Le spécialiste américain de l'analyse de données Palantir se prépare à entrer en Bourse

 |   |  257  mots
La société californienne, basée dans la Silicon Valley, a initialement développé son savoir-faire pour les agences de renseignement américaines, avant de s'étendre aux très grandes entreprises comme Airbus ou Sanofi.
La société californienne, basée dans la Silicon Valley, a initialement développé son savoir-faire pour les agences de renseignement américaines, avant de s'étendre aux très grandes entreprises comme Airbus ou Sanofi. (Crédits : Reuters)
Ce pourrait être l'une des plus grosses introductions en Bourse depuis Uber, Palantir ayant été évalué à 20 milliards de dollars, d'après la presse américaine.

Le spécialiste américain de l'analyse de données Palantir a déposé son dossier auprès de l'autorité des marchés pour entrer en Bourse, a-t-il fait savoir dans un communiqué lundi soir.

Ce pourrait être l'une des plus grosses introductions en Bourse depuis Uber, Palantir ayant été évalué à 20 milliards de dollars, d'après la presse américaine.

Lire aussi : Uber s'inflige un mauvais départ en Bourse

Du contre-terrorisme au secteur financier

La société californienne, basée dans la Silicon Valley, a initialement développé son savoir-faire pour les agences de renseignement américaines, avant de s'étendre aux très grandes entreprises comme Airbus ou Sanofi.

Lire aussi : Palantir: de Big Brother au big business

Cofondée en 2004 par l'investisseur Peter Thiel, elle a été couvée à son démarrage par la CIA et le fonds d'investissement In-Q-Tel.

Palantir fournit une plateforme capable d'agréger des données d'origines et de formats très disparates, pour ensuite conduire tous les tris et les analyses souhaités par l'utilisateur.

Ses services sont aujourd'hui utilisés dans le contre-terrorisme mais aussi le secteur financier: les médias américains ont rapporté qu'elle aurait par exemple aidé les États-Unis à retrouver Oussama Ben Laden ou à éplucher les comptes de Bernard Madoff.

La rumeur enfle depuis des années autour d'une possible entrée en Bourse.

Mais d'après le Wall Street Journal, Palantir ne génère toujours pas de profit annuel.

Lire aussi : Et l'américain Palantir a désormais un rival "Made in France"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2020 à 10:54 :
Le spécialiste de l'analyse de données... Quel euphémisme !
Ce sont les spécialistes de l'oeil de boeuf, des pervers pépères qui trifouillent à longueur de journée de manière illégale dans nos ordinateurs personnels et professionnels, le tout dirigé vers Tel(maison) aviv.

Ceux qui renseignent nos renseignement completement largués et qui font les beau en plus, le gendarme et la gendarmette.
a écrit le 07/07/2020 à 9:18 :
"La société californienne, basée dans la Silicon Valley, a initialement développé son savoir-faire pour les agences de renseignement américaines, avant de s'étendre aux très grandes entreprises comme Airbus ou Sanofi"

Au moins on se marre ! ^^
Réponse de le 07/07/2020 à 21:04 :
C'est vrai mais on peut ne pas être client . Par ailleurs l'outil est puissant et permet d'optimiser une gestion complexe et aux éléments dispersés . Le seul regret c'est notre incapacité à dominer les grands sujets d'avenir . Tout ce qui participe au big data est une menace pour la confidentialité .C'est ainsi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :