Une start-up politique pour sauver la France ?

 |   |  1049  mots
Jean-David Chamboredon, à l'origine des Pigeons, las d'une sphère politique déconnectée, rejoint la start-up politique @Nous_Citoyens. | REUTERS
Jean-David Chamboredon, à l'origine des Pigeons, las d'une sphère politique déconnectée, rejoint la start-up politique @Nous_Citoyens. | REUTERS (Crédits : REUTERS)
Lassé par les duels politiques UMP-PS déconnectés de la réalité, Jean-David Chamboredon, l'initiateur du mouvement des Pigeons, explique pourquoi il rejoint la start-up politique @Nous_Citoyens de Denis Payre.

Il y un an je me retrouvais, en tant que porte-parole du mouvement des Pigeons, pour la première fois de ma vie, en interaction avec ce que l'on appelle les pouvoirs publics : ministres, parlementaires, conseillers et hauts fonctionnaires… J'ai, durant cette période, rencontré des gens qui, parce que je représentais un mouvement apolitique et multi-générationnel, ont fait preuve, en tous cas pour certains, d'une véritable capacité d'écoute et d'une volonté de corriger une erreur économique majeure issue d'un raisonnement bêtement idéologique.

Le Président de la République a parlé de "malentendu", le Rapporteur Général du Budget de "méprise"... Tout ce "petit monde", cloitré intellectuellement dans ses postures électorales, a ainsi découvert que la décision micro-économique que prennent l'entrepreneur ou l'investisseur n'est ni angélique, ni satanique, et que ce sont ces décisions micro-économiques prises par les uns et les autres qui rendent possible l'écriture de belles histoires d'entreprises dans lesquelles entrepreneurs, actionnaires, salariés, clients, et fournisseurs se retrouvent à créer de la valeur et à la partager. J'ai, pour ma part, compris que ces mécanismes de base étaient quasi-totalement méconnus de ce "petit monde".

Un parti d'entrepreneurs mais pas que…

Quand Denis Payre a réuni au printemps dernier les premiers membres du mouvement qui ne s'appelait pas encore @Nous_Citoyens, il y avait surtout des entrepreneurs de ma génération. Quoi de plus normal ? Denis est un entrepreneur au parcours remarquable, les entrepreneurs sont au cœur du fonctionnement de l'économie, ils sont ceux qui appréhendent le mieux les ressorts micro-économiques qui favorisent ou entravent la création de valeur…

De droite, de gauche, en général modérés, les entrepreneurs sont des "hyper-conscients" du cercle vicieux dans lequel le pays s'enlise depuis plus de trente ans : l'augmentation des "prélèvements obligatoires" entrave -voire asphyxie- l'économie productive qui est en panne de croissance alors que mécaniquement le besoin de redistribution augmente du fait de l'insuffisance de créations d'emploi ou de pouvoir d'achat pour ceux qui ont un emploi.

Le "business model" ne fonctionne plus, il faut en changer : c'est à partir de ce constat qu'artisans, artistes, agriculteurs, cadres, commerçants, étudiants, fonctionnaires, professions libérales, sportifs, responsables associatifs, travailleurs sociaux… ont rejoint @Nous_Citoyens. Tous sont convaincus que c'est en insufflant idées, pratiques et personnalités nouvelles, que le changement pourra effectivement et profitablement avoir lieu.

Un parti ni de droite, ni de gauche…

Quand on m'interroge sur mon appartenance politique, je réponds " je ne suis ni de droite ni de gauche, je suis méfiant ! ". Quand on pose la même question à Denis Payre il répond " je ne suis ni de droite ni de gauche, je suis déterminé ! ". Ces deux réponses, bien que différentes, expriment exactement la même chose : le soit disant clivage "gauche-droite" a largement fait son temps.

La dernière campagne présidentielle - qui fût absolument navrante - opposa un président sortant racolant à l'extrême droite sur les thèmes de la sécurité et de l'immigration et un futur président draguant l'extrême gauche avec comme ennemi la "finance" et comme bouc-émissaires les "riches". Cette campagne a mis une immense majorité de Français dans l'embarras : voter pour le "moins pire" ou encore s'abstenir (comme je l'ai fait) ?

Comment le fonctionnement de la démocratie peut-il être dévoyé au point que l'élection du plus haut personnage de l'État ne mette pas au cœur du débat le triptyque indissociable "déficits publics - compétitivité économique - chômage de masse" ?

Loin du clivage "anciens-modernes"

En fait, la seule véritable ligne de clivage est celle qui oppose les thèses "modernistes" aux tentations "réactionnaires". Que la nostalgie soit marxiste ou nationaliste, que le Front National ou le Front de gauche soient ou non républicains ne change finalement pas grand-chose. Les vraies questions politique posées à chaque citoyen sont "Voulez-vous d'une France ambitieuse, pilier de la construction Européenne, dans une économie irréversiblement mondialisée ?" et "Comprenez-vous qu'il va falloir vraiment se bouger pour que cette France conquérante ressuscite ?"

Mon sentiment est que la majorité des Français - et notamment ses plus jeunes générations - répondent lucidement "oui" à ces questions. Mon sentiment est également que ceux qui ne savent pas répondre à ces questions ou qui ont la tentation d'y répondre "non" sont simplement bernés par un système qui, déconnecté de la "vie réelle", n'aspire qu'à l'ivresse de l'élection et du pouvoir. Déception, désillusion et parfois désespoir suivront inéluctablement ce jeu de dupes…

Une start-up pour changer les choses

Denis Payre a co-fondé deux entreprises - BusinessObject et Kiala - à partir de rien. De la même façon, @Nous_Citoyens est une start-up politique. Je connais bien les schémas de création et de développement de ce type d'entreprise : on part d'une vision et de quelques convictions fortes, on rassemble autour de soi des talents et des compétences, on interagit avec son écosystème et notamment avec les "utilisateurs" et on itère pour trouver les leviers entraînant les changements de "paradigme" qui permettent parfois de révolutionner un secteur économique ou mieux, d'en créer un totalement nouveau...

@Nous_Citoyens est une start-up en "post-amorçage" dont le lancement a été annoncée la semaine dernière et qui a pour vocation d'avoir un impact réel sur la destinée de notre pays. Les adhésions sont ouvertes, les appels à contribution vont démarrer, la détermination de son équipe fondatrice est très forte et de très nombreux citoyens ont conscience que c'est de cette façon, à la fois alternative et éclairée, que la France pourra enfin entrer dans le 21e siècle. Je suis ambitieux pour notre pays, je me sens responsable vis-à-vis des jeunes générations, je ne sais pas quelle y sera ma contribution mais je suis plein d'enthousiasme quant à cette ambitieuse et rafraîchissante initiative. Et vous ?

 

Retrouvez Nous_Citoyens sur Twitter et Facebook

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2013 à 14:02 :
Moi j'ai adhéré Entreprendre pour la France. Ils étaient les premiers sur cette idée. Mais toutes les initiatives sont bonnes à prendre.
a écrit le 16/10/2013 à 17:00 :
L'initiative est bonne et je vous souhaite bonne chance. Ceici dit, il est difficile de comprendre cette initiative:
- Une "startup" politique? Vraiment? Comment je gagne de l'argent si j'investis?
- Quel est votre elevator pitch? Pas clair en lisant cet article.
- Quel est votre "nouveau business model? Vous voulez pas le dire de peur de froisser peut-etre?
- Quelle est votre unique value proposition? Je lis votre web site et ce que j'y trouve pourrais etre sur le site du FN, du PS ou de n'importe quoi d'autre.
- Pensez vous vraiment que vous aller changer le "core" meme de ce pays en "insufflant des idées"
- Votre language est le meme que les autres "solidarity", "citoyen", "reformes", "propositions concrètes", "inegalite", "precarite"... absolument rien de different
- 9 themes prioritaires. C'est 8 de trop. Le pigeons ont marches parce qu'il n'y avait qu'un theme. One mile wide, one inch deep.
My 2 cents. Bonne chance.
a écrit le 16/10/2013 à 13:58 :
C'est quoi le business model d'une start-up politique?
N'importe quoi.
a écrit le 16/10/2013 à 10:02 :
Les politiciens français de gauche ou de droite ne sont plus des politiques ,il y a un bon bout de temps.Ce sont tout au plus des charognards qui dépècent ce qui reste de ce pauvre pays si riche
autrefois. Les propositions de ce brave homme et du mouvement dont il se réclame me paraissent utopique au point où nous en sommes, hélas. Ceci est mon opinion celle d'un des petits blancs
de ce pays. Celtibero38
a écrit le 16/10/2013 à 8:25 :
ils sont sympathiques!mais qui s'occupe de la misère sociale,de la protection sociale et de maintenir une société juste et égalitaire?c'est le gouvernement actuel,il a les mains dans le cambouis lui,pas comme ces fils a papa qui ne souhaitent que jouir de leurs stocks options dans un monde néolibéral déshumanisé.
Réponse de le 16/10/2013 à 8:37 :
commentaire à l'image du gouvernement : faible, minable, petit, idéologique, déconnecté de la réalité. Le FN vous remercie d'avance.
Réponse de le 16/10/2013 à 8:48 :
Que voulez-vous? Il faut choisir entre deux choses inconciliables: vouloir profiter du faible cout de la main d'oeuvre chinoise ou indonésienne, permettant de pouvoir consommer pas cher, ou avoir un système de prestations sociales le plus généreux du Monde! Il n'y a pas de misère sociale en France, et les élus PS doivent l'expliquer..
Réponse de le 17/10/2013 à 10:37 :
@elu ps: vous sembler ne pas savoir, ou comprendre, qu'avant de faire du social, il faut créer de la richesse, pour pouvoir en distribuer. On ne peut nourrir personne avec un squellete, mais on peut nourrir beaucoup de monde avec un veau bien gras. Il est donc crucial de mettre en priorité l'accent sur la création d'entreprise, sur la recherche de profits, sur l'enrichissement des créateurs, afin que, pour créer encore plus de richesses, ils emploient encore plus de monde, et qu'ils distribuent, ce faisant, encore plus de richesse. La richesse, c'est la possibilité de faire du social. Inversement, il y a un proverbe chinois qui dit :"Quand les gros maigrissent, les maigres meurent". Evitons donc de faire maigrir les gros.
a écrit le 16/10/2013 à 6:58 :
40 ans d' UMPS : déficits publics, chomage de masse, paupérisation de la population, politique d' immigration, insécurité, corruption des politiques.
Que ce soit Chirac, Sarkozy ou Hollande : aucune réforme de structure pour équilibrer le budget. Toujours plus de taxes et d'emprunts pour maintenir le millefeuille administratif (communes, communautés de communes, départements, régions). Une dette qui explose avec des emprunts massifs sur les marchés chaque année. Dégradation de la note de la dette de la France. Adage de l' UMPS : "après nous, le déluge ; nous en aurons bien profité".
a écrit le 16/10/2013 à 0:34 :
faut laisser tomber et faire comme des milliers de jeunes diplomés : se tirer d ici ;
la France c est fini, ya plus rien a faire, sa destinée est un pays musée pour touristes asiatiques . on ne peut pas inflechir les choses il faudrait une telle revolution des mentalités et de son personnel politique, impensable dans un pays aussi vieux et installé dans ses habitudes que la France
Réponse de le 16/10/2013 à 9:05 :
Vous avez certainement raison. Mais encore faudrait-il le comprendre et investir dans ce sens, plutôt que de mettre des moyens pour créer des musées à la gloire, certes méritée, de Diderot, ou dans le soutien à des spectacles vivants, veritables jeux du cirque contemporain. Nous avons bien assez de clowns sur nos ecrans..Combien de centaines de millions de chinois qui voyageront en France dans les 20 annees qui viennent: 500 millions?
a écrit le 15/10/2013 à 22:58 :
Il s'y connaissent en fausse facture, financement illicite, emplois fictifs ? non ? aucune chance, dans ce pays, la prime va toujours au plus pourri et au plus méchant.
a écrit le 15/10/2013 à 22:20 :
"Voulez-vous d'une France ambitieuse, pilier de la construction Européenne, dans une économie irréversiblement mondialisée ?" Non Merci, la misère et le déclassement sont déjà là grace à cette Europe que l'on nous a volé pour en faire une EU Business Machine ... Quant à la mondialisation, non merci Pôle Emploi est plein à craquer ...
a écrit le 15/10/2013 à 21:38 :
Toit ce qui peut bousculer le monde politique et ouvrir les yeux de nos con citoyens est à prendre..
a écrit le 15/10/2013 à 19:29 :
On attendra que ces politiciens en herbe produisent un peu plus de contenu et un peu moins de "com Séguéla" avant de se prononcer. Si l'entreprise est un métier, gérer le bien public en est un autre aussi donc que chacun fasse son apprentissage d'abord...
Réponse de le 15/10/2013 à 23:22 :
J'ai regardé le site, c'est bien sympa mais aujourd'hui ils demandent un chèque en blanc au nom de leur bonne tête, le contenu est encore entièrement vide ou presque, il n'y a que de grands principes généraux, que personne n'ira contester: ca fait un peu léger comme programme politique, on a justement exactement ce genre de discours creux déjà disponible ailleurs et depuis longtemps, c'est le fond de commerce des partis établis. On verra ce que ca donne plus tard...
Réponse de le 16/10/2013 à 1:06 :
Com Séguéla : La force tranquille de Miterrand ? Si l'entreprise est un métier, gérer le bien public en est un autre.... Qui doit prendre exemple sur l'autre ? En matière de gestion....
a écrit le 15/10/2013 à 18:54 :
Il est plus que temps de mettre nos chers politiques en off sur le traitement des sujets économiques qui concernent entre autre les entreprises. Moins de 5% de nos chers députés et sénateurs sont issus de l'entreprise !!! Comment ces gens peuvent-ils prendre des décisions opérationnelles efficaces dès lors qu'ils n'y connaissent strictement rien de la réalité du monde de l'entreprise? C'est ahurissant de continuer ainsi sans réagir froidement.
Réponse de le 17/10/2013 à 14:19 :
et zero ministre !
a écrit le 15/10/2013 à 18:46 :
Mais bien sûr ni de droite, ni de gauche... Tous les citoyens ont les mêmes intérêts, c'est bien connu... Les pigeons essayaient déjà de se faire passer pour des entrepreneurs alors que leur seul but était la plus value de court terme ( Vite vendons avant que la bulle de ma "start up" ne se dégonfle !) et là, ils tentent la politique. Quoi de mieux en effet pour les futures plus values de peser sur les futures lois directement ? Je plains les véritables pigeons, décérébrés par l'idéologie "d'il n'y a qu?une seule voie", qui vont voter pour eux...
Réponse de le 15/10/2013 à 19:39 :
+1000

La perversion du langage et des mots, c ce qu'écrivait deja Orwell dans 1984, et tout ceci ne peut aboutir qu'a du totalitarisme.

C clair que les pigeons, speculateur deguise en entrepreneur n'ont aucune ideologie....Ils l'ont montre par le passe....
Réponse de le 15/10/2013 à 23:40 :
-3000: le mouvement des pigeons était une saine réaction. Montez votre start-up et "gonflez" là puisque c'est si facile. Encore des gens qui n'ont jamais du monter une boîte de leur vie et qui sont des spécialistes de entrepreneuriat?
Réponse de le 15/10/2013 à 23:40 :
-3000: le mouvement des pigeons était une saine réaction. Montez votre start-up et "gonflez" là puisque c'est si facile. Encore des gens qui n'ont jamais du monter une boîte de leur vie et qui sont des spécialistes de entrepreneuriat?
a écrit le 15/10/2013 à 18:46 :
L'initiative manque encore de visibilité et de lisibilité. Les figures de proue D.Payre et JD Chamboredon ont certes un savoir-faire et une notoriété dans l'écosystème entrepreneurial mais il s'agit ici d'une start-up politique ce qui implique d'autres ingrédients qui semblent encore faire défaut pour émerger médiatiquement et s'imposer dans le paysage politique. Nous Citoyens ne peut pas se permettre d'afficher une grande ambition politique sans projet de société complet, novateur et cohérent. Or à ce jour ce projet n'est pas encore architecturé. Les adhérents sont invités à contribuer financièrement et à rédiger de manière participative le projet. Les échéances de 2014 sont très proches et une ambition politique plus réaliste aurait dû s'inscrire dans la perspective de 2017, sauf à imaginer que l'horizon s'arrête aux élections européennes et à l'élection de quelques députés européens.
Réponse de le 15/10/2013 à 19:32 :
Oui ce que vous voulez dire est qu'il y a le contenant et qu'il manque le contenu...J'avais remarqué aussi... ;o)
a écrit le 15/10/2013 à 18:33 :
Enfin une idée neuve, loin des politicards uniquement soucieux de leurs réélections et des fromages de la République! Voilà peut-être un groupement qui pensera enfin à l'avenir de la France.....
Réponse de le 15/10/2013 à 18:49 :
Même si il passe on aura toujours "le roi" de l'europe qui décidera de ce qu'il doit faire.
Réponse de le 15/10/2013 à 19:30 :
C'est quoi l'idée au juste ? J'ai été sur le site et je n'ai pas trouvé...
a écrit le 15/10/2013 à 17:34 :
Dans le champ politique prétendant mettre en oeuvre un programme économique, il existe actuellement en France deux partis : Le global-parti constitué de multiples alliances et d'un spectre attrape-tout que l'on nomme le Front Républicain et bien entendu le Front National montant en révolte contre les abus. Il se trouve que le premier s'est tellement déconsidéré qu'une rénovation semble nécessaire. Les personnes citées ci-dessus qui pensent à tort qu'un état se gère comme une entreprise prétendent insuffler un esprit neuf et prendre ostensiblement la tête du Front Républicain. Ils se veulent donc les fossoyeurs de l'UMPS tel que qualifié par le Front National. Au reste c'est une démarche bien marketing : Quand ça ne se vend plus on change l'étiquette! Malheureusement ils ne vendent pas de la lessive, le pays n'est pas un torchon à blanchir et les français des pigeons prêts à se faire rincer encore.
Réponse de le 15/10/2013 à 21:47 :
Très bonne analyse cependant c'est le seul mouvement qui
Réponse de le 15/10/2013 à 21:51 :
Très bonne analyse, mais ils semblent sincère &volontaire! Après en rejoignant le mouvement nous pouvons agir !
a écrit le 15/10/2013 à 17:25 :
Bla
a écrit le 15/10/2013 à 17:17 :
Enfin du nouveau, je n'ose y croire !
a écrit le 15/10/2013 à 17:17 :
Enfin des gens compétents qui connaissent la réalité et ont de l'expérience, cela devrait nous changer des baratineurs des marchés de plein vent, oui ils aiment le vent.
prêt à adhérer à 100%
Réponse de le 15/10/2013 à 19:37 :
Le jour où ce parti cherchera vraiment des électeurs il se mettra lui-aussi au baratin ne vous en faites pas ; le baratin, il n'y a que ça qui intéresse les français dans une campagne électorale (sinon les politiques de métier auraient déjà essayé autre chose).
a écrit le 15/10/2013 à 17:11 :
Ouais, malheureusement, Payre a été catalogué "exilé fiscal" par les journaux UMPS. Du coup , il va passer son temps a se justifier et c'est un sacré handicap de départ. Il aurait fallu choisir quelqu'un d'autre.
Réponse de le 15/10/2013 à 17:44 :
Exilé fiscal puis retour pour investir en France et créer Kalia. Quelle justification faut il apporter? Arrêtons les postures
Réponse de le 15/10/2013 à 19:05 :
Il a de la place pour un nouveau courant apolitique il faudra des gens irréprochable avec des idées simple pas plus de 2 mandats quelques soit le poste interdiction au fonctionnaire de se présenter au. Élection 6000 communes plus de département aucun casier judiciaire pour être élu voilà la révolution. Mais il ne faut pas s être exiler c est certains vu le climat il est grillé avant l envole La crise n est pas assez forte pour que ça se passe mais ça va arriver c est certain

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :