La Suisse sélectionne Thales pour surveiller son espace aérien

Face à Raytheon et Saab, Thales a été sélectionné par l'armée suisse en vue de fournir le nouveau système de surveillance de l'espace aérien et de conduite des opérations aériennes de la Suisse (projet C2Air).
Michel Cabirol

2 mn

Thales a gagné un projet en Suisse évalué par l'armée à 230 millions de francs suisses (210,6 millions d'euros)
Thales a gagné un projet en Suisse évalué par l'armée à 230 millions de francs suisses (210,6 millions d'euros) (Crédits : Armasuisse)

Face à Raytheon et Saab, Thales a été sélectionné par l'armée suisse en vue de fournir le nouveau système de surveillance de l'espace aérien et de conduite des opérations aériennes de la Suisse (projet C2Air) dans le cadre du programme Air2030 (acquisition du futur avion de combat suisse et d'un nouveau système sol-air). Un projet évalué par l'armée suisse à 230 millions de francs suisses (210,6 millions d'euros). Avec son système Skyview, le groupe d'électronique va renouveler le système de conduite et de communication du système Florako, qui permet d'identifier, entre autres, les avions et les hélicoptères civils et militaires dans l'espace aérien et de mener les opérations des Forces aériennes. Depuis 2005, l'espace aérien suisse est surveillé 24 heures sur 24 par Florako, système fourni par Thales Raytheon Systems (TRS) et mis en service en 2004.

La direction du programme Air2030 a suivi la recommandation de l'équipe d'experts, qui a évalué les trois systèmes, en faveur de Thales avec le système Skyview. Le directeur général de l'armement a également suivi cette recommandation et attribué le marché au groupe français. "Thales a été retenu en raison de son meilleur rapport qualité-prix. Par ailleurs, Skyview est le système qui s'avère répondre le mieux aux exigences", a expliqué dans un communiqué Armasuisse. L'acquisition fera l'objet d'une demande au Parlement suisse dans le programme d'armement 2020. Le constructeur et le système retenus "ne causent aucun préjudice aux autres projets majeurs du programme Air2030" comme PAC (avions de combat) pour lequel le Rafale de Dassault Aviation concourt et Bodluv (système de défense aérien de longue portée), où Thales ambitionne également d'être sélectionné au sein du consortium Eurosam (système SAMP/T).

Renouvellement complet de la surveillance aérienne suisse

Le projet C2Air comprend le remplacement du système de traitement des signaux radar (Ralus) et du système de visualisation des signaux radar pour l'acquisition de renseignements aériens (Lunas). Il devra aussi maintenir le système de communication verbale et de données (Komsys), et moderniser le cryptage par Datalink (système de transmission de données tactiques).

Le renouvellement du système de conduite et de communication de Florako fait partie de celui des moyens de protection de l'espace aérien suisse avec, d'une part, le renouvellement des systèmes de capteurs de Florako (projet Radar) et, d'autre part, l'acquisition du nouvel avion de combat (projet PAC) et d'un système de défense sol-air de longue portée (projet DSA). Fin 2017, le Conseil fédéral a permis au Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) de planifier l'acquisition du nouvel avion de combat et du système de défense sol-air de longue portée pour un coût maximal de huit milliards de francs (7,32 milliards d'euros).

Michel Cabirol

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 22/09/2019 à 21:13
Signaler
J'imagine que les Suisses observent une stricte séparation entre les multiples dossiers en cours pour le renouvellement de leur D.A., cependant au vu de la part de Thalès dans le programme Rafale, c'est de bon augure pour la suite du processus de sél...

le 23/09/2019 à 15:38
Signaler
J'aimerais être d'accord, sauf que les montants en jeux ne sont pas du tout les mêmes. Le suisses, par votation ont refusé le précédent projet de renouvellement de le flotte, basé sur le gripen suédois, pourtant bien moins cher que le Rafale. Je r...

le 25/09/2019 à 13:19
Signaler
Il faut être réaliste. La Suisse n'a absolument pas besoin d'un avion aussi performant que le Rafale contrairement aux Indiens, aux Égyptiens ou aux Qataris. Je doute fort que la Suisse qui en a pourtant les moyens choisisse le Rafale.

à écrit le 22/09/2019 à 12:31
Signaler
Superbe coup de Thalès face à Raytheon une pointure ds l'électronique de défense. Sachant ce pays d'une exigence très forte sur la qualité. L'industrie de défense nationale fait désormais jeu égal avec son homologue US.

à écrit le 22/09/2019 à 8:37
Signaler
La Suisse ne fait pas partie de l’Europe mais achète européen c’est de la dynaaamite!

à écrit le 22/09/2019 à 7:57
Signaler
Bercy pourra surveiller plus étroitement l'activité sur les comptes des "mauvais" français; pourquoi "mauvais"? Avisés, prudents et pas fous sont des adjectifs plus convenables!

à écrit le 21/09/2019 à 14:47
Signaler
Quand on connaît l'aversion de la Suisse à acheter français, sans doute en sont ils restés à la 4L, on peut imaginer que le système proposé par Thalès est incontestablement le meilleur.

le 22/09/2019 à 22:54
Signaler
La Suisse est déjà équipée de systèmes Thales pour le contrôle aérien civil dont Thales est leader mondial depuis des décennies. Il y a 2 ans Thales a remporté en Australie l'intégration des systèmes de contrôle aérien civil et militaire pour 400 MEU...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.