Relance : cinq choses à savoir sur le nouveau dispositif d’affacturage garanti par l’Etat

Le gouvernement a imaginé un nouvel outil permettant aux entreprises d'obtenir des financements dès la prise de nouvelles commandes, sans attendre l'émission d'une facture. De quoi gagner 45 jours de trésorerie par rapport à l'affacturage classique, selon Bercy, et ainsi favoriser le redémarrage de l'économie. Le dispositif vient d'être adopté par l'Assemblée nationale et doit entrer en vigueur dans le courant de l'été.
(Crédits : Reuters)

Les outils venant compléter les Prêts garantis par l'Etat (PGE) pour soutenir la trésorerie des entreprises fragilisées par la crise sanitaire prennent forme. Après les avances remboursables et les prêts à taux bonifiés, dont les premiers fonds ont été débloqués au début du mois, le gouvernement s'apprête à lancer un dispositif innovant visant à renforcer le financement par affacturage. Objectif : financer le besoin en fonds de roulement lié à la reprise d'activité et ainsi honorer le plus grand nombre de commandes nouvelles. Autrement dit : accélérer le redémarrage de l'économie lourdement touchée par la pandémie du coronavirus.

L'affacturage est une technique de financement qui consiste pour une entreprise, souhaitant se faire payer rapidement une facture, à céder ladite créance commerciale auprès d'un établissement bancaire spécialisé (appelé factor). Le factor paye le montant de la facture à l'entreprise et se charge d'opérer le recouvrement. En échange de ce service, il prélève une commission.

Lire aussi : L'affacturage explose sur fond de révolution digitale

Depuis 2016 en France, l'affacturage est devenu le premier crédit à court terme pour les entreprises, coiffant même le découvert. Le montant des créances financées a atteint des sommets en 2019, avec un total de près de 350 milliards d'euros de créances achetées, en hausse de près de 10% par rapport à l'année précédente. Aujourd'hui, quelque 40.000 entreprises ont recours à l'affacturage.

Adopté par l'Assemblée nationale vendredi dernier, le nouveau dispositif, élaboré en collaboration avec les sociétés d'affacturage (bien souvent des filiales d'établissements bancaires) et l'Association française des sociétés financières (ASF), doit permettre aux factors de bénéficier d'une garantie publique à l'image des banques pour le Prêt garanti par l'Etat, commercialisé depuis le 25 mars dernier.

1. En quoi ce dispositif est innovant ?

L'affacturage classique intervient lors de l'émission de la facture, une fois que la livraison ou la prestation de service a été effectuée. L'entreprise souhaitant céder une facture doit donc attendre environ 45 jours (ce qui correspond au délai moyen entre la prise d'une commande et l'émission d'une facture) pour bénéficier de ce financement de trésorerie.

Dans le cas du dispositif inédit imaginé par l'Etat, les factors auront la possibilité de financer une entreprise dès l'émission du bon de commande. Il se situe donc en amont de l'affacturage classique. Seule cette partie du financement située en amont de l'émission de la facture bénéficiera d'une garantie de l'Etat. L'affacturage classique tel qu'il est aujourd'hui continuera, lui, à exister sans garantie publique.

"Ce préfinancement garanti permettra aux entreprises de gagner en moyenne 45 jours de trésorerie par rapport à l'affacturage classique", résume Bercy dans un communiqué.

2. Quel est son objectif ?

Ce système doit permettre de faciliter la prise de commande des petites et moyennes entreprises, en finançant le démarrage de leur production. Bien souvent, ces dernières doivent, en effet, engager un certain nombre de dépenses (paiement des charges, des salaires, achats des matières premières, etc.) en amont même de l'émission de la facture. Ce serait le cas, par exemple, d'un sous-traitant d'un grand fabricant d'avions chargé de produire plusieurs trains d'atterrissage.

"Ce préfinancement de court terme permettra également de détendre les délais de paiement au sein des chaînes de valeur, notamment dans l'industrie, le bâtiment et la construction", précise Bercy.

3. Quel est le montant alloué par l'Etat ?

Le dispositif s'inscrit dans l'enveloppe des 300 milliards d'euros dédiée aux prêts garantis par l'Etat (PGE), qui aujourd'hui a déjà été utilisée à hauteur de 120 milliards d'euros. Au total, Bercy s'attend à ce qu'une poche de 20 milliards d'euros puisse être engagée sur ce nouveau dispositif.

4. Qui pourra proposer ce financement aux entreprises ?

Seules les sociétés financières et les établissements de crédit, essentiellement les acteurs traditionnels donc, sont éligibles. Pour l'heure, la première mouture du dispositif n'inclut pas les fintech spécialisées dans l'affacturage, comme Finexkap (affacturage en ligne) et Pytheas Capital Advisors (affacturage inversé et collaboratif), qui évoluent respectivement en tant que société de gestion et fonds d'investissement alternatif.

Ces jeunes sociétés espèrent néanmoins pouvoir être intégrées à ce nouveau dispositif dans un second temps, à l'image des plateformes de prêts participatifs, qui depuis le 8 mai dernier, peuvent aussi distribuer des PGE aux entreprises.

"Cela crée un énorme appel d'air et cela va dans le très bon sens", estime néanmoins, fair-play, Cédric Teissier, directeur général de Finexkap.

5. Quand ce nouveau dispositif sera opérationnel ?

Bercy vise une mise en route dans le courant de l'été, avant la rentrée de septembre. Le cahier des charges est toujours en cours de rédaction. Le dispositif doit être définitivement voté par le Parlement et être soumis à l'approbation de la Commission européenne puisqu'il inclut une garantie de l'Etat. Plusieurs paramètres doivent encore être définis, comme le prix de la garantie qui pourrait s'élever à 0,25% la première année, à l'image du PGE. Une fois sur les rails, le dispositif sera applicable aux financements de commandes prises jusqu'au 31 décembre 2020.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 16/07/2020 à 3:36
Signaler
Le bonneteau continue, "garanti par l'etat", ceux qui savent compter comprendront. La pauperisation des masses pour mieux asservir. Relisez 1984, tout y est. L'individualisme a ses limites, les francais expert a ce jeu vont le payer au prix fort. ...

à écrit le 15/07/2020 à 16:41
Signaler
Les pièges se referment : l'affacturage (factoring) permet à l'état si besoin était de finaliser le striptease des entreprises, leurs clients, leurs marchés, leurs produits, leur fournisseurs, et par le biais de l'URSSAF leurs employés . . . ceci per...

à écrit le 14/07/2020 à 11:26
Signaler
Superbe outil administratif facilitant la cavalerie, cette vieille chevauchée de dette revolving reposant sur le vent, utilisée depuis toujours par les entreprises en difficulté. Analogue à l'isolation à un euro qui a suscité de nombreux escrocs sous...

à écrit le 14/07/2020 à 9:41
Signaler
Alors si j'ai bien compris actuellement l'état finance dorénavant les entreprises privées qui enrichissent les banques privées c'est bien ça ? Allez encore quelques années de plus et on lèvera peut-être enfin cette hypocrisie générale.

le 14/07/2020 à 12:28
Signaler
Disons que ca ne parait pas idiot. L'entreprise peu ainsi financer ses avances sachant que les banques sont très réticentes á faire des prêts pour couvrir le besoin en fond de roulement. machine, immeubles elle peuvent couvrir en garantie, mais le fo...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.