"Nous avons amélioré la robustesse du lanceur Vega" (Daniel Neuenschwander, ESA)

 |   |  1263  mots
Chaque accident est toujours un enchainement de plusieurs facteurs. (...) Nous avons effectivement travaillé sur l'ensemble de ce dôme et, évidemment, nous avons travaillé sur sa protection thermique (Daniel Neuenschwander, directeur des lanceurs de l'Agence spatiale européenne-ESA)
"Chaque accident est toujours un enchainement de plusieurs facteurs. (...) Nous avons effectivement travaillé sur l'ensemble de ce dôme et, évidemment, nous avons travaillé sur sa protection thermique" (Daniel Neuenschwander, directeur des lanceurs de l'Agence spatiale européenne-ESA) (Crédits : Agence spatiale européenne (ESA))
Dans une interview accordée à la Tribune, le directeur des lanceurs de l'Agence spatiale européenne (ESA) Daniel Neuenschwander estime que tout a fait pour le retour en vol de Vega, reporté ces dernières semaines à plusieurs reprises en raison d'une météo défavorable et est désormais prévu dans la nuit de samedi à dimanche. L'ESA et les équipes ont travaillé pour résoudre la défaillance thermo-structurale du dôme avant du moteur Zefiro 23. Notamment en renforçant sa protection thermique. Il confirme également qu'il travaille sur un nouveau planning du premier lancement d'Ariane 6.

LA TRIBUNE : Quels sont les enjeux de ce retour en vol pour Vega et pour l'Agence spatiale européenne (ESA) ?
Daniel NEUENSCHWANDER :
L'enjeu est de taille pour l'ESA avec le retour en vol du lanceur Vega après l'échec de VV15 en juillet dernier. En tant qu'autorité de qualification du système de lancement Vega, l'ESA est le responsable de ce retour en vol. C'est le point le plus important. Ensuite, nous avons développé et validé un dispenseur modulaire (SSMS), qui permet de lancer des petits satellites ayant des tailles variables. Ce dispenseur peut être adapté à chaque mission mais l'interface avec les satellites est standardisée. Il permettra à Arianespace d'adresser de nouveaux marchés. Enfin, lors du vol VV16, Vega mettra en orbite quatre petits satellites de l'ESA sur les 53 qui seront lancés, j'espère, le plus vite possible : un pour l'observation de la Terre, un autre pour les télécoms et deux venant de la direction de Space Engineering & Technology.

Ce dispenseur pourra-t-il être adapté à Ariane 6 ?
C'est un dispenseur spécifique au lanceur Vega. Nous sommes également en train de développer un dispenseur en fibre de carbone pour Ariane 6, appelé MLS (Multi launch system, ndlr). L'objectif est de permettre à des petits satellites d'être lancés par Arianespace pour autant que la mission soit compatible avec le passager principal. Au lieu de prendre un taxi, ces petits satellites vont monter dans un bus avec d'autres passagers. Si le client...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/06/2020 à 14:29 :
L'ESA fait de l'industriel et de l'engineering, c'est nouveau ça...MdR
a écrit le 27/06/2020 à 17:04 :
"L'ESA et les équipes", c'est nouveau, l'ESA a un rôle industriel, ils font même du design....MdR.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :