Le bitcoin commence mal l'année mais Goldman Sachs lui prédit un avenir radieux

La première cryptomonnaie au monde a-t-elle vraiment les caractéristiques d'une valeur refuge? Alors que la Fed a confirmé le durcissement de sa politique monétaire aux États-Unis, l'actif numérique n'en a visiblement pas profité pour inverser sa tendance baissière observée depuis quelques semaines. L'année 2022 sera clé pour tester la capacité de résilience du bitcoin, après sa folle envolée en 2021.

4 mn

Le bitcoin - très volatil - n'a pas capitalisé sur l'angoisse des taux d'intérêt de la Fed.
Le bitcoin - très volatil - n'a pas capitalisé sur l'angoisse des taux d'intérêt de la Fed. (Crédits : Reuters)

L'annonce de la Réserve fédérale américaine mercredi aurait du avoir l'effet d'une bombe pour les boursicoteurs de cryptomonnaies. Or, il n'en a rien été : le relèvement plus tôt que prévu des taux directeurs de la Fed, venant durcir l'accès aux liquidités pour les banques, n'a pour l'instant pas profité au bitcoin, la star des cryptomonnaies.

Au contraire, le cours du bitcoin et des autres cryptos ont sérieusement dévissé ce jeudi, avec des baisses de 8% à 15%. Le statut des cryptos était pourtant bien différent quand le bitcoin est apparu en 2021 comme une valeur refuge, face aux torrents de liquidités déversés pour les plans de relance post-Covid, et face à la flambée de l'inflation. Par une sorte de nouvelle corrélation, cette purge sur les cryptos ressemble de près à celle en cours sur les valeurs du Nasdaq, très affecté par les anticipations de hausse des taux. Par construction, les valeurs de croissance sont très dépendantes des niveaux des taux, leur valorisation étant basée sur une actualisation de leurs revenus futurs.

Fin de partie pour l'or numérique?

Qualifié par certain comme le nouvel "or numérique", par comparaison à l'étalon qui, avant la fin des accords de Bretton Woods en 1973, était l'indice de référence sur lequel reposait l'économie mondiale, le bitcoin - très volatil - n'a pas capitalisé sur l'angoisse des taux d'intérêt de la Fed. En pleine pandémie, il a connu deux pics à plus de 64.000 dollars l'unité.

Pour autant, cette tendance à la baisse, après avoir pris jusqu'à +450% sur un an en pleine pandémie, est amorcée depuis un mois (-12,8% selon Bitstamp), soit avant les annonces de la Fed.

A contre courant des interrogations du marché, la banque d'investissement Goldman Sachs vient, avec la fougue des jeunes convertis, de publier mercredi une note sur ses prévisions de 2022 en plaçant le bitcoin très haut dans ses anticipations : le bitcoin pourrait atteindre cette année le pallier symbolique des 100.000 dollars avec le soutien d'investisseurs de plus en plus nombreux en quête de diversification.

Rappelant la capitalisation actuelle du bitcoin à 700 milliards de dollars, la banque américaine la compare ainsi aux 2.600 milliards de dollars investis, sous une forme ou une autre, dans l'or. Goldman Sachs estime que bitcoin pèse 20% du marché des réserves de valeur (métaux, devises). Or, s'il atteint les 50% sur ce marché, son prix dépassera les 100.000 dollars l'unité, selon la banque qui fait le pari des nouveaux usages liés à l'essor des nouvelles monnaies privées qui s'échangent de pair à pair.

Il faut dire qu'aux États-Unis, le bitcoin connaît une période faste. Sa notoriété est exponentielle auprès des investisseurs particuliers et la ville de New York compte même y adosser une nouvelle monnaie locale pour développer des services financiers.

Lire aussi 4 mnEn pleine envolée du bitcoin, New York veut devenir la capitale des cryptomonnaies

A la tête de la SEC (Securities and Exchange Commission), le gendarme de la Bourse de New York, Gary Gensler, un fin connaisseur des cryptomonnaies, a aussi pu rassurer sur les intentions du régulateur sur le sujet de la réglementation. Rappelons que Gary Gensler est également un ancien banquier de Goldman Sachs.

Goldman Sachs n'a d'ailleurs pas toujours embrassé la technologie et le protocole Bitcoin. En 2018en raison des incertitudes réglementaires, la banque d'affaires avait finalement reporté son projet de plateformes d'échanges. Trois ans plus tard, il revenait se positionner avec la création d'un tableau de bord des actifs numériques. Surtout, après de nombreuses réticences, l'année 2021 aura été marqué par une forme d'adoubement de la finance traditionnelle sur cet actif autrefois controversé.

Lire aussi 9 mnCryptomonnaies : 2021, année de la consécration pour Bitcoin ?

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 07/01/2022 à 8:05
Signaler
Notons que l'on entend plus les hystériques nous dire que cette monnaie vaut que dalle que c'est qu'un feu de paille et-c... les c... habituelles des prêcheurs néolibéraux. Forcément si GS valide ils sont tous obligés de suivre maintenant. Que c'est ...

à écrit le 07/01/2022 à 1:44
Signaler
"Sachs vise un cours à 100.000 dollars". Que veut dire le point entre 100 et 000. Est-ce l'ancienne forme de la virgule? Auquel cas trois zéro sont inutiles. Sinon en écrivant 100 000 on aurait compris cent mille. Bref suivre les normes d'écritu...

à écrit le 06/01/2022 à 19:39
Signaler
Si les crypto-monnaies bitcoin et ethereum ont pris tant de valeur, c'est bien parce qu'en face, l'euro et le dollar en ont perdu. Donc il est logique que si les taux d'intérêt de la FED augmentent, les crypto-monnaies baissent

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.