L’avenir des banques : des usines pour les plateformes de type Gafa ?

 |   |  974  mots
Demain, l'open banking va changer les règles du jeu, la concurrence et les gains de parts de marché s'articulant autour « du partage des données et de transactions avec un écosystème de partenaires » souligne le cabinet Deloitte dans une étude sur les tendances dans la banque.
Demain, l'open banking va changer les règles du jeu, la concurrence et les gains de parts de marché s'articulant autour « du partage des données et de transactions avec un écosystème de partenaires » souligne le cabinet Deloitte dans une étude sur les tendances dans la banque. (Crédits : Deloitte)
Les banques risquent de perdre la relation avec le client, au profit de nouveaux entrants, selon les experts de Deloitte. A l'ère de l'open banking, elles peuvent se positionner en producteurs de services en marques blanches pour des acteurs maîtrisant l'interface client, comme Amazon.

Jusqu'où la révolution numérique bouleversera-t-elle le secteur de la banque ? L'essor de l'intelligence artificielle fait craindre au syndicat FO Banques « plus de 30.000 emplois de conseillers susceptibles de disparaître à court terme et des centaines voire milliers d'agences qui pourraient fermer. » Les modèles d'affaires des banques, reposant sur la maîtrise de la chaîne de valeur, « de la relation clientèle à la conception des produits et à la gestion des risques », sont « mis à l'épreuve » à l'heure du numérique, soulignait récemment une étude du régulateur français, l'ACPR. La percée fulgurante d'acteurs chinois venus de l'Internet (Alibaba avec Alipay et Tencent avec WeChat Pay) dans le paiement et la finance, ainsi que les incursions multiples des Gafa dans le domaine sonnent comme des avertissements. Et de nouveaux entrants, des néobanques aux agrégateurs de comptes, profitent de la réglementation européenne qui oblige les banques à ouvrir l'accès à leurs données.

« La banque ouverte, l'open banking [l'ouverture des systèmes d'information des banques et le partage des données de leurs clients à des tiers, ndlr] poussé par la DSP2 [la deuxième directive européenne sur les services de paiements], c'est une vraie révolution pour le secteur » a observé Damien Leurent, associé responsable du secteur institution financière chez Deloitte, en présentant une étude sur les tendances du secteur.

Lire aussi Paiement : la directive DSP2 entre en vigueur, c'est quoi ?

Pour l'instant, « le modèle traditionnel, que l'on dit menacé depuis 10 ou 15 ans, tient toujours et n'a pas de remplaçant » et « peu de clients ont quitté leur banque traditionnelle » pour une version 100% en ligne ou une des néobanques mobiles « dont l'avantage fonctionnel reste discutable » selon Julien Maldonato, expert de la transformation digitale dans l'industrie financière chez Deloitte.

« Ce n'est pas la révolution susceptible de faire basculer les Français au point de changer de banque principale : il n'y a pas eu d'effet fort sur la redistribution des parts de marché » a-t-il relevé.

Mais une grande interrogation demeure : les ambitions des géants du Web.

Suivistes sur l'expérience client ?

D'ores et déjà, à l'ère du numérique et du mobile dans la poche, les banques maîtrisent de moins en moins la totalité de leur relation client, dépendant de fournisseurs technologiques pour leurs infrastructures, leurs logiciels et les plateformes (iOS et Android). Elles ont beaucoup investi dans leurs propres applications mobiles mais essentiellement pour se mettre à niveau et rester dans la course.

« Les banques ne définissent plus les standards de l'expérience client bancaire, elles se contentent de suivre les standards définis par les Fintech et géants du digital » souligne l'étude de Deloitte.

Et demain, l'open banking va changer les règles du jeu, la concurrence et les gains de parts de marché s'articulant autour « du partage des données et de transactions avec un écosystème de partenaires. »

Plusieurs options s'ouvrent alors aux banques pour exister dans ce nouvel univers. Le statu quo consisterait à continuer d'offrir une gamme complète de services, sans s'ouvrir  à des tiers, ce qui supposera d'exploiter plus efficacement les données : un modèle restant finalement fermé, difficilement tenable dans l'environnement réglementaire européen. Une autre voie serait de conserver l'interface client et de rester le point d'interaction principal pour les clients, en ne fournissant plus de produits et services exclusifs mais une offre ouverte à ceux de tiers, autres banques, Fintech, etc. Un autre chemin plus radical serait de se concentrer sur l'infrastructure : la banque ne fournirait plus ni l'interface client ni les produits bancaires mais son système de paiement ou des fonctions de middle-office, par exemple dans la conformité comme l'identification client (KYC ou know-your-customer) ou les contrôles anti-blanchiment.

Des « producteurs » pour les plateformes

Enfin, il y a la voie du « producteur » pour des plateformes de distribution tierces : la banque abandonne le contrôle de l'interface client et se différencie grâce à la force de ses produits qui lui donne accès aux clients. Elle se recentre en quelque sorte sur une logique d'offre et sur sa fonction centrale de production de crédit et de produits financiers, dont elle a essayé de se détacher ces dernières années afin de mieux écouter les besoins réels des clients.

« Les banques ont la possibilité de se positionner comme des usines, afin de répondre à de gros appels d'offres de grands acteurs comme les Gafa, tels qu'Amazon. Ce scénario est probable » a estimé Julien Maldonato.

« Il ne faut pas faire l'autruche : les acteurs bancaires traditionnels risquent de perdre la relation client, les Chinois ont le réflexe de tout faire sur les applications d'Alibaba ou de Tencent, la vie des Français passera aussi par de grandes plateformes. Certains des acteurs bancaires traditionnels ont commencé à en faire le deuil. Cette tendance sera lente et longue mais elle est certaine » a-t-il affirmé.

Il cite l'exemple de la banque de Singapour DBS, qui a engagé dès 2013 une transformation digitale radicale, s'inspirant de la démarche des Gafa, dans une logique de banque ouverte. Elle a lancé en novembre dernier « la plus vaste plateforme bancaire d'API pour développeurs au monde » : plus d'une cinquantaine de partenaires, de McDonald's à des startups comme Foodpanda s'y sont connectées.

La banque espagnole BBVA s'est aussi illustrée comme une pionnière de la transformation numérique : en mai dernier, après un an de tests, elle a lancé son programme d'open banking, BBVA API Market, huit interfaces permettant à des tiers de se connecter à ses systèmes, avec l'ambition de devenir « la meilleure plateforme sur laquelle construire de nouvelles expériences digitales. » Elle estime que ces API pourraient lui fournir « de nouvelles sources d'acquisition de clients et d'origination de prêts. » A la fois producteur et plateforme, pour l'instant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2018 à 19:05 :
on est donc presque d accord sur tout sauf....banque de dépôt = banque d investissement. sans faire un cours élémentaire regardez comment est composé le bilan de votre banque de proximité et vous verrez que sa situation influe sur la banque d investissement mais...ne dépend pas d elle! contrairement. a TOUTES LES AUTRES BANQUE DU MONDE. donc ne pas confondre mes eux svp. votre conseiller et votre agence ne sont pas responsable de cela. merci.
a écrit le 30/03/2018 à 11:37 :
Dans certains pays d´Europe, de nouveaux acteurs qui proposeront des applications mobiles et un compte afin de payer toutes les factures avec des frais de virement très réduits trouveront une clientèle ayant des besoins limités en terme d´épargne, de crédit.

en Suisse et en Allemagne, UK, pays nordiques, tout le monde paye ses factures par virement contrairement à la France ou beaucoup de gens utilisent encore un chèque comme en 1930...

en France la sclérose des banque et de la banque de france voulant tout réguler et ne proposant que des solutions archaiques ont déjà une guerre de retard.(comme toujurs donc pas de surprise)

les GAFA ayant des milliards à utiliser peuvent développer des plateformes ou des services et établir de fait de nouveaux standards à l´échelle de la planète ou au moins d´un continent.
Quand vous avez comme Facebook plus de 1 milliard d´utilisateurs à travers le monde, la caisse mutuelle de Mourmelon n´a pas vraiment ses chances avec son offre...
Réponse de le 30/03/2018 à 16:21 :
Je ne suis pas d’accord avec vos propos. Concernant les règlements financiers la France n’est pas en retard. Elle serait même plus avancée que certains pays européens comme l’Allemagne. Quand vous faites vos courses, regardez avec quoi payent les clients. Pour la majorité c’est avec une carte bleu. De ce coté nous sommes plus en avance que l’Allemagne. Peut-etre que vous n’allez jamais dans un supermarché et qu’il vous ait difficile de faire ce constat. Les allemands utilisent encoure beaucoup les réglements en espèces, c’est même une majorité des paiements. Il faut dire que la réglementation est plus souple et qu’il n’y a pas de limitation du montant de règlement. En France on est limité à 1000€ sauf pour les touristes étrangers ou la limite est fixée à 15000€. En Allemagne, vous pouvez acheter une voiture et la payer en espèces.
Alors ne dites pas que la France est restée en 1930
a écrit le 30/03/2018 à 8:23 :
"Les banques risquent de perdre la relation avec le client"

Ce qui ne peut qu'être profitable aux clients, parce que nous sommes plus dans un rapport de domination que dans une relation entre deux parties.

Que les banques voient leur puissance un peu amoindrie, mais j'en doute, ne peut que faire relâcher un peu la pression mortifère qu'elles exercent sur l'économie.
Réponse de le 30/03/2018 à 12:27 :
Comme d habitude vous confondez banque traditionnelle et banque d investissement. Mais ça c est pas nouveau. 90% des gens font cette erreur.
Et si vous aviez raison, rassurez vous les gafa mettrait une autre pression mortifere.
Réponse de le 30/03/2018 à 13:04 :
"Comme d habitude vous confondez banque traditionnelle et banque d investissement."

Banques traditionnelles = banques de dépôts et banques "d'investissement" = crise de 2008 non ?

Où est-ce que je me trompe dites moi parce que je vois pas ?

"Mais ça c est pas nouveau. 90% des gens font cette erreur."

Quelle argumentation ! :D

"Et si vous aviez raison, rassurez vous les gafa mettrait une autre pression mortifere. "

On est parfaitement d'accord mais la pression mortifère financière a quand même pour l'instant bien plus de victimes à son compte que celle des gafa hein et c'est elle qui règne.

C'est le problème de ceux qui squattent le pouvoir,; à force ça leur ramolli complètement le cerveau.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :