Les banques françaises affrontent des vents contraires

Taux bas, croissance en berne, alourdissement de la réglementation et de la fiscalité… Lors de la présentation de ses résultats annuels, le 5 février, BNP Paribas a prévenu qu'il lui sera plus difficile que prévu d'atteindre les objectifs de son plan stratégique 2014/2016.
Christine Lejoux

4 mn

Les nouvelles taxes et réglementations devraient avoir un impact négatif de 500 millions d'euros sur le résultat net 2016 de BNP Paribas, selon son directeur général, Jean-Laurent Bonnafé.
Les nouvelles taxes et réglementations devraient avoir un impact négatif de 500 millions d'euros sur le résultat net 2016 de BNP Paribas, selon son directeur général, Jean-Laurent Bonnafé. (Crédits : reuters.com)

Comme de coutume, BNP Paribas a donné, jeudi 5 février, le coup d'envoi des présentations de résultats annuels des banques françaises. Le coup d'envoi et sans doute aussi le "la" de cette saison 2015, car les vents contraires évoqués par la banque devraient valoir pour l'ensemble du secteur. BNP Paribas a en effet laissé entendre qu'il lui sera plus difficile que prévu d'atteindre les objectifs de son plan stratégique 2014/2016, présenté un an plus tôt. Une prudence qui, au passage, a gommé la bonne surprise de résultats annuels supérieurs aux attentes des analystes financiers (lire encadré ci-dessous), en dépit de l'amende colossale de 6,6 milliards d'euros infligée en juin à la banque par la justice américaine, au titre de transactions en dollar réalisées dans des pays soumis à un embargo des Etats-Unis.

Conséquence, avec un recul de près de 4%, le cours de Bourse de BNP Paribas a signé la plus forte baisse de l'indice CAC 40, jeudi 5 février, les analystes doutant de la capacité du groupe à afficher une rentabilité des capitaux propres de 10% en 2016, comme il s'y était engagé un an auparavant. "Notre plan 2014/2016 se déroule dans un environnement plus difficile qu'anticipé, il faudra donc être meilleur que prévu pour atteindre nos objectifs. Il y a du vent de face et du vent de côté", a reconnu Jean-Laurent Bonnafé, directeur général de BNP Paribas, lors d'une conférence de presse.

Des taux très bas et une conjoncture économique toujours morose

Au premier rang de ces vents contraires figure la conjoncture économique européenne. BNP Paribas avait bâti son plan stratégique sur l'hypothèse d'une reprise de l'économie au sein de la zone euro. Cet espoir étant demeuré vain, la banque a revu sa copie : ses prévisions de croissance du PIB (produit intérieur brut) européen pour la période 2014/2016 sont désormais inférieures de 60 points de base (au total) à ses premières estimations. Dès le 14 janvier, l'agence de notation Standard & Poor's (S&P) avait prévenu que le secteur bancaire français risquait de voir les revenus de ses activités de banque de détail grevés par un PIB en croissance de moins de 1% cette année, dans l'Hexagone. De fait, une conjoncture économique morose n'est pas de nature à encourager les entreprises et les ménages à solliciter des crédits bancaires pour financer des investissements et des dépenses.

Autre vent de côté, voire de face : des taux d'intérêt très faibles. Là encore, BNP Paribas avait construit son plan 2014/2016 en pariant sur "une gentille remontée des taux", rappelle Jean-Laurent Bonnafé. Las ! Les taux longs sont historiquement bas, et pour longtemps, compte tenu du programme de rachats massifs de titres de dette publique annoncé le 22 janvier par la BCE (Banque centrale européenne). Or près de la moitié des revenus des grandes banques françaises proviennent de la marge d'intérêt, c'est-à-dire de l'écart entre les taux longs, auxquels les établissements bancaires prêtent, et les taux courts, auxquels ils se refinancent. C'est dire à quel point la baisse des taux longs risque de pénaliser les revenus et la rentabilité des banques françaises.

Un impact négatif de 500 millions d'euros sur le résultat net 2016

Des banques qui ont également maille à partir avec un alourdissement de leur fiscalité. Le 12 novembre, à l'occasion de la présentation du budget rectificatif par le gouvernement, elles ont appris que la taxe systémique dont elles s'acquittent depuis 2011 ne disparaîtrait qu'en 2019, et que celle-ci deviendrait en outre non déductible de l'impôt sur les sociétés. A quoi s'ajoutera, à partir de 2016, la contribution des banques françaises au fonds de résolution unique des crises bancaires, l'un des piliers de l'union bancaire européenne. Un tableau qui ne serait pas complet sans la poursuite d'un tsunami réglementaire que les banques espéraient terminé, avec, en point d'orgue, le projet de TLAC (total loss absorbing capacity). Les contours de cette nouvelle exigence de renforcement des fonds propres des banques, qui émane du Conseil de stabilité financière, devrait être finalisés cette année.

Cet environnement réglementaire toujours très lourd avait d'ailleurs été invoqué par S&P, le 14 janvier, pour justifier sa prudence à l'égard du secteur bancaire français. Toutes ces nouvelles taxes et réglementations devraient de fait engendrer un impact négatif de 500 millions d'euros sur le résultat net de BNP Paribas en 2016, prévient la banque. C'est un euphémisme de dire que la communauté financière attend avec impatience les perspectives de la Société générale, de BPCE (Banque Populaire Caisse d'Epargne) et du Crédit agricole, dont les résultats annuels seront publiés au cours des deux prochaines semaines.

Christine Lejoux

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 11/02/2015 à 10:06
Signaler
Toute juste la remarque de EBT. J'ajoute que c'est ce qu'ON a voulu depuis 30 ans. Les vents contraires du métérologue de BNPParibas ne sont que le reflet de l'efficiency des dérégulation, désintermédiation,Q.E, procès ou amendes, tous ces trucs de ...

à écrit le 10/02/2015 à 16:18
Signaler
"les analystes doutant de la capacité du groupe à afficher une rentabilité des capitaux propres de 10% en 2016," même Madoff ne promettait pas des rendements aussi mirobolants. Et pourtant on sait ce qu'il en est advenu. Tant que l'économie vivra sur...

à écrit le 09/02/2015 à 9:37
Signaler
les banques centrales ne reprennent-elles pas le contrôle de la création monétaire?

à écrit le 08/02/2015 à 21:35
Signaler
Les crédits avec interet ne devraient pas exister... le christianisme est contre, tout comme l'islam...comment rendre esclaves les gens ? leur preter de l'argent. Nous sommes des esclaves de l'argent, alors que celui ci ne devait etre qu'un moyen d...

le 08/02/2015 à 23:28
Signaler
Tout à fait d'accord l'ami.

le 09/02/2015 à 7:00
Signaler
vous devriez faire du troc...

le 10/02/2015 à 19:06
Signaler
SVP.....où peut on vous contacter pour vous demander des prêts .....je pense qu'avec de tels propos votre téléphone ne va pas cesser de sonner !!! allez un peu moins de démagogie.....un peu plus de réflexion et de discernement, et tout ira mieux !!!

à écrit le 08/02/2015 à 20:50
Signaler
les banques sont des improductifs. ils ne devraient pas faire de benef. il est ouù les problème? Il y a trop de banquiers? qu on les envoie vers des métiers réels (balayeurs, agents sanitaires, éboueurs..). On a besoin de gens pour faire des tâches d...

le 08/02/2015 à 23:12
Signaler
oui les banques ont même comme projet de faire legaliser les intérêts negatifs sur l'épargne et les depots pour continuer à faire des profits sans rien faire ni prendre de risque

le 09/02/2015 à 0:19
Signaler
c est quoi ce commentaire, vius travaillez dans quoi pour vous permettre de dire que les banquiers ne sont rien.

le 09/02/2015 à 13:57
Signaler
C'est vrai retournons au troc! C'est concret! Et puis supprimons les comptes bancaires, cb, virement (salaires, factures,etc), prêts immobilier... Merci Floppy pour poser les bonnes questions :)

le 10/02/2015 à 0:08
Signaler
"les banques sont des improductifs. ils ne devraient pas faire de benef." : Mais les banques prennent des risques... puis font payer la facture aux contribuables quand ces risques sont avérés. "+1" : Demandez vous pourquoi les chèques sont gratuits ...

le 12/02/2015 à 8:39
Signaler
Les prets fait par les banque viennent d ou a votre avis??

à écrit le 08/02/2015 à 17:15
Signaler
Les vents contraires s'appelles François Hollande!!! Cet homme est capable d'inhiber toute intelligence et créativité humaine!!!

le 08/02/2015 à 18:23
Signaler
@Realiste: même si Hollande est le plus nul que le pays ait jamais eu, c'est le système qui doit être réformé en profondeur :-)

le 12/02/2015 à 8:44
Signaler
L economie reste a politique ce n est pas un president ou un gouvernement qui peut effacer l eclatement d une bulle provoque par la societe generale et l AMF elle meme .vendre en bloc les portefeuille KERVIEL c est comme ouvrir un barrage d un coup l...

à écrit le 08/02/2015 à 16:05
Signaler
En fait BNP-Paribas pour remplir ses objectifs a voulu siphonner ses filiales (notamment tunisienne la UBCI) en lui imposant divers "frais", heureusement que ses actionnaires minoritaires ont mis le holà

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.