La "banque de la jeunesse" : une vieille idée

Nicolas Sarkozy a proposé la création d'une "banque de la jeunesse", qui se porterait caution pour les étudiants candidats à l'emprunt. Or, un système de prêt étudiant garanti par l'Etat, via Oseo, existe depuis 2008.

3 mn

Copyright AFP
Copyright AFP

Créer une "banque de la jeunesse", interface entre le système bancaire et les étudiants, qui pourrait de surcroît se porter caution pour les candidats à l'emprunt : telle est la proposition du candidat-président Nicolas Sarkozy. Une déclaration faite devant un parterre d'étudiants réunis lors d'un meeting à la porte de Versailles le 31 mars, qui confine à l'effet d'annonce (et d'aubaine).  Le candidat Sarkozy a martelé : "Vous voulez étudier, vous voulez vous former, vous voulez entreprendre ! Nous allons créer une banque de la jeunesse qui se portera caution pour tous ceux qui n'ont pas la chance d'avoir une famille qui peut les aider".

La garantie d'Oseo

Sauf que le prêt étudiant garanti par l'Etat existe déjà. Et ce, depuis septembre 2008, à l'initiative de Valérie Pécresse, alors ministre de l'enseignement supérieur. Ainsi, le système de prêt étudiant actuel est aujourd'hui garanti par Oseo. "Ce prêt est ouvert à l'ensemble des étudiants (boursiers ou non) sans conditions de ressources et sans caution parentale ou d'un tiers". Et via Oseo, l'Etat garantit le risque de défaillance à hauteur de 70%.
Pas mieux renseigné que son adversaire, le PS ne s'est pas gêné pour pointer du doigt l'échec de Nicolas Sarkozy en matière d'accès au financement des étudiants. Or depuis l'instauration du système de prêt étudiant garanti par l'Etat en 2008, 27 200 prêts ont tout de même été contractés pour 216.5 millions d'euros de financement.

500 euros par mois pendant toute la durée des études

Quelques différences existent néanmoins entre le système de prêt garanti par Oseo et la proposition Sarkozy. Ce dernier promet une allocation de 500 euros par mois pendant toute la durée des études. Un étudiant qui se lancerait dans un cursus universitaire jusqu'au master, soit 5 ans d'études post-bac, se verrait donc prêter donc la modique somme de... 30 000 euros. Le prêt Oseo est quant à lui limité à 15 000 euros et à une durée de 10 ans.
Ce dernier est également abondé par l'Etat de 11 millions d'euros, tandis que Nicolas Sarkozy propose, dans le cadre de sa nouvelle proposition, de doter un fonds de garantie "d'au moins 150 millions d'euros".

Remboursement différé

Si le remboursement n'est différé que de deux ans dans le cadre du système Oseo, Nicolas Sarkozy annonce une possibilité de remboursement différé du prêt jusqu'à l'entrée en activité de l'étudiant emprunteur et proportionnel au revenu.  "Si son premier salaire est au niveau du Smic, [l'étudiant] aura moins de 10 euros par mois à rembourser", lit-on dans un communiqué de Nathalie Kosciusko-Morizet, porte-parole de Nicolas Sarkozy. Voilà qui promet un long chemin de croix aux étudiants devenus Smicards qui auraient emprunté la somme de 7 840 euros (soit le montant moyen d'un prêt étudiant selon le ministère de l'Enseignement). Ils auraient alors un tableau d'amortissement de leur prêt établi sur... 65 ans !

Un simulacre de banque

Enfin, le candidat UMP promet que "plus aucune banque ne pourra refuser un prêt à un jeune". Mais il reste toujours à la discrétion de la banque la possibilité de refuser l'octroi d'un crédit, et ce, malgré l'existence d'un système de cautionnement. Concrètement, ce dispositif prendrait la forme d'un site Internet qui ferait l'interface entre les jeunes et les établissements de crédit. Il comprendrait aussi une offre d'aide au logement dont les modalités ne sont pas encore connues. Les banques suivraient-elles le candidat-président comme en 2008...? Dans le cadre du prêt garanti par Oseo, Caisse d'épargne, CIC, Crédit Mutuel, Banque Populaire et Société générale avaient répondu présentes.
 

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 06/04/2012 à 8:03
Signaler
Ce que l'on ne dit pas c'est qu'Oseo a instauré des critères de plus en plus drastiques afin de limiter son risque et coup le nombre de prêt Oseo diminue. Banque Publique ou pas, l'activité de crédit est une activité de risque et le but est d'avoir l...

à écrit le 04/04/2012 à 15:43
Signaler
voilà encore une idée bien fumeuse !!! notre belle jeunesse a déjà sa banque, c'est la banque alimentaire, pour des besoins il est vrai beaucoup plus terre à terre. après la nourriture de l'esprit, il faut bien également remplir son estomac, c'est sa...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.