Une nouvelle banque suisse dans le collimateur du fisc américain

 |   |  265  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Après UBS et Credit Suisse, ce sont deux employés de la banque helvétique Julius Baer qui sont accusés d'avoir aidé des clients à se soustraire au fisc américain.

Avoir un compte en Suisse n'est en fait pas de tout repos. Deux conseillers financiers de la banque helvétique Julius Baer, numéro cinq de la gestion de fortune en Suisse, sont accusés par un procureur de Manhattan d'avoir aidé quelque 180 clients américains à soustraire plus de 600 millions de dollars au fisc des Etats-Unis, selon un acte d'accusation déposé auprès d'une cour de New York. Daniela Casadei et Fabio Frazzetto, ce sont leurs noms, avaient vanté à leurs clients la tradition de secret de la banque et son absence de bureaux aux Etats-Unis, ce qui la rendait soi-disant quasi inattaqable par le fisc américain.

UBS avait payé 780 millions de dollars au fisc américain

Mais les autorités des Etats-Unis veillent au grain depuis les précédents de Credit Suisse et d'UBS. Cette dernière avait fini par payer 780 millions de dollars au fisc américain et à lui révéler les noms de 4.450 détenteurs américains d'un compte dans la banque suisse, afin de mettre fin au différend qui l'opposait à la justice américaine au sujet de l'évasion fiscale.

Une peine de prison de cinq ans et une amende de 250.000 dollars au minimum

Julius Baer a reconnu "faire partie des nombreuses banques suisses impliquées dans des négociations fiscales en cours entre les Etats-Unis et la Suisse et coopérer avec le gouvernement américain." Casadei et Frazzetto, qui conseillaient à leurs clients d'ouvrir des comptes sous de faux noms comme "Rubis rouge", risquent cinq ans de prison et encourent une amende de 250.000 dollars. Au minimum.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2011 à 8:13 :
au lieu d'accuser la banque, ils devraient accuser les clients qui font de l'evasion fiscale, et basta...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :