Blockchain : la star du minage Bitfury serait la première licorne européenne

 |   |  675  mots
Basée à Amsterdam, Bitfury est surtout connue pour ses matériels de minage de bitcoins et autres crypto-actifs comme le BlockBox, un centre de données mobile réfrigéré.
Basée à Amsterdam, Bitfury est surtout connue pour ses matériels de minage de bitcoins et autres crypto-actifs comme le BlockBox, un centre de données mobile réfrigéré. (Crédits : Bitfury)
La startup européenne, qui vend des puces et logiciels pour miner du Bitcoin, vient de boucler un tour de table de 80 millions de dollars mené par le fonds Korelya de Fleur Pellerin. Avec un chiffre d'affaires de 500 millions de dollars, elle serait valorisée plus d'un milliard et envisage une introduction en Bourse dans les deux ans.

L'ascension fulgurante du Bitcoin et des crypto-actifs l'an dernier n'a pas enrichi que les spéculateurs mais surtout les vendeurs de pioches, comme lors de la ruée vers l'or. La startup européenne Bitfury est un de ces vendeurs de pioches : l'entreprise dont le siège est à Amsterdam, vend des puces (ASIC) et des logiciels spéciaux pour le minage des crypto-actifs, ainsi que des solutions pour les entreprises et les États voulant utiliser la Blockchain. Elle a annoncé ce mardi 6 novembre avoir bouclé un tour de table de 80 millions de dollars mené par le fonds Korelya Capital, fondé et dirigé par l'ex-ministre Fleur Pellerin, soutenu par le géant de l'internet sud-coréen Naver, dans le cadre d'un placement privé, qui la valoriserait plus d'un milliard de dollars.

Parmi les autres investisseurs, on compte de grands institutionnels ou entreprises du monde entier, le fonds australien Macquarie, le groupe de publicité japonais Dentsu, la mutuelle MASCF, l'assurance luxembourgeois Foyer et la banque d'affaires new-yorkaise spécialisée dans la Blockchain Galaxy Digital, du milliardaire Mike Novogratz (ex-gérant du hedge fund Fortress). Le management conserve le contrôle.

« De petite startup, Bitfury est devenue la plus grande licorne occidentale de la Blockchain, dotée d'une expertise et d'un management d'envergure internationale, apportant constamment des solutions innovantes à tous les niveaux de l'écosystème Blockchain », a commenté Antoine Dresch, cofondateur et associé de Korelya Capital, dans le communiqué.

Korely aurait investi un ticket proche de 20 millions de dollars selon l'AFP. Bitfury emploie 700 personnes dans 15 pays et exploite cinq data centers situés en Islande, au Canada, en Géorgie et en Norvège. Depuis sa création en 2011, l'entreprise a enregistré une croissance à trois chiffres et serait rentable.

« Avec un demi milliard de dollars de revenus, Bitfury est le leader mondial des fournisseurs de technologie d'infrastructure B2B Blockchain pour les entreprises et les gouvernements », fait valoir le président exécutif, George Kikvadze.

Vers une introduction en Bourse à 3 ou 5 milliards

L'entreprise européenne a choisi un mode de financement classique, et non une Initial Coin Offering (ICO), levée de fonds par émission de jetons en vogue dans le secteur de la Blockchain, dont la réglementation est encore inexistante ou naissante. Elle vise une introduction en Bourse dans les deux ans, a révélé l'agence Bloomberg, sans doute à Amsterdam, et elle espérerait une valorisation de 3 à 5 milliards de dollars.

« 2018 a été une année d'expansion incroyable pour Bitfury. Ce placement privé reflète nos réalisations et reconnaît notre capacité à s'adresser à des segments de marchés adjacents dans l'informatique haute performance, dont les technologies émergentes telles que l'intelligence artificielle », a commenté le cofondateur et directeur général, le letton Valery Vavilov. « L'institutionnalisation de la Blockchain et des crypto-monnaies, ainsi que les perspectives liées à ces technologies émergentes, constituent une opportunité d'expansion naturelle sur laquelle Bitfury va s'appuyer en 2019 et au-delà. »

Lire aussi : « La Blockchain va pénétrer tous les secteurs et nous aider à tout réinventer » Joseph Lubin

Dans les équipements pour le minage, son plus grand concurrent est le géant chinois Bitmain, qui prévoit de s'introduire en Bourse à Hong Kong d'ici à la fin de l'année. Ce mastodonte a généré plus de 2,8 milliards de dollars de revenus et 742 millions de bénéfices au cours du seul premier semestre 2018, selon son prospectus d'information. Il a levé 400 millions en juin lors d'un tour de table le valorisant 12 milliards de dollars et espérerait lever 18 milliards en allant sur les marchés. Cependant, la forte baisse des cours des crypto-actifs rend le contexte plus difficile

Bitfury s'est davantage diversifié, dans les applications logicielles, et avec sa solution de blockchain privée pour les entreprises et les États, Exonum.

Selon la banque d'investissement qui a conseillé Bitfury, l'opération illustre le large éventail d'activités de l'entreprise « qui lui permet d'être considérée comme le mandataire d'une thèse d'investissement globale autour de la Blockchain » a analysé Greg Revenu, associé chez Bryan, Garnier & co.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2018 à 8:46 :
ah ben si c'est detenu par fleur pellerin, il faut dailymotioniser cette boite, empecher tout rapprochement et toute operation au capital, qu'elle subisse un peu ce qu'elle a fait a dailymotion.........
ah mon bon monsieur, ca va pas etre possible, a gauche on ne degueulasse que le travail des autres avec des lois qu'on est les premiers a ne pas appliquer car on en a de bonnes raisons, moi
Réponse de le 07/11/2018 à 11:37 :
Gnii ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :