L'assurance vie à la peine, les assureurs misent sur "l'euro-croissance"

 |   |  525  mots
Bernard Spitz, président de la FFSA Copyright Reuters
Bernard Spitz, président de la FFSA Copyright Reuters (Crédits : DR)
La collecte de l'assurance vie tend à s'essouffler. Le président de la FFSA, Bernard Spitz, fonde beaucoup d'espoir sur le futur contrat "euro-croissance",

L'activité des assureurs français, mesurée par les « cotisations » qu'ils ont perçue, a baissé de 4,7% en 2012, après une chute de 4,7% en 2011. Ce chiffre, rendu public ce mercredi par la Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA) a de quoi inquiéter, mais il doit être relativisé. Il n'a pas empêché les assureurs de dégager 5,8 milliards d'euros de profits l'an dernier, à peine moins qu'en 2011 (5,9 milliards). Il ne tient en effet qu'aux très faibles performances de l'assurance vie, largement délaissée par les Français, au profit du livret A. Le gap a été immense, l'an dernier, entre les 49,2 milliards que les ménages ont placés sur les livrets A et LDD, et la décollecte -les retraits ont dépassé les placements- qu'a subie l'assurance vie, à hauteur de 6,5 milliards.
Heureusement, les autres secteurs de l'assurance ont été florissants, en regard d'une économique stagnante. Ainsi, les cotisations versées au titre de la maladie et des accidents ont progressé de 5,5%, ce chiffre atteignant +6,2% pour la multi-risque habitation, et +2,8% pour l'automobile, qui domine le marché de l'assurance des biens. Les premiers chiffres pour 2013 ne contredisent pas cette tendance.

Situation incertaine pour l'assurance vie
S'agissant de l'assurance vie, la situation est plus incertaine. Après une année 2012 calamiteuse, le début de 2013 avait été beaucoup plus encourageant. Mais, comme cela été souligné, ces bons résultats tenaient pour une bonne part à un transfert des comptes titres (actions), désormais soumis à une lourde fiscalité, vers l'assurance vie beaucoup plus douce fiscalement (imposition limitée à 7,5%).
De fait, au mois de mai, la collecte nette (cotisations moins retraits) a été à peine positive, pour 200 millions d'euros. Sur les cinq premiers mois de 2013, elle atteint 8,1 milliards, mais avec une tendance de moins en moins favorable au fil des mois.

"L'euro-croissance", assurance vie du 21ème siècle?
Et la suite? Le président de la FFSA, Bernard Spitz, fonde beaucoup d'espoirs sur le futur contrat « euro-croissance », préconisé par le rapport Berger-Lefebvre, que le gouvernement devrait mettre en place à la faveur du projet de loi de finances 2014. Un contrat qui pourrait réconcilier l'exigence de sécurité des Français tout en offrant un rendement supérieur à l'assurance vie en euros, à la rentabilité de plus en plus faible, en liaison avec des taux d'intérêt au plus bas. Un mix entre les contrats en euros et ceux en unité de compte. En effet, le capital sera garanti à l'issue du contrat, mais pendant sa durée de vie, les assureurs pourront prendre plus de risques, et donc obtenir de rendements plus élevés que ceux apportés par les obligations.
« Si ce nouveau contrat n'est pas abimé par des règles trop complexes, ce qui est arrivé au contrat DSK, ce sera l'assurance vie du 21ème siècle » s'enflamme le président de la FFSA.
Il ne veut en revanche pas entendre parler du seuil des 500.000 euros, au dessus duquel les épargnants seraient contraints d'opter pour l'euro-croissance, sous peine de se voir imposer une fiscalité plus lourde. Ni du fichier central des contrats d'assurance vie, envisagé par Domnique Lefebvre et Karine Berger.

 

 


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/08/2013 à 15:35 :
Il faut être crétin pour accepter une assurance vie avec des uc. En effet il s'agit pour les uc d' un amalgame d'ont on ne sait pas quoi, foireux à souhait sauf pour les organismes qui les proposent.
Les comptent en actions se gèrent en actions directes, par un PEA mais avec des action précises et non pas dans un sac four tout incontrôlable . Évidemment cela demande un travail de suivit, mais tout travail demande sa peine et sa rémunération!
a écrit le 27/06/2013 à 12:49 :
La croissance pour la croissance, la compétitivité pour la compétitivité; ne servent a rien s'il n'existe pas de but! Seul un but peut nous permettre de renouer avec la confiance! Le reste ne sont que des mots pour faire "mousser"!
a écrit le 27/06/2013 à 0:55 :
Beaucoup de banques ont proposé ce type de service mais pas dans une assurance vie il y'a 10ans. La plupart des particuliers ont été floués, il n'y'a qu'à voir les déboire actuelles de BNP sur ces anciens contrats.
En général, on ne veut pas entendre parler d'unité de compte.
a écrit le 27/06/2013 à 0:49 :
Le loup sort du bois... Le patron de l'assurance vient faire de la réclame pour le futur contrat d'AV. C'est trop beau ! En clair, la FFSA a fait du lobbying auprès de nos deux députés pour qu'ils fassent cette proposition. C'était notre rubrique : "Hollande fera plier la finance" !
a écrit le 26/06/2013 à 20:56 :
C'est normal : les taux sont très bas, donc l'assurance vie est devenue peu rentable. L'assurance vie et ses clients sont victimes de politiques monétaires laxistes des banques centrales pour aider les banques.
a écrit le 26/06/2013 à 18:26 :
Fiasco et désillusions droit devant !
a écrit le 26/06/2013 à 17:53 :
et on continue de prendre les épargnants pour des pigeons alors qu'ils montrent clairement qu'ils en sont pas ! Dans le contexte actuel, les gens ne VEULENT PAS prendre de risques alors arrêtez de vouloir toujours imposer aux autres des choix qui ne répondent pas à leurs attentes. Les placements en action (PEA/UC/Comptes titres) sont frappés d'une fiscalité contraignante et confiscatoire (je prends le risque et c'est l'état qui gagne) d'où la baisse des encours en PEA et le ras le bol des petits boursicoteurs. L'assurance vie est le seul produit qui combine une sécurité du capital et un rendement correct, c'est pas en la rendant plus risqué qu'elle sera plus attrayante bien au contraire.
Et ne vous inquiétez pas pour les rendements des assu vie, avec la hausse des taux qui se profile les rendements vont repartir.
Réponse de le 27/06/2013 à 11:33 :
Le rendement peut être mais avec les contraintes d'acquérir des emprunts "garantis" d'états qui en fin de course ne pourront être remboursés votre retraite est assurée comme celle de la Bérézina
a écrit le 26/06/2013 à 17:49 :
L'assurance vie se porterait surement mieux si les sois-disant "frais" étaient moins élevés, les assureurs veulent gagner de l'argent beaucoup trop facilement.
Réponse de le 29/08/2013 à 10:31 :
Je lis dans l'argus de l'assurance n 7324 p 34 " les revenus des UC , issus à 75% des frais de gestion prélevés sur l'encours, sont plus élevés ( que pour les fonds en euros)Au final les rendemnts sur capital sont dix fois supérieurs sur les UC que sur les fonds en euros , avec respectivement 40% contrat 4 %.". la baisse des rendement comprime la possibilité de maintenir à leurs niveaux antérieurs les chargements de gestion sur les revenus financiers. augmenter les taux d'uc est un défi pour l'industrie de l'assurance. mais aussi pour le maintien d'un régime fiscal favorable qui doit avoir son utilité sociale ( comme le livret A et le logement social)
Sans ce régime fiscal ( non plafonné en montant et en durée ) les épargnants souscriraient tout de même à des emprunts d'Etat et devraient bien attendre le terme de la durée pour être sûrs de ne pas perdre sur le capital.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :