Prêts toxiques : les banques devront mettre au pot

 |   |  585  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La commission d'enquête parlementaire propose une structure unique pour renégocier les prêts risqués, dont le montant est evalué à 18,8 milliards d'euros.

Les banques qui ont vendu des crédits toxiques aux collectivités vont devoir assumer avoir pratiqué des politiques commerciales agressives, « souvent trompeuses ». Tel est le verdict de la commission d'enquête sur les produits financiers à risque souscrits par les acteurs publics locaux. La commission demande aux banques de prendre en charge financièrement la partie toxique des crédits qu'elles ont vendus aux collectivités. Ce qui représente en réalité une petite partie des 18,8 milliards de stocks de prêts toxiques souscrits par les acteurs publics locaux. Si les banques s'y refusent, les membres de la commission n'hésiteront pas à utiliser l'outil législatif pour les contraindre.

Au total, la commission d'enquête a reçu 80 acteurs du financement du secteur public local entre le 8 juin et le 8 décembre 2011. Ce qui lui a permis de dresser « le panorama le plus précis qui ait été établi » sur le sujet, se félicite Claude Bartolone, créateur et président de la commission d'enquête, président du conseil général de Seine-Saint-Denis.

« Des fariboles »

À partir des données récoltées auprès des banques, la commission a fixé le montant des produits structurés à 32,125 milliards d'euros pour 10.688 contrats conclus par plus de 3.000 communes. Découverte surprenante, ce sont les petites communes les plus nombreuses à en avoir souscrits (1.595 auprès dla seule Dexia, leader historique du marché). Pourtant, « l'ancien patron de Dexia (Pierre Richard) nous avait donné l'assurance que les petites communes n'entraient que marginalement dans leur stratégie. On nous a raconté des fariboles », regrette Claude Bartolone.

Si la commission reconnaît la naïveté de certaines collectivités, elle pointe du doigt la démarche agressive adoptée par les banques, Dexia en premier, et le comportement « trop passif » de l'État.

Une fois les responsabilités attribuées, la commission a déterminé un certain nombre d'actions concrètes pour soulager les collectivités. Le rapporteur de la commission, Jean Pierre Gorges, souhaite dans un premier temps établir une liste noire de tous les produits toxiques. Une fois cette liste dressée, il propose de mettre en place une structure unique pour renégocier produit par produit les prêts risqués. « Cette démarche aurait plus de chance de succès qu'une multitude de procès engagés contre les banques », estime-t-il. « Il faut donc mettre tout le monde autour d'une table pour engager le processus de négociation avec les banques pour chaque gamme de produits », a-t-il ajouté.

Les collectivités seront libres d'accepter ou non de renégocier leurs prêts. Celles qui ne se portent pas volontaires devront en revanche assumer les conséquences si le taux de leurs emprunts s'envole par la suite. La commission souhaite également encadrer par la loi les modalités d'emprunt des collectivités. Certains produits structurés, volatils et imprévisibles, sont en effet incompatibles avec les principes budgétaires des collectivités locales qui doivent être à l'équilibre à la fin de chaque année. La commission souhaite donc interdire les produits « structurés ou dérivés avec multiplicateur », mais également mettre en place un plafond global pour tous les prêts aux acteurs publics locaux et obliger les collectivités à provisionner les risques de retournement « pour présenter des comptes sincères ». Enfin, Jean Pierre Gorges souhaite encourager le recours aux emprunts obligataires, en développant notamment une structure mutualiste de financement obligataire des collectivités territoriales, pour en donner l'accès aux plus petites.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2011 à 10:33 :
DEXIA a fait le forcing pour s'arroger les prêts aux collectivités, et ceci même en dessous des taux de marché. Donc pour s'y retrouver il fallait bien mettre en place des crédits structurés à rapport intéressant.
Les collectivités ont embauchés soi disant des gens compétents pour appréhender ces contrats spécifiques. De plus tous les contrats sont signés par la Préfecture, donc bien au courant de ces pratiques à risques étudiés..
Pendant les années fastes ces collectivités ont engrangé des gains sur ces contrats loin d'être négligeables.
Maintenant que le marché s'est retourné, du fait de la conjoncture - l'étude de risques le prévoyait - il est facile de s'en prendre aux banques.
Nous nous retrouvons comme d'habitude devant des politiques qui n'assument rien de leur responsabilité. Il leur suffit de faire des commissions d'enquête parle mentaires pour se retourner contre la Société Civile. C'est trop facile.
Ces crédits à risques se trouvent surtout sur les crédits à moyen et long terme. Sur les crédits d'exploitation courante on se trouve sur les taux de marchés court terme.
Ne pas oublier où se trouve la majorité des collectivités locales : gérées par la gauche........Embaucher les copains des copains, de la famille, ce n'est pas cela de la bonne gestion......................C'est trop facile de s'en prendre aux autres.............Il faut assumer et arrêter de dépenser ce que la FRANCE n'a plus..............
a écrit le 17/12/2011 à 20:42 :
ce que je voudrai savoir, et je ne trouve pas;... c'est quelles sont les communes qui ont contractés des emprunts toxiques pour simplement assurer le fonctionnement normal de la collectivitée. C'est ce qui nous permettra de juger de l'ampleur de la catastrophe.
De plus, par définition , les taux des emprunts toxiques vont évidement augmenter, ils ont été fait pour cela...
a écrit le 16/12/2011 à 15:06 :
C'est assez facile à comprendre cette arnaque. Je suis maire et j'emprunte un taux toxique.
Comme je cumule, en tant que député je suis soudain devenu expert en finance alors je dis que la banque m'a trompé.
Dans les deux cas je me gave; au départ avec des inaugurations ensevelies sous des petits fours posés sur des plateaux cachant des dessous de tables et à l'arrivée je suis le zoro de ma commune justement au moment des législatives ce qui me relance pour une nouvelle législature. CQFD disait mon pro de math.!!
a écrit le 16/12/2011 à 7:36 :
quelle folie : les collectivités locales se sont endettées par clientélisme et les banques vont payer : messieurs les banquiers ne prêtez plus UN centime à la France !! vous ne serez de toute façon jamais remboursées !!!!
en matière pénale ...;!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 16/12/2011 à 9:24 :
Cela va faire 10 ans que l'on parle de ces prêts "toxiques" : 2 possibilités: les personnes ayant souscritent cela sont soit 1/débiles (il y en a) soit 2/corrompus.

Alors M Hollande?
Réponse de le 16/12/2011 à 14:41 :
TUTUR TU TE MASTURBES TROP....LES NEURONES...VA VOIR L ARTICLE SUR LA LISTE DES SOCIETES AYANT SOUSCRIT DU MADORF AU LIEU DE DIRE DES CONNERIES

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :