Le Crédit Agricole se met à la carte biométrique

 |   |  683  mots
Cette carte équipée d'un capteur d'empreinte digitale permet de payer classiquement avec son code mais aussi en s'authentifiant en apposant son doigt, sans taper son code, et sans limite de montant.
Cette carte équipée d'un capteur d'empreinte digitale permet de payer classiquement avec son code mais aussi en s'authentifiant en apposant son doigt, sans taper son code, et sans limite de montant. (Crédits : CASA)
La Banque verte va tester en Touraine-Poitou la carte bancaire sans contact à authentification par empreinte digitale pendant six mois en vue d'un lancement en 2020. La technologie permet de s'affranchir du plafond de 30 euros.

[Article mis à jour à 16h55]

Une semaine après avoir révélé son intention de mettre le turbo dans le paiement, dans le cadre de son nouveau plan stratégique 2022, le Crédit Agricole annonce une application concrète avec la carte bancaire biométrique. La Banque verte va tester pendant six mois une carte sans contact intégrant un capteur d'empreinte digitale, auprès des clients d'une caisse régionale dans un premier temps, « en vue d'une mise en marché en 2020 ». Cette carte permet de payer classiquement avec son code mais aussi en s'authentifiant en apposant son doigt, sans taper son code, et sans limite de montant.

« Cette expérimentation testée avec des clients de la Caisse régionale du Crédit Agricole de la Touraine et du Poitou constitue une première en France », affirme le groupe bancaire.

La Société Générale a été la première banque en France à annoncer en octobre dernier l'expérimentation d'une carte biométrique. Cependant, la phase pilote, toujours en cours, a pris du retard et est restée limitée à un cercle restreint d'utilisateurs ("family and friends"), notamment auprès des collaborateurs, avant de s'étendre plus récemment à de « vrais clients ». La banque au logo rouge et noir nous indique qu'elle n'a pas fixé les conditions (date et tarif) d'une éventuelle commercialisation de cette carte, équipée de la technologie d'Idemia (ex-Oberthur Technologies Morpho). Selon nos informations, un certain nombre de difficultés technologiques seraient apparues, notamment concernant l'enrôlement de l'empreinte depuis l'application mobile.

Plus de plafond de 30 euros

La carte du Crédit Agricole n'utilise pas la même technologie. Le projet a été conçu en partenariat avec l'allemand G+D Mobile Security, qui fabrique et personnalise les cartes de paiement biométriques, et le néerlandais NXP Semiconductors, qui fournit le module électronique et les logiciels intégrés, ainsi que l'américain Mastercard, qui apporte les spécifications biométriques et donne les agréments.

« Cela s'inscrit parfaitement dans la stratégie du groupe Crédit Agricole, qui vient de dévoiler son plan à moyen terme », a fait valoir Bertrand Chevallier, directeur général de Crédit Agricole Payment Services. « La carte biométrique vise à répondre parfaitement aux besoins de nos clients en conjuguant parfaitement facilité d'usage et sécurité. »

L'expérimentation, qui intervient après un test en interne, sera réalisée auprès de 200 clients volontaires déjà identifiés de cette caisse qui couvre les départements de l'Indre-et-Loire et de la Vienne, et compte plus de 400.000 comptes chèques.

« Les empreintes ne sont enregistrées que dans l'élément sécurisé dédié [microcontrôleur] dans la puce de la carte.  Il n'y a aucun stockage des données ailleurs » insiste Xavier Vaslin, responsable du Lab Paiement de Crédit Agricole Payment Services.

Lancement national au premier semestre 2020

Sur le plan technique, « l'enrôlement de l'empreinte sera possible en agence et à domicile. Nous allons tester trois types de lecteur d'empreinte, un externe se connectant en USB à un ordinateur en agence, un lecteur plastique et une version en carton pour l'enrôlement au domicile. Nous avons écarté la possibilité d'enregistrer les empreintes depuis son smartphone car les antennes de certains mobiles n'émettent pas assez pour réaliser avec succès le chargement par induction de la carte, qui n'a pas de batterie » nous explique Xavier Vaslin, responsable de ce projet.

« Nous devons tester la maturité de la technologie et celle des clients » observe-t-il, mais se montre optimiste : « Nous envisageons une commercialisation nationale au premier semestre 2020 ».

Cette technologie permet de lever les réticences de certains utilisateurs à l'égard du sans contact en apportant la sécurité de l'empreinte et de s'affranchir du plafond de 30 euros de la carte bancaire sans contact "classique" (au-delà il faut taper son code). La biométrie est plébiscitée dans les sondages : selon une enquête TNS Kantar pour le Groupement cartes bancaires CB de 2017, 52% des Français préféreraient utiliser leur empreinte digitale plutôt que leur code secret.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/06/2019 à 18:13 :
Quand on sait que la France a 3 des meilleurs sociétés dans la conception/fabrication des cartes bancaires sécurisées (ATOS/Gemalto, Ingenico/ ex Oberthur), le Credit Agricole choisit une solution 100% non française !! A compétence égale CA préfère la solution étrangère, j espère que le ministère va regarder ça de près car ça concerne une des banques majeures.
Bravo pour le patriotisme !!! Je sais ou je ne prendrai pas ma carte.
a écrit le 14/06/2019 à 7:27 :
Les voleurs vont nous couper un doigt ?
a écrit le 13/06/2019 à 11:58 :
Credit agricole, le bon sens pret de chez vous. Souvenez-vous.
Bcp d'Agriculteurs ont cru cette salade.
Nombreux ont finit sur la paille, sans jeu de mots.
a écrit le 13/06/2019 à 11:29 :
Publi reportage donc sans intérêt.

LEs médias de masse vont en plus déjà se faire un plaisir de nous inonder de cette pitoyable information.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :