Année 2016 difficile pour le constructeur d'avions régionaux ATR

 |   |  586  mots
En 2017, ATR vise au moins 80 avions livrés et 80 prises de commandes
En 2017, ATR vise au moins 80 avions livrés et 80 prises de commandes (Crédits : PICHI CHUANG)
En dépit d'une année difficile, les ATR-600 sont arrivés en tête de toutes les ventes d'avions régionaux en 2016, avec 36 commandes d'appareils. ATR n'a livré que 80 appareils (contre 90 espérés).

Pour son 35e anniversaire, ATR a eu une année 2016 très difficile. Le constructeur de turbopropulseurs n'a atteint aucun de ses objectifs espérés début 2016. Ni en termes de contrats signés, loin, très loin de la centaine des prises de commandes attendues par l'ancien PDG Patrick de Castelbajac. Ni en termes de livraisons où ce dernier visait 90 avions livrés.

Pour autant, ATR a encore renforcé l'année dernière sa position de numéro un auprès des compagnies aériennes régionales, a expliqué le constructeur franco-italien dans un communiqué publié ce lundi. Les ATR-600 sont arrivés en tête de toutes les ventes d'avions régionaux de l'année, avec 36 commandes d'appareils (34 ATR 72-600 et 2 ATR 42-600). Soit environ 34% sur un total de 120 avions régionaux (turbopropulseurs et jets) commandés en 2016.

"Ainsi, avec une part de marché de plus de 35 % depuis 2010, ATR confirme sa position de leader sur le segment des avions de 50 à 90 places", a précisé le constructeur, qui vient de fêter son 35e anniversaire.

Un ratio des commandes/livraisons à 1 visé en 2017

En 2016, ATR a atteint son deuxième chiffre d'affaires le plus élevé de son histoire (1,8 milliard de dollars, contre 2 milliards dollars pour 88 appareils livrés en 2015), et son troisième plus haut niveau de livraison (80 appareils livrés). Le premier constructeur mondial de turbopropulseurs "affiche toujours des niveaux de chiffre d'affaires et de livraisons historiques, malgré un marché très concurrentiel", a-t-il estimé. De plus, le constructeur dispose encore d'un important carnet de commandes qui lui assurera environ trois ans de production. Le montant du carnet de commandes d'ATR s'élevait à fin 2016 à environ 5,6 milliards de dollars (212 appareils). C'est la sixième année consécutive avec plus de 200 appareils dans le carnet de commandes d'ATR.

"En 2016, ATR a conservé sa place de numéro un auprès des compagnies aériennes régionales, et ce malgré une année globalement difficile pour le marché régional, a confirmé le nouveau président exécutif d'ATR, Christian Scherer, qui a décidé d'avoir une communication plus ciblée que ses prédécesseurs. Plus l'environnement est difficile, plus les avantages économiques de l'ATR et leur liquidité sur le marché s'avèrent être les bases de notre succès".

Pour 2017, le constructeur s'attend à une année de stabilisation. Ainsi, ATR vise cette année au moins 80 avions livrés et 80 prises de commandes. Soit un book-to-bill (ratio des prises de commandes et des livraisons) à 1. ATR devrait bien commencer l'année avec la signature attendue rapidement du contrat avec Iran Air (20 appareils).

Seulement 36 commandes en 2016

Face à son rival Bombardier (Q-400), qui a enregistré 24 nouvelle commandes en 2016, ATR est resté le leader de sa catégorie. L'année dernière, ATR a signé un contrat important pour introduire des ATR-600 en Argentine, - "un marché très prometteur", selon ATR -, avec Avian Lineas Aéreas, réaffirmant ainsi son rôle essentiel pour développer et structurer les liaisons régionales. Le 15 novembre, ATR a signé un contrat de 12 ATR 72-600, assorties de 6 options avec la maison-mère d'Avian Lineas Aereas, l'entreprise sud-américaine Synergy Aerospace.

En outre, les opérateurs mexcain Aeromar (8 appareils) et Binter (six), tous deux opérateurs d'ATR depuis près de 30 ans, lui ont une nouvelle fois manifesté leur confiance. L'avionneur a également obtenu des commandes  auprès de la compagnie aérienne de Papouasie-Nouvelle-Guinée PNG Air (cinq) et de la compagnie brésilienne Azul Linhas Aéreas (cinq).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2017 à 14:39 :
Si Airbus n'avait pas torpillé ATR lorsqu'il a repris la présidence du consortium en annulant le projet très avancé d'ATR 100, ATR n'en serait sans doute pas là. Un ATR 100 qui serait venu chasser sur les même terres que l'A318 en termes de distances et de passagers mais... bien moins coûteux tant à l'achat qu'en kérozène... Un avantage pour tous, sauf pour les dirigeants d'Airbus...
a écrit le 23/01/2017 à 12:39 :
demandez aux actionnaires donc a l'etat Français et plus
a l'ancien premier ministre la raison du debarquement de l'ancien pdg
a vouloir touchez le plus possible de dividende
voila se qui arrive a placer les copins

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :