Le capital-investissement veut attirer à lui les milliards de l'assurance-vie

 |   |  552  mots
Les encours de l'assurance-vie s'élèvent à 1.400 milliards d'euros environ. Copyright Reuters
Les encours de l'assurance-vie s'élèvent à 1.400 milliards d'euros environ. Copyright Reuters (Crédits : Photo Reuters)
Le président de l'Association des investisseurs pour la croissance (Afic) juge «honteux» que 0,005% seulement de la collecte de l'assurance-vie soit consacré au financement des PME et des start-up.

«Il est absolument inconcevable que les assureurs, qui gèrent la plus grande poche de l'épargne française [l'assurance-vie ; Ndlr], consacrent 0,005% seulement de leur collecte au financement des PME et des start-up. C'est honteux!», Louis Godron, président de l'Association des investisseurs pour la croissance (Afic), n'a pas mâché ses mots à l'égard des compagnies d'assurance, mercredi 4 octobre, en présentant le bilan semestriel du capital-investissement français.

Il faut dire que ce bilan n'est guère brillant, en particulier sur le front des levées de capitaux. Au premier semestre, les fonds de private equity, qui investissent dans des sociétés non cotées en Bourse, ont levé 1,8 milliard d'euros seulement. Pour égaler l'année 2011, au cours de laquelle ils avaient levé 6,5 milliards d'euros, il leur faudrait donc récolter près de 5 milliards au cours du seul second semestre! Mission impossible. «Un certain nombre d'équipes de private equity ne sont plus en mesure d'investir dans des entreprises, faute de fonds», déplore Louis Godron.

Une désaffection liée à la future réglementation Solvabilité II

Si les ressources du capital-investissement français se tarissent, c'est notamment parce que les assureurs, qui ont longtemps figuré parmi ses principaux pourvoyeurs de fonds, ne jouent plus ce rôle. Au premier semestre, les compagnies d'assurance et les mutuelles ont injecté 125 millions d'euros seulement dans le private equity, contre 971 millions sur l'ensemble de 2011 et 2,3 milliards en 2008! Cette désaffection résulte en grande partie de la future réglementation dite de Solvabilité II, qui entrera en vigueur en 2013 et imposera aux assureurs de détenir davantage de fonds propres en face de leurs engagements dans des actifs jugés risqués, comme le non-coté.

Un taux d'épargne au plus haut

Mais Louis Godron n'en démord pas, il est inconcevable pour lui que les fonds de capital-investissement n'aient plus les moyens de financer les PME et les start-up, à l'heure où l'épargne des Français tutoie des sommets. L'an dernier, le taux d'épargne des ménages s'élevait à 16,8% de leurs revenus, au plus haut depuis 1983. Et l'un des placements préférés des Français, l'assurance-vie, totalise des encours avoisinant 1.400 milliards d'euros. Un montant colossal, qui attise les convoitises du capital-investissement. L'Afic plaide ainsi pour la mise en place d'un fonds de garantie, qui plafonnerait la perte potentielle encourue par les assureurs dans le cadre de leurs investissements dans le non-coté. «Cela permettrait de desserrer la contrainte imposée par Solvabilité II», explique l'Afic.

Une remise au goût du jour des contrats «DSK»?

Autre piste évoquée: le développement de contrats d'assurance-vie en unités de compte orientées vers le financement en fonds propres des PME, ce qui permettrait, là aussi, d'éviter l'écueil de Solvabilité II. «Les placements d'assurance-vie en unités de compte n'affectent pas les besoins en fonds propres des assureurs, le risque étant directement supporté par le bénéficiaire», souligne en effet l'Afic. Il conviendrait d'assortir ces contrats d'un avantage fiscal à l'entrée, afin de ne pas tomber dans le travers des contrats «DSK», lancés en 1998 et tombés en désuétude en raison d'un avantage fiscal effectif à la sortie du contrat seulement. La fiscalité n'a pas fini d'alimenter les débats politico-économiques, en France.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2012 à 20:42 :
le but de l'assurance vie c'est pas de financer les entreprises, pour ca il y a le capital risque, les fonds specialises, le pea..... je doute fort que le francais veullent avoir une rentabilite de 2.5% ( brute) ecornee d'1% de pertes sur start ups ( soit dit en passant, quand l'argent coule a flots, on sait ce que les gens font avec...)
Réponse de le 04/10/2012 à 23:09 :
Cà dépend si ce sont de nouveaux contrats avec un avantage fiscal c'est recevable pour qui accepte un léger "risque" assorti d'une prime de risque.
Réponse de le 04/10/2012 à 23:28 :
Il reste que le niveau de rentabilité offert par les contrats dassurance vie ne saurait être en phase avec le niveau de risque inherent a linvestissement en capital risque...
Le capital risque est essentiellemt financé par fonds propre, les revenus des entreprises en question etant soumis a de trop forts aleas pr etre cert1 de rembourser une dette.
Or, remunere en quelque sorte a 2,5 / 3%(rem des contrats sassurance vie) les montants investis en capital risque parait peu concevable...
Et les incitations fiscales ne sauraient solutionner ce pt.
a écrit le 04/10/2012 à 19:56 :
De nos jours les assureurs sont comme les banques : gagner de l'argent sans aucune prise de risque. Si on veut s'en sortir, il faut favoriser la prise de risques a contrario de ce que fait notre gouvernement dont les personnes, fonctionnaires de l'état, ne savent même pas ce qu'est le mot risque !
a écrit le 04/10/2012 à 19:19 :
Je ne vois pas comment cela peut fonctionner avec de l'AV, parce que le private equity, c'est traditionnellement considéré comme l'investissement le plus risqué, et que c'est extrêmement peu liquide. Donc on y a accès à travers des FCPI (avec les résultats mitigés que l'on sait), mais je ne comprends pas comment exiger des assureurs qu'ils mettent une part significative de leur fonds en euro dans cela.
a écrit le 04/10/2012 à 17:56 :
Si 0.005 % de la collecte de l'assurance-vie sert à financer les start-ups et PME, où vont les 99.995 % restants ? A rembourser les assurés qui sortent en rente ou en capital ?
Réponse de le 04/10/2012 à 20:19 :
Peut-être achat de la dette du pays ?
Réponse de le 04/10/2012 à 21:38 :
Ce sont 0.005% des actifs financiers en representation des engagements techniques de la societe qui sont investis en capital investissement.
Quand vous versez 100, la compagnie prend sa commission disons 4 puis investi 96 dans differentes classes d actifs dont 0,005% de 96 en capital investissement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :