Après Londres et Paris, Berlin se dit aussi favorable à une taxe sur les bonus

 |   |  418  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La chancelière allemande approuve la proposition franco-britannique d'imposer une taxe sur les bonus des banquiers. Le Royaume-Uni prévoit une taxe exceptionnelle de 50% sur ces rémunérations. La France travaille à un dispositif de même ampleur.

Après Londres et Paris, Berlin. Angela Merkel a annoncé ce jeudi son ralliement à la proposition franco-britannique de taxes sur les bonus distribués par les banques.  "Je trouve que l'idée (...) d'introduire un impôt à titre exceptionnel est une idée très charmante, qui pourrait peut-être avoir des vertus pédagogiques" estime la chancelière allemande. Pour Angela Merkel, les contribuables ne devraient pas supporter seuls le fardeau financier de la crise économique mais "les banques et leurs employés aussi".

Dans une tribune conjointe publiée dans le Wall Street Journal ce jeudi, le Premier ministre britannique Gordon Brown et le président français Nicolas Sarkozy ont préconisé "un impôt exceptionnel assis sur les primes versées", "parce que les bonus pour 2009 sont en partie le résultat du soutien apporté par les Etats au système bancaire".

Londres a d'ores et déjà annoncé mercredi la création d'une taxe sur les primes des banquiers à hauteur de 50%. Cette taxe s'appliquera pour les banques versant des primes dépassant 25.000 livres (27.500 euros) à leurs salariés d'ici avril prochain. En France, le gouvernement va s'inspirer du modèle britannique. Bercy travaille à un projet permettant de taxer les banques sur la base d'une partie des bonus versés à leurs salariés en 2010 au titre de 2009. .

En attendant la mise en place d'une éventuelle taxe du même type en Allemagne, les plus grands établissements financiers outre-rhin auraient déjà accepté, selon des sources proches du dossier citées par l'agence Reuters, de mettre en pratique les recommandations du G20 sur les bonus dès cette année, alors que les autorités de tutelle allemandes avaient demandé à ce que les banques et les assurances adoptent ces recommandations à partir de 2010. Suivant les préceptes du G20, le versement des primes devra être décalé dans le temps afin de décourager la prise de risque excessive à court terme.

Au-delà de l'Allemagne, le gouvernement britannique a aussi appelé les 27 membres de l'Union européenne à discuter de la possibilité de taxer les bonus bancaires.  Dans une lettre adressée à ses homologues des Vingt-Sept, Gordon Brown écrit  que "le rapide retour à la profitabilité de ce secteur, à un moment où les conditions économiques et financières restent difficiles, met en exergue certaines inquiétudes sur ce secteur auxquelles nous devons répondre - alors que les bénéfices du succès sont accaparés par quelques uns, les coûts de l'échec sont supportés par tous".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2009 à 19:12 :
Mesure complètement bidon et démagogique qui provoque l'hilarité des traders qui ce soir doivent bien rigoler dans les pub....En taxant l'employeur, l'Etat leur permettra de toucher les mêmes sommes que prévues. Quan aux banques, elles répercuterons cette mesure fiscale sur les autres, à savoir les salariés (embauches) et les actionnaires...Vive le populisme technocratique !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :