Les banques allemandes se préparent à rédiger leurs "testaments"

L'Allemagne a adopté un projet de loi sur la séparation des activités bancaires. Cette loi doit entrer en vigueur en janvier 2014 mais les banques auront jusqu'à juillet 2015 pour procéder à la séparation effective de leurs activités de banque de détail de celles de marché à risque. Elles devront en outre préciser comment elles souhaiteraient être réorganisées en cas de faillite.
Deutsche Bank, Commerzbank et LBBW seraient les trois établissements les plus affectés oar le projet de loi bancaire. Copyright Reuters
Deutsche Bank, Commerzbank et LBBW seraient les trois établissements les plus affectés oar le projet de loi bancaire. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le gouvernement allemand a annoncé mercredi avoir adopté en conseil des ministres un projet de loi sur la séparation des activités bancaires, imitant ainsi la France ou la Grande-Bretagne. Le projet de loi prévoit la séparation des activités de banque de dépôt de celles des banques pour leur propre compte quand ces dernières, considérées comme risquées, dépassent 20% du total du bilan ou équivalent à plus de 100 milliards d'euros, selon le texte qui avait déjà fuité la semaine dernière.

La loi doit entrer en vigueur en janvier 2014 mais les banques auront jusqu'à juillet 2015 pour procéder à la séparation effective de leurs activités de banque de détails de celles de marché à risque. Cela devrait surtout affecter les deux principales banques du pays, Deutsche Bank et Commerzbank, ainsi que la première banque publique régionale LBBW.

Un testament à remettre à la BaFin

Parmi d'autres mesures figure l'obligation pour les grandes banques allemandes de remettre au régulateur allemand, le BaFin, leurs "testaments", c'est-à-dire des plans détaillant la façon dont elles souhaiteraient être réorganisées ou démantelées en cas de crise menaçant leur survie.

La loi prévoit aussi de renforcer la responsabilité pénale des dirigeants de banques ou des groupes d'assurances qui auraient pris délibérément des risques inconsidérés ayant entraîné des pertes. Ils risqueront désormais jusqu'à cinq ans de prison et des amendes.

La séparation des activités bancaires pour réduire les risques dans le secteur a été proposée en Europe par le gouverneur de la Banque de Finlande Erkki Liikanen, qui a remis un rapport en ce sens à la Commission européenne en octobre. La France et l'Allemagne entendent jouer un rôle pionnier en la matière en Europe, et la Grande-Bretagne prévoit aussi de muscler sa réforme bancaire sous la pression du Parlement et de l'opinion publique.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 06/02/2013 à 14:25
Signaler
Si seulement on etait allemand...que l alsace prenne le controle de Paris et nous virent nos guignols avides de privileges et d argent...

à écrit le 06/02/2013 à 14:25
Signaler
GOOD, comme toujours

à écrit le 06/02/2013 à 12:36
Signaler
Excellent, les Allemands ne parlent pas mais agissent eux ... J'aimerai connaitre le testament de nos 3 grandes banques ...

le 06/02/2013 à 14:25
Signaler
Eeet... un testament servira à quoi..?? D'autant que les situations évoluent chaque jour. C'est une fumisterie aussi vaste que les "stress test".

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.