Financement participatif : Anaxago mise sur la digitalisation de l'épargne

 |   |  801  mots
Les trois fondateurs d'Anaxago : François Carbone, Joachim Dupont et Caroline Lamaud.
Les trois fondateurs d'Anaxago : François Carbone, Joachim Dupont et Caroline Lamaud. (Crédits : Anaxago)
La plateforme de crowdfunding Anaxago a créé une société de gestion et lancé un premier fonds, accessible en ligne, spécialisé dans l'investissement immobilier non-coté. Objectif : favoriser la participation des investisseurs professionnels au côté des particuliers et capter une partie de la clientèle banque privée, en attente d'expériences digitales. Anaxago espère doubler sa collecte à 80 millions d'euros en 2019.

Chaque acteur du financement participatif s'adapte à sa manière aux nombreuses mutations que traverse depuis quelques mois le marché du crowdfunding tricolore (concentration avec la fermeture d'Unilend, le rachat de Credit.fr et Homunity par Tikehau ou encore la mise en sommeil de l'activité de financement des PME par Lendopolis, le boom du crowdfunding immobilier, etc). Anaxago, spécialiste du financement participatif en investissement dans les entreprises innovantes et les projets immobiliers, fait le pari de la gestion de patrimoine en ligne.

« Nous observons une forte digitalisation de l'épargne et de nouvelles habitudes d'investissement portées par la génération des Millennials. L'investissement en direct permis par les plateformes de crowdfunding répond à une partie de leurs attentes. Les banques privées ne se sont pas encore adaptées à cette évolution », a expliqué Joachim Dupont, lors d'une conférence de presse mardi 26 mars.

Basée à Paris, Anaxago entend saisir cette opportunité pour capter une partie de la clientèle des banques privées, notamment la nouvelle génération d'entrepreneurs, en attente d'expériences digitales et de produits d'investissement dans l'économie réelle. Elle entend ainsi faire évoluer son modèle et répondre aux attentes de ses 5.000 investisseurs actifs, dont le plus jeune est âgé de 24 ans pour une moyenne d'âge de 44 ans. « Parmi notre communauté d'investisseurs, nous avons beaucoup de jeunes cadres supérieurs qui souhaitent optimiser leur patrimoine », note le dirigeant. Le portefeuille moyen s'élève à 24.000 euros pour environ quatre participations.

Lire aussi : Prêt, dons et autres cagnottes : le financement participatif opère sa mue

Création d'une société de gestion

La plateforme a déjà amorcé sa nouvelle stratégie. En octobre 2018, elle a créé une société de gestion, Anaxago Capital, agréée par l'Autorité des marchés financiers (AMF). « Plus de 35% des investissements réalisés sur la plateforme étaient réalisés par des investisseurs professionnels. Nous avons décidé de créer une société de gestion pour répondre à leurs besoins en leur donnant la possibilité d'investir dans des fonds agréés », explique Joachim Dupont. Grâce à cet outil, les investisseurs professionnels pourront investir des plus gros montants au coté des investisseurs particuliers. Un moyen pour Anaxago de décrocher des projets plus importants et de renforcer son efficacité commerciale. Une stratégie pour laquelle la plateforme October (ex-Lendix), spécialisée dans le prêt aux PME, a également opté. Sur cette plateforme, 70% des montants prêtés le sont par les institutionnels.

Il y a un mois, Anaxago Capital a ainsi lancé son premier Fonds commun de placements à risques (FCPR) dédié à la promotion et la réhabilitation immobilière dans le tertiaire et le résidentiel. Baptisé Anaxago Society One, il vise un closing final de 30 millions d'euros. Accessible uniquement en ligne, il est ouvert aux investisseurs professionnels et privés à partir de 10.000 euros d'investissement. « Cela permet à l'investisseur de diversifier son portefeuille et d'être exposé à plusieurs classes d'actifs en une souscription », fait valoir Joachim Dupont.

Doubler le volume de collecte en 2019

Dès le mois d'avril, Anaxago proposera une offre d'investissement locatif permettant d'accéder en direct à des actifs immobiliers présentant un potentiel de plus-value à terme et/ou un rendement « attractif ». L'entreprise réfléchit également au lancement d'un deuxième fonds dédié à l'investissement responsable. « 50% des programmes immobiliers que nous proposons de financer sur notre plateforme répondent déjà à des critères ESG [critères environnementaux, sociaux et de gouvernance, ndlr] », note l'entrepreneur.

En 2018, Anaxago a collecté 40 millions d'euros, un montant en hausse de 30% par rapport à 2017 (un peu plus de 29 millions d'euros). Depuis sa création en 2012, Anaxago se targue d'avoir recueilli 130 millions d'euros. « 50 millions d'euros ont été investis dans les entreprises innovantes et 80 millions dans le private-equity immobilier », détaille Joachim Dupont, soulignant la montée en puissance de ce segment. En 2019, Anaxago entend doubler le volume de sa collecte à 80 millions d'euros : 30 millions d'euros via son fonds Anaxago Society One et 50 millions d'euros via la plateforme de financement participatif. Rentable depuis ses débuts, l'entreprise parisienne vise un chiffre d'affaires supérieur à 4,5 millions d'euros sur l'exercice 2019, contre 3,5 millions en 2018.

Une dizaine de recrutements en cours

« Dans un secteur du crowd-equity en pleine consolidation où certains acteurs peinent à atteindre une taille critique et un modèle économique viable, Anaxago s'illustre par sa croissance et sa rentabilité historiques. Nous avons pour ambition de poursuivre ce développement maîtrisé tout en proposant un univers d'investissements performants et dans l'air du temps avec une expérience client optimale », avance, dans un communiqué de presse, François Carbone, le président d'Anaxago.

Pour atteindre ces objectifs, Anaxago, qui emploie aujourd'hui 35 personnes, prévoit une dizaine de recrutements dont un directeur technique, un directeur marketing et un directeur de la relation client.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :