Ravitailleurs de l'US Air Force : EADS envisage désormais de revenir dans la course

 |   |  439  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
EADS pourrait faire une offre et revenir dans la compétition pour les ravitailleurs américains. L'OMC quant à elle divulguera mardi sa décision dans le litige opposant le constructeur européen à Boeing.

Le groupe européen EADS a annoncé ce vendredi qu'il pourrait faire une nouvelle offre mais uniquement "s'il estime avoir des chances équitables". De nouvelles conditions ont été proposées par Washington qui avait reculé l'échéance de l'appel d'offres lancé pour les ravitalleurs de l'US Air Force. EADS pourrait obtenir les 90 jours nécessaires qu'il demandait pour déposer son offre. Mais il n'est pas sûr que cela soit suffisant. Surtout si Washington - qui n'y a pas l'air prête - ne modifie pas les spécifications techniques de cet appel d'offre comme le demande le groupe européen qui trouve le processus trop favorable à Boeing.

Northrop Grumman, allié américain d'EADS, s'était retiré la semaine dernière de la compétition, estimant que le cahier des charges avantageait leur concurrent Boeing. "Il s'agit d'un développement significatif et  EADS est en train d'évaluer la situation afin de déterminer si le groupe est en mesure ou non de soumettre une réponse admissible", précise le groupe européen dans un communiqué. La fourniture des 179 avions ravitailleurs à l'armée américaine est évaluée à 35 milliards de dollars.

Provoquant l'ire de Paris et Berlin, cet appel d'offres avait été remporté en 2003 par  Boeing, puis annulé pour malversations, puis en 2008 par EADS mais à nouveau cassé pour des problèmes comptables. Les Européens ont du coup reproché aux autorités américaines de vouloir faire du protectionnisme en favorisant Boeing. L'américain présenterait un avion plus petit que son rival.

Louis Gallois, directeur d'EADS, avait estimé jeudi à New York qu'il était "impossible" de soumettre une offre à l'armée américaine en soixante jours mais n'était pas fermé à une possible nouvelle proposition.

De son côté, Bryan Whitman, porte-parole du Pentagone, a déclaré ce vendredi à la presse que le Pentagone examinerait une "demande raisonnable" de prolongation.

Un autre conflit opposant Boeing et EADS devrait aussi voir une sortie de crise. L'Organisation mondiale du commerce (OMC) dévoilera mardi sa décision concernant les subventions accordées à l'avionneur Airbus par l'Union européenne. L'Allemagne, l'Espagne, la France et le Royaume-Uni avaient versé des aides jugées contraires aux règles de la concurrence par le constructeur américain. Elles auraient permis à Airbus de passer de 37% de part de marché en 2001 à 57% en 2006.

Un rapport de 1.000 pages qui devait mettre fin au litige avait été rédigé en septembre par l'organe de réglement des conflits de l'OMC. Mais la décision était maintenue secrète depuis. Le préjudice avait été chiffré par Washington à 205 milliards de dollars, un montant jugé irréaliste par Bruxelles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/03/2010 à 10:12 :
A QUOI BON PARTICIPER A UN APPEL D'OFFRES BIAISE ET FAVORISANT PAR AVANCE UN COMPETITEUR. LES AMERICAINS DETESTENT ETRE SUPPLANTES ET NOUS AUSSI. POUR MEMOIRE L'APPEL D'OFFRES BIAISE POUR LA VENTE DE LA BRANCHE T & D D'AREVA QUI EST FINALEMENT REVENUE A UN CONSORTIUM FRANCO-FRANCAIS PROVOQUANT L'IRE DE GE ET DE TOSHIBA.
a écrit le 20/03/2010 à 8:15 :
c'est un piege, il ne faut pas que eads se desolidarise de northop grunman, c'est sur ils participeront puis ils seront eliminer d'office. soit ils font ensemble, soit ils arretent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :