UBS prête à débourser jusqu'à 200 millions d'euros pour échapper au fisc allemand ?

 |   |  275  mots
Un CD contenant des noms de personnalités volé à UBS avait été racheté en 2010 par un procureur allemand.
Un CD contenant des noms de personnalités volé à UBS avait été racheté en 2010 par un procureur allemand. (Crédits : reuters.com)
L'établissement suisse aurait prévu de verser entre 180 et 200 millions d'euros aux autorités allemandes afin d'éviter des poursuites pour avoir encouragé l'évasion fiscale de contribuables d'outre-Rhin.

UBS serait prête à payer. Afin d'éviter des poursuites, la banque suisse s'est déjà préparée à verser entre 180 et 200 millions d'euros au fisc allemand, selon le Süddeutsche Zeitung. Le quotidien affirme même que l'administration fiscale allemande aurait au départ demandé 300 millions d'euros à l'établissement. 

Ce dernier risque des sanctions pour "complicité d'évasion fiscale". Depuis 2012, elle fait en effet l'objet d'une enquête reposant notamment sur un listing volé à la banque suisse, puis acheté par un procureur de Bochum, en Rhénanie du Nord Westphalie. 

20 milliards de francs suisses

L'évasion fiscale concerne également d'autres établissement. Au total, 20 milliards de francs suisses (environ 16,4 milliards d'euros) d'avoirs non taxés auraient été placés auprès de l'établissement suisse selon le Süddeutsche Zeitung qui cite des analystes. 

D'autres établissements, notamment Julius Baer et Credit Suisse ont déjà versé des sommes respectivement de 50 millions et 150 millions d'euros afin d'éviter de longs procès. 

>> Le zèle des banques suisses contre le secret bancaire étonne les Allemands

Depuis plusieurs années, l'évasion fiscale fait l'objet d'intenses tractations entre l'Allemagne et la Suisse, qui ont notamment tenté - en vain - de conclure un accord baptisé "Rubik" au mois de décembre 2012. 

Des poursuites en France

Pour mémoire, La filiale française d'UBS fait elle aussi l'objet de poursuites dans l'Hexagone où l'établissement a été perquisitionné. Les juges financiers parisiens soupçonnent la banque d'avoir mis en place un système de démarchage illicite de clients en France les incitant à ouvrir des comptes non déclarés en Suisse dans les années 2000.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2014 à 22:52 :
Mais, ils risquent rien les banquiers suisse puisqu'ils vont fermer les frontières en Suisse...comment ? Qu'en tends-je, ils veulent continuer à commercer avec les envahisseurs européens ! En même temps, l'argent n'a pas d'odeur...
a écrit le 25/02/2014 à 18:50 :
Si la justice allemande condamne UBS, de ce fait elle légalise l'espionnage industriel... soit une belle perspective d'avenir pour l'économie allemande!
a écrit le 25/02/2014 à 14:44 :
Même l'Allemagne, pays de rentiers, se rend compte qu'ils vont un peu trop loin. Vous dire...
a écrit le 25/02/2014 à 13:47 :
Comment nous verrons que certaines évasions fiscales organisées par des intermédiaires ont profité au financement de partis politiques... On en reparlera dans pas longtemps des cas de l'arroseur arrosé. Et nous verrons comment certains procès seront éludés de la plus simple des manières (pour sauver la face, il faut un procès) : maladies mentales dégénératives, juges et procureurs mis sous pression (les travers de ces personnes seront utilisés contre eux), etc...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :