Sortie du charbon : la finance française au milieu du chemin ?

 |   |  974  mots
Les politiques des acteurs financiers français à l'égard du secteur du charbon, jugées par Les Amis de la Terre, Unfriend Coal et BankTrack : en vert, bonne politique, en jaune, insuffisante, en orange très insuffisante, en rouge pas de politique.
Les politiques des acteurs financiers français à l'égard du secteur du charbon, jugées par Les Amis de la Terre, Unfriend Coal et BankTrack : en vert, bonne politique, en jaune, insuffisante, en orange très insuffisante, en rouge pas de politique. (Crédits : Unfriend Coal / BankTrack)
Il y a un an, le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, avait enjoint aux banques, assureurs et gérants d’actifs de cesser de financer toute mine ou centrale de charbon. À deux semaines du Climate Finance Day, une note d’ONG montre qu’il reste du chemin par rapport aux engagements pris en juillet dernier, dans une optique de désengagement total du secteur.

« Arrêter définitivement de financer les centrales et les mines à charbon » : il y a un an, fin novembre 2018, au Palais Brongniart, au Climate Finance Day, Bruno Le Maire avait demandé aux banques, assureurs et gérants d'actifs de prendre de nouveaux engagements en matière de « financement des activités plus polluantes, en particulier le charbon ». Six mois plus tard, le 2 juillet, le ministre de l'Économie et des Finances avait réuni les acteurs de la place, fédérations professionnelles et régulateurs, pour lancer « une nouvelle étape pour verdir le système financier », et dévoilé une série d'initiatives, notamment la création d'un observatoire de place et d'un dispositif de suivi des engagements par l'Autorité des marchés financiers (AMF) et l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR, adossée à la Banque de France).

« Au plus tard à la mi-2020, les acteurs de la place financière de Paris se doteront d'une stratégie charbon [et] définiront un calendrier de sortie globale du financement des activités charbon », avait-il été annoncé à cette occasion.

À deux semaines du Climate Finance Day, qui se tiendra le 29 novembre à l'ex-siège de la Bourse de Paris, les ONG Les Amis de la Terre et BankTrack publient une note dressant un état des lieux en demi-teinte des engagements et poussent les acteurs à aller plus loin. Lucie Pinson, coordinatrice de la campagne Unfriend Coal et référente du secteur finance privée aux Amis de la Terre, pointe du doigt les « risques de greenwashing énormes » et le cas de BNP Paribas et Axa qui, jusqu'à présent « considérés leaders en matière climatique », continuent de « financer ou d'assurer des entreprises qui développent de nouveaux projets charbon. »

Lire aussi : Climat : les entreprises du CAC 40 surclassent leurs homologues étrangères

« Incohérence ou hypocrisie »

Selon des données financières de l'ONG néerlandaise Profundo, « BNP Paribas est le plus gros financeur français des entreprises qui développent de nouvelles centrales à charbon, avec pas moins de 2,2 milliards de financements accordés à ces entreprises rien qu'en 2019 », affirme cette note. Si la banque de la rue d'Antin ne finance plus en direct les projets de nouvelles centrales, l'ONG Les Amis de la Terre, qui avait applaudi ses engagements sur les gaz et pétrole de schiste fin 2017, lui reproche par exemple son soutien à l'entreprise publique indonésienne PLN Persero, qui prévoit d'augmenter ses capacités de production à partir du charbon, et l'absence de mise à jour de sa politique depuis quatre ans.

Idem avec Axa, dont le patron, Thomas Buberl, avait martelé « No New Coal » (pas de nouveau charbon) au One Planet Summit de 2017. Une « ambition avortée » selon la note qui affirme que « d'après des sources issues du secteur de l'assurance », Axa a comme client Adani Mining, filiale australienne du conglomérat indien Adani, qui a eu le feu vert pour le gigantesque projet de mine Carmichael, controversé pour son impact environnemental. « Un signe d'incohérence ou d'hypocrisie » selon l'association.

L'ONG BankTrack enjoint aux acteurs « a minima de refuser de financer ou d'assurer les 417 entreprises qui prévoient le développement de nouvelles mines, centrales, et infrastructures charbon », issues de la base de données Global Coal Exit List, et d'exiger des entreprises clientes des plans de fermeture (et non de cession) des actifs dans le charbon thermique. Les deux associations prônent « une tolérance zéro vis-à-vis des expansionnistes du charbon ».

Au-delà de la classique distinction entre un projet de centrale et l'entreprise développant ce projet, le désaccord porte aussi sur les seuils : les acteurs financiers excluent les entreprises générant un certain pourcentage de leur chiffre d'affaires dans le charbon (plus de 50% pour Société Générale, plus de 25% pour Natixis, plus de 10% pour la Caisse des Dépôts et BNP Paribas Asset Management), et non de leur production. Or le groupe d'énergie allemand RWE, qui va progressivement fermer ou reconvertir ses centrales et vise la neutralité carbone en 2040, ne tirerait que 2% de ses revenus du charbon mais encore près de la moitié de son électricité.

Crédit Agricole félicité

La note distribue tout de même quelques bons points. Au Crédit Agricole notamment, qui a dévoilé début juin, en même temps que son plan moyen terme 2022, « une stratégie climat ambitieuse », alignée sur l'Accord de Paris.

« Crédit Agricole est devenu le premier grand acteur financier à demander à ses clients des plans détaillés de retrait du charbon », applaudissent les ONG dans cette note, tout en s'inquiétant de l'application concrète, dans tous les métiers, « y compris les émissions d'actions et d'obligations côté CACIB et la gestion passive côté Amundi ».

Pourtant, la stratégie présentée en juin par le Crédit Agricole, numéro un ou deux mondial des arrangeurs de "green bonds" (obligations vertes) selon les trimestres, indique explicitement que « le groupe s'engage à ne plus travailler avec les entreprises développant ou projetant de développer de nouvelles capacités charbon thermique sur l'ensemble de la chaîne de valeur (producteurs, extracteurs, centrales, infrastructures de transport). »

Jouant son rôle d'aiguillon, Les Amis de la Terre appelle les banques, assureurs et investisseurs français à « se saisir de l'opportunité du Climate Finance Day et de la COP25 », organisée à Madrid à partir du 2 décembre, pour rehausser le niveau de leurs engagements.

--

Charbon finance fr classement ONG 2019

[Les politiques des acteurs financiers français à l'égard du secteur du charbon, jugées par les ONG Les Amis de la Terre, Unfriend Coal et BankTrack. Légende: en vert, bonne politique, en jaune, insuffisante, en orange très insuffisante, en rouge pas de politique. Crédits : Les Amis de la Terre, Unfriend Coal et BankTrack. Cliquez sur l'image pour l'agrandir]

--

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2019 à 10:45 :
Les politiques dénoncent l'hypocrisie des financeurs qui trainent à abandoner le financement de centrale à charbon...
Mais ou est la réelle hypocrisie? Est-ce le rôle des BNP, Axa et autres de se faire les censeurs éthiques des activités financées?
Jusqu'à preuve du contraire, les activités dont ont parle sont légales, c'est à dire conformes à ce que veulent les politiques. Il n'appartient qu'à ces derniers de légiférer pour imposer l'éthique souhaitée sur les activités humaines ou d'user de la diplomatie pour convaincre d'autres pays de suivre leur éthique. Pourquoi ne le font-ils pas?
Réponse de le 15/11/2019 à 0:27 :
Il y a les contrats en cours. Et, il faut bien assurer les activités tant qu'elles sont légales. Que ne dirait-on pas en cas d'accident?
Réponse de le 15/11/2019 à 11:58 :
C'est sûr, pour les Bques européennes," business is business," d'autant que la politique des tx bas de la BCE ne les aide pas vraiment.
De plus, des bques comme BNP sont très impliquées sur les marchés anglo saxons encore très accros aux Entreprises extractives ou très polluantes ( US CANADA AUSTRALIE) que ce soit avec le charbon ou les gaz de schiste.
Mais la bas aussi, vous commencez à avoir des révoltes massives sur le thème: "la pollution ça commence à bien faire", à NEW YORK, SAN FRANCISCO, HOUSTON...
Les opinions publiques commencent à bouger et les bques se posent certainement la question de leur attractivité auprès du gd public entre autres sur ce sujet qui va devenir de + en + sensible avec ts ces lanceurs d'alerte qui se multiplient.
a écrit le 14/11/2019 à 8:44 :
Puissance politique au raz des pâquerettes, nos politiciens nationaux ne sont plus que des valets serviles de l'oligarchie or un exécutant ça ne fait pas un dirigeant.

Le déclin c'est long, surtout vers la fin.
a écrit le 14/11/2019 à 6:58 :
Au contraire, il faut accélérer le remplacement des vieilles centrales au charbon par des centrales beaucoup plus performante.

Par exemple, le Kosovo vient d'annoncer le remplacement d'une ancienne centrale, dite Kosova A, par une nouvelle centrale supercritique, construite par GE, qui va consommer 40% de charbon en moins et avec des fumées 20 fois plus propres.
Réponse de le 14/11/2019 à 8:48 :
C'est ça, on leur finance en somme leur pollution au charbon propre qui reste très pénalisante qu'elles que soient les améliorations apportées.
Ça rappelle l'affaire juridique déclenchée récemment par certains Etats US en pointe sur la transition énergétique contre l'administration Trump et sa politique de subvention au charbon dit "propre" la déclarant incompétente sur les sujets relatifs à l'environnement.
Non et non !! Aider le Kosovo à basculer au gaz qui émet 3 fois moins de CO2 et aucune particule fine OK!! Le charbon " propre" une belle fumisterie...( J de M involontaire)
a écrit le 14/11/2019 à 4:59 :
Le charbon meurt tout seul, pas besoin de le pousser. Les réserves mondiales de charbon ont été largement surestimées.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :