Valorisé plus de 800 milliards, Tesla surpasse Facebook et Musk devient l'homme le plus riche du monde

 |  | 549 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Reuters)
Tandis que la voiture électrique doit vivre son apogée en 2021 selon les investisseurs, Elon Musk, le patron charismatique a également détrôné Jeff Bezos, un autre géant de l'Internet, au classement des grandes fortunes mondiales.

Pour la première fois, la capitalisation boursière de Tesla a dépassé vendredi les 800 milliards de dollars, plaçant le constructeur de voitures électriques devant Facebook en terme de poids lourds à Wall Street.

Lors de la onzième séance d'affilée, le titre Tesla caracolait à la Bourse de New York, gagnant près de 8% en matinée, après avoir avancé de quasiment autant la veille.

Alors que l'action vaut plus de 800 dollars l'unité, la valeur du groupe se montait à 826 milliards de dollars contre 752 milliards de dollars pour Facebook, selon les chiffres de l'agence Bloomberg.

Lire aussi : En 2020, la voiture électrique a décollé, en 2021, elle vole

La 5e plus grosse capitalisation mondiale

La plus grosse capitalisation à la Bourse de New York actuellement est celle d'Apple, qui vaut 2.206 milliards de dollars, et est suivi de Microsoft (1.648 milliards), d'Amazon (1.586 milliards), d'Alphabet/Google (1.200 milliards) et maintenant de Tesla.

La poussée du titre du fabricant de véhicules électriques a fait de son patron Elon Musk, l'homme le plus riche du monde jeudi, devant Jeff Bezos, le fondateur d'Amazon.

Mi-décembre, le groupe a connu sa consécration boursière en intégrant le prestigieux indice S&P 500, regroupant les 500 plus grandes sociétés cotées aux Etats-Unis.

En rejoignant le S&P 500, l'action Tesla a systématiquement été inclue dans des fonds indiciels cotés (exchange-traded funds ou ETF), qui suivent de manière passive les fluctuations de l'indice, ce qui a encore boosté le titre.

Pourtant, les ventes du groupe restent bien loin des constructeurs traditionnels: Tesla n'a écoulé que 499.550 voitures sur l'année 2020, bien loin par exemple de Volkswagen et ses 11 millions de véhicules vendus en 2019.

"Que c'est étrange..", a réagi le richissime et fantasque patron de Tesla jeudi sur Twitter en apprenant être classé l'homme le plus riche de la planète. "Retournons au travail...".

Lire aussi : Tesla, grand champion en 2020 en Bourse, fait son entrée au S&P 500

Elon Musk, l'homme le plus riche du monde

Grâce à cette envolée, Elon Musk, 49 ans, s'est hissé jeudi au rang d'homme le plus riche du monde grâce à l'envolée des actions en Bourse, devançant Jeff Bezos.  Egalement à la tête de SpaceX, il contrôle 18% des parts du constructeur automobile haut de gamme, ce qui porte sa fortune à plus de 188 milliards de dollars, selon les calculs de l'agence Bloomberg qui tient à jour un classement des milliardaires.

L'essentiel de la richesse d'Elon Musk est en fait constituée d'actions, dont une partie servent de garantie collatérale à des prêts pour investir dans ses sociétés, selon Forbes.

Le charismatique et innovant patron de la Silicon Valley, qu'il a quittée pour le Texas à la fiscalité plus souple, a promis qu'il donnerait la moitié de sa fortune à des oeuvres de charité, affirme le magazine. Mais pour l'instant, il a expliqué dans un tweet en 2018 qu'il ferait "de gros versements dans 20 ans quand Tesla serait stabilisée".

M. Bezos détenait le titre d'homme le plus fortuné de la planète depuis 2017. Viennent ensuite Bill Gates, le fondateur de Microsoft, l'empereur du luxe Bernard Arnault (LVMH) et le patron de Facebook Mark Zuckerberg, âgé de seulement 36 ans.

Lire aussi : Constellation Starlink : la "pollution spatiale" d'Elon Musk

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2021 à 18:57 :
C'est cher payé pour des déchets roulants sans autonomie (cf. batterie) tandis que le pétrole est bon marché aux USA car non surtaxé par des kleptocrates (cela pourrait changer avec BuyZen).

Le véhicule électrique ne remplacera jamais un véhicule thermique sans être capable d'apporter un confort au moins identique, particulièrement pour l'autonomie et ce n'est pas avec 2 tonnes de batteries chinoises reconditionnées aux USA que Tesla va conquérir le monde.

Seul l'hybride traction électrique à générateur thermo-électrique pourrait offrir une douce transition vers l'électrique encore faut-il le vouloir car la transformation du marché est un risque industriel pour de nombreux sous-traitants incapables de se reconvertir par défaut de matière grise lié au culte de la flexi-précarité des embauches.
a écrit le 09/01/2021 à 15:29 :
Quand l'Europe se réveillera
Pourquoi toujours parler des six mêmes entreprises. Les médias de qualité se font eux aussi intoxiquer par les stratégies de marketing d'influence des GAFAMT; alors qu'ils ne nous (européens) apportent rien sur le plan économique, si ce n'est bloquer l'émergence de nos champions numériques et déstabiliser nos écosystèmes économiques en faisant croire que la solution passera par eux. A titre d'exemple, Space X, financé par la NASA, attaque notre éco-système du spatial et TESLA déstabilise nos champions de l'automobile et on parle encore d'Elon Musk, qui nous fait passer, nous européens, pour des "has been" sans futur.
Pourquoi ne parlez vous pas des innovations de haut niveau comme l'hyperscreen de Mercedes ou encore le lanceur réutilisable THEMIS.
Les médias de référence ont un rôle à jouer dans le réveil de la puissance européenne en mettant régulièrement en avant nos réussites et en réduisant le temps de parole des GAFAMT, car ce n'est pas ces entreprises qui feront les emplois pour nos enfants.
a écrit le 09/01/2021 à 9:29 :
"le patron charismatique"

C'est un peu comme "la lessive qui lave plus blanc" vendu comme ça.
Réponse de le 09/01/2021 à 19:14 :
Il serait intéressant de savoir si ce talent charismagique est héréditaire en période de pandémie auquelle est soumise la chaîne de restaurants The Kitchen de son frangin Kimbal... car par le plus grand des hasards Elon Musk s'est médiatiquement montré fermement opposé au "lockdown" (i.e. confinement).
Réponse de le 10/01/2021 à 9:29 :
Pour moi Musk c'est un Jack Ma américain je ne vois que ça pour que l'Etat américain lui autorise toutes ses frasques.
a écrit le 08/01/2021 à 22:09 :
Cela se nomme une bulle, lorsque la valorisation boursière de l'entreprise ne correspond pas à sa réalité économique.
Remarque : aujourd'hui nous devions baisser notre consommation électrique en raison du risque d'un pic de consommation, ajoutez la charge des véhicules électriques,et nous irons au crash.
Réponse de le 09/01/2021 à 9:56 :
On a envoyé les première sonde solaire quand sur la lune, sondes qui pour certaine sont toujours en fonctionnement, aujourd'hui on a fortement réduit les pertes des voitures (frottements...), on a grandement amélioré les panneaux solaires, mais ce qu'on exige toujours c'est le passage obligé à la pompe ou une prise de rechargement... La voiture électrique décollera lorsque son autonomie passera a plus de 1000 km et/ou qu'on pourra la recharger en 5 min...
a écrit le 08/01/2021 à 18:49 :
Combien donne-t-il aux cartels mexicains pour ne plus se faire voler ses matériaux?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :