De très sérieuses menaces pèsent sur la modernisation de l'hélicoptère d'attaque Tigre

Des menaces très sérieuses pèsent sur la modernisation de l'hélicoptère d'attaque Tigre (standard 3). Les patrons de quatre des plus grands groupes industriels de défense (Airbus, Thales, Safran et MBDA) sont montés au créneau en adressant au ministre des Armées un courrier pour défendre ce programme.
Michel Cabirol
Le montant du programme de modernisation du Tigre était évalué à 4 milliards d'euros, dont 2,8 milliards pour la France et 1,2 milliard pour l'Espagne.
Le montant du programme de modernisation du Tigre était évalué à 4 milliards d'euros, dont 2,8 milliards pour la France et 1,2 milliard pour l'Espagne. (Crédits : Airbus Helicopters)

Gagner la guerre de demain, l'hélicoptère de combat Tigre, le fleuron de l'ALAT (Aviation légère de l'armée de terre), ne semble plus en faire désormais partie maintenant. Car la France envisage sérieusement de ne plus investir dans le cadre de la prochaine loi de programmation militaire (LPM) dans le programme de modernisation du Tigre (standard 3), qui permettait au Tigre de rester opérationnel au-delà de 2040, comme l'avait déjà évoqué La Tribune. C'est ce que suggère le courrier envoyé au ministre des Armées Sébastien Lecornu et signé par quatre des plus grands patrons de l'industrie de défense tricolore, qui sont montés au créneau pour défendre le programme Tigre Mark 3, selon des sources concordantes : Guillaume Faury (Airbus), Patrice Caine (Thales), Olivier Andriès (Safran) et Eric Béranger (MBDA).

Ces quatre groupes sont naturellement concernés au premier plan par ce programme estimé à 4 milliards d'euros, dont 2,8 milliards pour la France : Airbus Helicopters en tant que maître d'œuvre du système d'arme, Thales pour l'électronique, Safran par la motorisation et l'optronique, et, enfin, MBDA pour l'armement, notamment le missile Akeron-MP développé expressément pour le Tigre Mark 3. Cet investissement devait entraîner une modernisation en profondeur des systèmes de l'hélicoptère d'attaque européen, dont les premières livraisons des exemplaires modernisés étaient attendues en 2029 pour l'ALAT. Faute de grive, les industriels pourraient finalement se contenter de traiter simplement les obsolescences du Tigre (Mark 2+). Cette modernisation a minima permettrait toutefois à cet appareil de rester opérationnel pendant plusieurs années mais elle n'aurait plus du tout la même ambition. Et elle pourrait compromettre le maintien des compétences industrielles au sein des groupes concernés.

Des arbitrages à venir

L'état-major des armées (EMA) semble avoir lâché le Tigre pour se concentrer sur des dossiers qu'il juge beaucoup plus prioritaires. Pourtant, le chef d'état-major des armées, le général Thierry Burkhard, quand il était encore patron de l'armée de terre, défendait le Tigre Mark 3. Dans une interview accordée en mars 2021 à La Tribune, le général Burkard estimait en avoir « besoin » : « Pour l'armée de Terre française, comme pour l'armée de Terre allemande, on ne peut vouloir être une armée de premier rang en Europe, une armée de référence, être capable de faire de la haute intensité et ne pas avoir une composante aéro-combat intégrée. On le voit pour toutes nos opérations : la composante aéromobile est indispensable. Elle produit des effets très significatifs sur le terrain et sur l'ennemi. Elle passe par le NH90, le HIL qui arrive, et le Tigre », avait-il expliqué.

En dépit d'un effort budgétaire considérable dans le cadre de la LPM (413 milliards d'euros), le ministère des Armées va devoir, comme c'était à prévoir, faire des arbitrages dans l'ensemble des programmes lancés (300 milliards d'euros environ déjà gagés) ou qui doivent être lancés. Des économies seront donc nécessaires et devront également être validées par le ministère, qui espère promulguer la LPM autour du 14 juillet. Une LPM qui sera finalisée en mars/avril avec l'ensemble des cadrages programmatiques et qui pourrait atterrir à l'Assemblée nationale en mai, puis en juin au Sénat.

Michel Cabirol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 26/01/2023 à 7:24
Signaler
L'hélicoptère est concurrencé par les drones qui peuvent aujourd'hui faire mieux pour moins cher. C'est une bonne décision que d'abandonner une technologie obsolète pour investir dans une technologie d'avenir. La guerre en Ukraine a fait la démonstra...

à écrit le 26/01/2023 à 2:33
Signaler
Un des helicos les plus complexe en matiere de maintenance et de fragilite. En comparaison, les equipements US et Russes sont tres superieurs.

à écrit le 24/01/2023 à 17:00
Signaler
Mon avis : L'argent est lâché sur le scaf pour les 15 prochaines années. Il faut faire durer le tigre et le char leclerc au maximum et améliorer leur disponibilité. On peut racheter des appareils à nos clients et partenaires. Et après le scaf on ...

à écrit le 24/01/2023 à 17:00
Signaler
Mon avis : L'argent est lâché sur le scaf pour les 15 prochaines années. Il faut faire durer le tigre et le char leclerc au maximum et améliorer leur disponibilité. On peut racheter des appareils à nos clients et partenaires. Et après le scaf on ...

à écrit le 24/01/2023 à 16:47
Signaler
Et développer une gunship appui/protection pour le CSAR, sur base H160 ca couterait pas moins cher? Effectivement le reste des missions d'attaques peut être dévolu aux drones et/ou missiles.

à écrit le 24/01/2023 à 15:09
Signaler
Mouaip dommage mais l'industriel est 100% responsable de la situation. Il suffit d'essayer de comprendre pourquoi les Gazelles sont toujours en service en 2023? Après c'est regrettable les Italiens les turques et autres savent faire des hélicots ...

à écrit le 24/01/2023 à 14:51
Signaler
Ce n'est pas forcément une bonne décision. Contrairement à ce que l'on peut penser, l'essentiel des missions effectuées par les Tigres de l'ALAT c'est accompagner et protéger les autres hélicos de transport de troupes. Pour ces missions, le standard...

à écrit le 24/01/2023 à 10:51
Signaler
A force de vendre des hélicoptères avec 30% de taux de disponibilité, même l'Etat français s'est lassé. Sans parler des autres pays qui retournent ou abandonnent ces engins : Allemagne, Pologne, Australie, etc. Espérons que ca fasse un peu réfléchir...

le 24/01/2023 à 11:44
Signaler
Bonjour, Malheureusement ils semblerait que cette. Appareil avez une faible disponibilité opérationnel... Cela est regrettable pour un appareil militaire... Une bonne machine s'est une forte disponibilité, faible maintenance, et bonne efficacité.....

le 24/01/2023 à 11:57
Signaler
Oui mais Boeing peut pas produire assez helicopteres pour tous et apres quoi France va acheter Mi-28?

à écrit le 24/01/2023 à 10:11
Signaler
Conséquence directe de la guerre d'Ukraine où les hélicoptères d'attaques n'ont pas fait leurs preuves avec les générations nouvelles de missiles anti aériens. De plus le retrait des tigre australiens a achevé le programme. Airbus Helicopter devrait ...

à écrit le 24/01/2023 à 9:33
Signaler
On ne peut pas non plus tout financer. Les priorité sont ailleurs et comme on ne sera plus jamais engagés en Afrique le Tigre n'est pas la priorité pour notre défense.

le 24/01/2023 à 10:38
Signaler
Les priorité sont ailleurs ??? et la souveraineté ? et l'industrie FR ? une armée sans hélico ?

à écrit le 24/01/2023 à 8:31
Signaler
comme l ont ecris les 2 personnes avant moi, c est probablement une bonne decision. les drones vont mieux pour moins cher et le tigre semble etre un appareil pas tres fiable

le 24/01/2023 à 10:40
Signaler
les drones vont mieux pour moins cher ? mais lesquels ? pour quel prix ? la FR ne produit pas acutellement de drones de combat ! donc la sollution c'est d'acheter quoi ? US ? formidable pour notre souveraineté et pour le support de notre industrie FR...

le 24/01/2023 à 12:56
Signaler
@anael La France fait des drones, pas assez. Pour 5 milliards, on peut espérer mieux

à écrit le 24/01/2023 à 7:25
Signaler
Paradoxalement, c’est sans doute une bonne nouvelle. Les drones, les missiles au delà de l’horizon, les camions lance missiles à terre font aujourd’hui la mission que l’on confiait aux hélicoptères de combat. Il y a la mission CSAR qui reste non couv...

à écrit le 24/01/2023 à 6:48
Signaler
Bonjour, L'hélicoptère tiger est le premier hélicoptères tactique de combat antichar construit pas airbus... Ils a etaient envisager un appareils légers, tres mobiles est moyennement protégé... Sont emplois sur différents théâtre d'opération ons...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.