08/2017 à 6:16 :
HA HA , dans un pays qui aime tant l'égalité et la justice , pourquoi certains licenciés ( quasiment tous ceux qui sont dans des TPE EPI) doivent se contenter d'indemnités légales et d'autres ( très minoritaires ), qui ont su médiatiser l'affaire et qui sont dans des grandes entreprises auront droit aux indemnités SUPRAlégales . Derrière ce principe d'égalité bafoué , on retrouve un autre principe bien connu des Français dans une importante proportion : TPMG

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :