Le gendarme de la Bourse de New York retoque un ETF adossé au bitcoin

Après avoir autorisé la négociation de deux ETF adossés à des cryptomonnaies, la SEC s’est opposée, vendredi dernier, à la commercialisation d’un troisième ETF proposé par le gestionnaire VanEck. Motif invoqué : trop de risques de fraude ou de manipulation de marché. De nouvelles décisions de la SEC sont attendues sur d’autres lancements d’ETF, ce qui pourrait forger une doctrine du régulateur américain sur ces produits.

2 mn

Les ETF pourraient générer un nouvel afflux de capitaux sur le bitcoin, notamment des fonds de pension aux États-Unis.
Les ETF pourraient générer un nouvel afflux de capitaux sur le bitcoin, notamment des fonds de pension aux États-Unis. (Crédits : DADO RUVIC)

La SEC, le gendarme boursier américain, souffle le chaud et le froid sur les fonds indiciels cotés (ETF) adossés au bitcoin. Quelques jours après avoir donné son feu vert à la cotation de deux ETF (ProShares Bitcoin Strategy et Valkyrie Bitcoin Strategy), il vient de rejeter la demande déposée par Cboe BZX, une bourse alternative, pour coter le fonds Bitcoin Strategy ETF de VanEck. La décision a surpris les observateurs et les gestionnaires d'actifs.

L'autorisation récente de la SEC à la commercialisation de deux ETF a été en effet interprétée comme le signe d'un assouplissement de sa position sur ce dossier des ETF, qui traîne depuis plusieurs années. Le puissant patron de la SEC avait déjà entrouvert la porte aux fonds dédiés cet été lors de son premier discours sur les cryptomonnaies. Les deux premiers lancements aux États-Unis ont donc été considérés comme le prélude à une avalanche d'ETF sur le bitcoin, d'autant qu'ils ont rencontré un franc succès auprès des investisseurs.

Or, de nombreux investisseurs institutionnels, comme les fonds de pension, ne peuvent pas en effet investir directement dans les cryptomonnaies mais uniquement via des ETF, qui sont eux-mêmes exposés aux cryptomonnaies via des contrats à terme. Le principal avantage des ETF est que ces produits se négocient sur un marché réglementé comme n'importe quelle action, sans passer par le processus complexe d'achat et de vente d'une cryptomonnaie.

Risque de fraude et de manipulation

Pour rappel ; il n'est pas nécessaire d'obtenir un visa de la SEC pour lancer un ETF mais, en revanche, le gendarme des marchés peut s'opposer à sa commercialisation dans un délai de 75 jours. C'est ce qui s'est produit pour l'ETF de VanEck.

Le régulateur a justifié sa décision en estimant que Cboe BZX n avait pas suffisamment mis de garde-fous pour empêcher d'éventuelles transactions frauduleuses ou de tentatives de manipulation (« wash trading ») du marché du bitcoin. Un argument régulièrement avancé par la SEC depuis dix ans pour bloquer les demandes de lancement d'ETF sur les cryptomonnaies.

Plusieurs ETF sont actuellement en attente d'une décision de la SEC pour débuter la négociation, ce qui permettra sans doute de forger une véritable doctrine du gendarme des marchés sur ces produits. En attendant, tous les grands fournisseurs d'ETF sont sur le pied de guerre pour se lancer à leur tour sur ce marché prometteur.

Lire aussi 5 mnGary Gensler, le nouveau patron de la SEC potentiellement décisif sur les cryptomonnaies

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.