Le marché de l'espace face à un "risque de monopolisation" à cause de SpaceX, selon Stéphane Israël

Près d'un satellite en fonctionnement sur trois appartient actuellement à la société créée par Elon Musk. Une accélération sur le marché de l'Internet haut débit qui inquiète son concurrent européen. "Nous voulons un espace qui reste accessible aux activités humaines (...) mais nous refusons un espace Far West", a affirmé le PDG d'Arianespace.

3 mn

Space X a déjà déployé 1.677 satellites pour Starlink, ça veut dire qu'aujourd'hui, sur tous les satellites en opération, 35% appartiennent à un homme, Elon Musk, et si vous prenez les satellites de plus de 50 kg, c'est plus de 50%, a rappelé Stéphane Israël.
"Space X a déjà déployé 1.677 satellites pour Starlink, ça veut dire qu'aujourd'hui, sur tous les satellites en opération, 35% appartiennent à un homme, Elon Musk, et si vous prenez les satellites de plus de 50 kg, c'est plus de 50%", a rappelé Stéphane Israël. (Crédits : Reuters)

Avec ses 42.000 satellites de la constellation Starlink, la société SpaceX, propriété d'Elon Musk, est-elle en train de bâtir un monopole ? Ce projet pharaonique n'est en effet pas du goût des concurrents, dont d'Arianespace. Pour son patron Stéphane Israël, cet envoi massif "risque de monopolisation de fait" de l'espace qui nuit au caractère durable de son exploitation.

"Nous voulons un espace qui reste accessible aux activités humaines (...) mais nous refusons un espace Far West. C'est vraiment notre responsabilité de faire en sorte que l'orbite basse (inférieur à 1.000 kilomètres de la Terre, ndlr) soit durablement praticable", a-t-il affirmé mercredi à Genève lors d'une conférence sur la place de l'espace dans les objectifs de développement durable fixés par l'ONU.

Sur plus de 9.000 satellites placés en orbite depuis 1957, "Space X a déjà déployé 1.677 satellites pour Starlink, ça veut dire qu'aujourd'hui, sur tous les satellites en opération, 35% appartiennent à un homme, Elon Musk, et si vous prenez les satellites de plus de 50 kg, c'est plus de 50%", a rappelé M. Israël qui a pris de nouvelles responsabilités en début d'année pour justement se concentrer sur les enjeux commerciaux du groupe.

Arianespace est l'un des acteurs sur ce marché des satellites. Mais la politique de lanceurs de l'Europe au-delà de l'horizon 2025 a montré des failles.

D'autant que les Européens ne sont pas les seuls. On trouve également Kuiper, créé par Jeff Bezos et l'entreprise OneWeb, soutenue par le gouvernement britannique et dans laquelle le Français Eutelsat vient de prendre 24% du capital. Toutes promettent d'accéder à un Internet haut débit par satellite.

Lire aussi > Starlink : quand les antennes relais d'Elon Musk suscitent les réserves des élus locaux

Des risques de collision

Plusieurs collisions ont déjà été évitées ces dernières années, dont au moins deux impliquaient des satellites Starlink, a-t-il rappelé, estimant que "très vite on peut se retrouver dans un scénario catastrophique qui rendrait cette orbite impraticable".

Il a également mis en garde contre le "risque de monopolisation de fait, de sorte de droit du premier occupant". "C'est un peu sur quoi mise notre compétiteur qui déploie à flux très accéléré les satellites de Starlink et essaie de créer  une situation qui le met dans un rapport de force favorable par rapport aux autorité des régulation, notamment la FCC (la Commission fédérale des communications américaine, ndlr), pour obtenir les droits associés", a-t-il estimé.

L'espace est "vital" pour respecter les objectifs de développement durables mais "ce qui manque encore, c'est une prise de conscience (...) des risques que court l'espace", a pour sa part regretté François Rivasseau, ambassadeur de France auprès de l'ONU à Genève et organisateur de la conférence.

Alors que des études alertaient depuis 2005 contre les risques d'une grande pandémie, le monde ne s'y est pas préparé, "et puis c'est arrivé", a-t-il rappelé.

"Sur l'espace, nous savons que les catastrophes qui affecteraient le système spatial sont probablement parmi les plus graves, sinon les plus graves, qui peuvent affecter le développement durable des pays de notre planète, mais est-ce que nous mesurons les efforts qu'il faut faire pour éviter ces problèmes? Ma réponse est non, nous ne le savons pas encore", a-t-il prévenu.

Lire aussi 2 mnStéphane Israël quitte ses fonctions opérationnelles chez ArianeGroup

3 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 28/05/2021 à 4:38
Signaler
D'un côté Arianespace, née en 1980, dirigée par un ancien d'Henri IV, normalien en histoire, ENA, cour des comptes, "haut-fonctionnaire", tous les viatiques qui importent pour pouvoir réussir en France dans quelque domaine que ce soit, mais qui n'a j...

le 28/05/2021 à 12:21
Signaler
bravo, voua avez réussi à mettre tous les clichés dans le même message... une chose est sure, vous êtes bien mal renseigné concernant les développements dans le secteur spatial en France visiblement

le 28/05/2021 à 13:48
Signaler
@Raoul Pourriez-vous pointer ce qui serait inexact d'aprés vous ans le post de Al ? il me semble que c'est juste factuel en ce qui concerne la premiére partie, et reste valide quelque soient les développements en cours dans le secteur spatial en F...

à écrit le 28/05/2021 à 3:23
Signaler
Stéphane Israël est juste un mauvais perdant, et en tant que socialiste, fonctionnaire et probablement étatiste, il trouve vraiment trop injuste que la réalité - une entreprise privée plus agile/rapide/inventive que des États/Administrations arthrit...

à écrit le 27/05/2021 à 19:50
Signaler
Bla bla bla bla ... stephane israel ne fait que critiquer... A force de se reposer sur ses lauriers, arianespace s'est fait doubler par SpaceX... Arianespace est tout simplement larguée de chez larguée et a déjà un retard d'une bonne dizaine d'années...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.