Bénéfice record pour la banque Standard Chartered

 |   |  337  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
La banque britannique Standard Chartered, qui concentre son activité en Asie et dans les pays émergents, a annoncé mercredi un bénéfice net record de 4,75 milliards de dollars (3,52 milliards d'euros) pour l'exercice 2011, en hausse de 12% par rapport à l'année précédente.

Année historique pour la banque Standard Chartered. Les revenus ont augmenté de près de 10%, à 17,63 milliards de dollars, au même rythme que les coûts, tandis que les provisions pour créances douteuses étaient stables à 908 millions de dollars, a souligné la banque dans un communiqué. Au total, le bénéfice net s'élève à 4,75 milliards de dollars (3,52 milliards d'euros) pour l'exercice 2011, en hausse de 12% par rapport à 2010.

Standard Chartered, qui génère 90% de ses revenus en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient, a ainsi enregistré une hausse de ses bénéfices et revenus pour le neuvième exercice consécutif, avec un taux de croissance moyen de 16% et 21% respectivement sur la période. "Une fois encore, nos performances montrent que nous opérons sur les bons marchés, avec la bonne stratégie et la bonne direction en place (...). Nous entrons en forme dans l'année 2012", a commenté le président de la banque, John Peace. "Nous maintenons nos positions en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient, des marchés qui profitent d'une croissance forte et tendancielle, nourrie par l'urbanisation, l'expansion rapide des classes moyennes et le boom des investissements en infrastructures", a-t-il relevé.

L'activité a marqué une nouvelle hausse à Hong Kong où Standard Chartered puise près de 20% de son chiffre d'affaires, avec des revenus en hausse de 22% par rapport à 2010, à 3 milliards de dollars, pour un bénéfice en hausse de 41%, à 1,5 milliard. La banque a également vu ses opérations croître à Taïwan, et en Chine où les bénéfices ont doublé sur des revenus en hausse de 17%, même si la banque de détail reste déficitaire, le réseau d'agences étant toujours en cours de constitution. L'Inde a en revanche montré de piètres performances avec un résultat opérationnel en baisse de 3%, alors qu'il s'agissait en 2010 de son marché le plus rentable. Une inflation élevée et tenace a contraint la banque centrale fédérale indienne à relever ses taux à 13 reprises en 2011, comprimant la croissance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/02/2012 à 10:31 :
Je me demande ce que l'on pense chez Standard Chartered de l'idée de "supériorité" de la civilisation ... disons... gréco-lepeno-sarkozienne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :