Arianespace explose les cadences en réussissant trois tirs en moins d'un mois

 |   |  666  mots
Le lancement d'Ariane 5 ECA effectué dans la nuit de jeudi à vendreid porte à plus de 1,5 tonne le gain total de performance réalisé depuis les débuts de l'exploitation de cette version lourde d'Ariane 5.
Le lancement d'Ariane 5 ECA effectué dans la nuit de jeudi à vendreid porte à plus de 1,5 tonne le gain total de performance réalisé depuis les débuts de l'exploitation de cette version lourde d'Ariane 5. (Crédits : © Ho New / Reuters)
Ariane 5 a réussi sa mission en mettant en orbite deux satellites de télécoms, ViaSat-2 construit par Boeing pour le compte de l'opérateur ViaSat Inc. et Eutelsat 172B fabriqué par Airbus Defence and Space pour le compte de l'opérateur Eutelsat.

Ariane 5 ECA tourne comme une horloge suisse... Pour son troisième lancement de l'année et sa 79e mission, le lanceur lourd de l'Europe vient de battre dans la nuit de jeudi à vendredi son propre record de performance commerciale en emportant plus 10,865 tonnes en orbite de transfert géostationnaire, battant ainsi de 130 kg le record de 10,735 tonnes établi en août 2016. Ariane 5 a placé deux satellites de télécoms (ViaSat-2 de la société ViaSat et Eutelsat 172B pour l'opérateur Eutelsat) en orbite de transfert géostationnaire (GTO). Ce lancement porte à plus de 1,5 tonne le gain total de performance réalisé depuis les débuts de l'exploitation d'Ariane 5 ECA. "Cette performance sera encore accrue de façon graduelle dans les prochaines années", estime Arianespace dans un communiqué.

"Non seulement les équipes d'Airbus Safran Launchers et d'Arianespace ont assuré deux tirs d'Ariane 5 en moins d'un mois, ce qui représente une prouesse en terme d'organisation et de performance, mais en plus, Ariane 5 ECA a battu son propre record de charge utile commerciale en plaçant plus de 10,8 tonnes en orbite géostationnaire", s'est félicité le PDG d'Airbus Safran Launchers (ASL), qui va prendre le nom d'ArianeGroup le 1er juillet.

Après la grève générale en Guyane, qui a retardé trois lancements, Arianespace a réussi deux tirs réussis d'Ariane 5  (4 mai et 1er Juin) ainsi qu'un vol de Soyuz (18 mai) en moins d'un mois. Ces succès préparent "dans les meilleures conditions, les futures performances et cadences d'Ariane 6", dont ASL est le maître d'œuvre, estime Alain Charmeau. Le vol du futur lanceur européen est prévu en 2020 et remplacera Ariane 5 vers 2023. "Bravo aux équipes d'Arianespace, pour la réussite de ce sixième lancement de l'année !", a souligné le PDG d'Arianespace, Stéphane Israël.

"Le CNES est fier de ce nouveau succès d'Ariane 5 qui, depuis près de 15 ans, est la référence mondiale pour la mise en orbite des satellites (...) Ce cinquième lancement de l'année au CSG prouve une nouvelle fois que notre base spatiale est la plus efficace du monde", a affirmé le président du CNES, Jean-Yves Le Gall.

Neuf satellites mis en orbite

Avec six lancements réalisés avec succès (3 Ariane 5, 2 Soyuz et 1 Vega) entre le 27 janvier et le 1er juin, Arianespace maintient un rythme opérationnel soutenu. La société de services de lancements a d'ores et déjà mis en orbite huit satellites géostationnaires pour une masse de plus de 34,57 tonnes et un satellite d'observation de la Terre. Le prochain lancement d'Ariane 5 prévu le 28 juin portera à sept le nombre de lancements réalisés au terme du premier semestre 2017. Trois autres missions d'Ariane 5 et deux pour Vega sont prévues au second semestre de cette année.

Eutelsat resigne avec Arianespace

A l'issue du lancement cette nuit du satellite Eutelsat 172B, Eutelsat Communications a annoncé la signature d'un nouveau contrat avec Arianespace. Trois nouveaux lancements pour le compte d'Eutelsat figurent désormais dans le carnet de commandes de la société de services de lancements européenne. Ils viendront s'ajouter aux 32 satellites déjà lancés, en plus de 30 ans, par la fusée européenne pour le compte de l'opérateur. Les trois satellites en question sont Eutelsat 7C construit par SSL et dont la mise en orbite est prévue pour 2018, puis Eutelsat Quantum (Airbus) et le satellite haut débit (Thales) qui seront lancés en 2019.

"Après le lancement historique cette nuit du premier satellite européen tout-électrique de forte puissance, nous sommes fiers de nous associer à nouveau à Arianespace, partenaire de longue date et fer de lance d'une industrie spatiale européenne en plein essor. La diversité des technologies qui caractérisent ces trois nouveaux satellites confiés à Arianespace montre notre volonté constante d'innover au service de nos clients, tout en maintenant notre compétitivité", a estimé le directeur général d'Eutelsat Rodolphe Belmer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2017 à 11:27 :
Tant qu'il n'y a que les cadences qui explosent et pas le lanceur....
a écrit le 02/06/2017 à 9:37 :
Le 79eme tir consécutif sans échec.

Qui sait, peut être Ariane 5 franchira t'elle la barre symbolique des 100 tirs consécutifs sans echec.
a écrit le 02/06/2017 à 9:10 :
ENcore une reussite pour Ariane Espace et pour le lancement en cadence de satellites : oui depuis 20 ans et l'avènement d'Ariane V en 1996 on peut dire que l'on sait envoyer et que les ingénieurs et les techniciens savent envoyer des satellites dans l'espace. A chaque lancement celà doit être grisant pour Kourou et pour le centre spatial guyanais qui sait ce qu'il fait avec les fusées Ariane V ? Vega et Soyouz.
Oui l'importance stratégique de ce secteur pour l'agriculture, pour la méteorologie, pour les armées, pour la geographie planétaire, pour les telecoms ( telephonie, television , internet, telemesures,...) c'est une vraie reussite pour l'Europe et pour la France. Oui le moteur Vulcain principale de Ariane V est une reussite technologique
et celà sera encore mieux Ariane VI, la seule chose qui me pose question c'est de savoir comment on pourra depuis le port spatial europeen envoyer des hommes ou des femmes dans l'espace. Oui celà serait une très bonne chose pour la France et pour l'Europe. En ce jour de retour de l'espace du spationaute Thomas Pesquet de l'ISS, on ne peut souhaiter que le succès de l'espace.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :