Qui d'Airbus ou de Boeing a gagné le Bourget ? En fait, ça dépend...

 |   |  389  mots
(Crédits : PASCAL ROSSIGNOL)
En termes de commandes fermes, Boeing a terminé devant Airbus. En tenant compte des lettres d'intention et des protocoles d'accord, c'est l'avionneur européen qui l'a emporté.

Qui d'Airbus ou de Boeing a remporté la bataille, certes symbolique, des commandes d'avions à l'issue des journées professionnelles du salon du Bourget ce jeudi. Chacun des deux rivaux risque de revendiquer la victoire en fonction du critère choisi.

Commandes fermes, avantage Boeing

En termes de commandes fermes (celles qui génèrent le dépôt d'un acompte de la part du client permettant au constructeur de l'inscrire dans son carnet de commandes), Boeing l'a emporté face à Airbus. L''avionneur américain a en effet fait état d'un bilan de 145 commandes fermes depuis  lundi, d'une valeur de 18,6 milliards de dollars au prix catalogue, tandis qu'Airbus a annoncé avoir enregistré 124 commandes fermes pour un montant catalogue de 16,3 milliards de dollars. Boeing a fait figurer dans son bilan final deux milliards supplémentaires avec 21 commandes fermes de moyen-courriers 737, sans toutefois en identifier les auteurs.

Contrats et pré-contrats, avantage Airbus

En prenant en compte les options et intentions d'achat, l'avionneur européen est en revanche devant son rival américain avec 421 appareils, pour une valeur de 57 milliards de dollars, contre 331 avions pour Boeing pour un montant catalogue de 50,2 milliards de dollars.

On entend déjà les arguments des deux camps. L'un va dire que seules les "vraies" commandes doivent être prises en compte car il est trop facile de signer des protocoles d'accord qui ne se concrétiseront jamais ou dans très longtemps en contrat fermes. L'autre répondra au contraire que l'expérience a souvent montré que les protocoles d'accord signés dans les salons se transformaient dans les mois qui suivent en commandes fermes.

Pour le Président d'Airbus, Fabrice Brégier ce Bourget est « à nouveau un salon très réussi". "C'est plus que ce à quoi je m'attendais", a-t-il ajouté en estimant que ce bilan plaçait le 51e salon cette année au même niveau que la précédente édition, en 2013.
"Cela confirme que la tendance du marché est très positive", a-t-il poursuivi.

En 2013 déjà, lors de la précédente édition du Bourget, Boeing l'avait emporté en commandes fermes mais s'était incliné en prenant en compte les lettres d'intention. Mais la valeur des contrats était supérieure : 302 commandes fermes pour l'avionneur américain contre 241 pour Airbus.

 ___

 >>> TOUTE LA SEMAINE, RETROUVEZ LES VIDEOS DU PARIS AIR SHOW 2015

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2015 à 19:16 :
À voir les commentaires de certains de ce forum, mon Dieu, je me demande si ces grands "experts" (je ne veux pas citer les pseudos) ne seraient-ils mieux placés en innovant auprès de constructeurs aéronautiques qu'en train de blablater sur un forum journal..... :-) @
a écrit le 19/06/2015 à 19:07 :
hmmm ça sera drôle le jour où airbus et boeing seront concurrencés par des long-courriers russes, chinois, brésiliens, canadiens….. eheheh
a écrit le 19/06/2015 à 9:00 :
Peu importe le vainqueur, les deux constructeurs ne peuvent subvenir seul à la demande mondiale. Bravo à Airbus et Boeing pour ces ventes car la concurrence canadienne, russe et chinoise arrivent et chercheront à avoir eux aussi leur part du gateau.
a écrit le 19/06/2015 à 8:32 :
Toutes ces annonces ne servent à rien, sauf pour les politiciens et pour les journalistes. Ce qui comptent, c'est combien de commande ont été signé à la fin de l'année et combien d'avions ont quitté les usines à a fin de l'année.
a écrit le 19/06/2015 à 7:31 :
Que ce soit du Boeing ou de l'Airbus, les actionnaires s'en moquent puisqu'ils possèdent presque les deux compagnies. Il faudrait peut-être qu'un jour les journalistes se rendent compte que "la saine concurrence" n'est qu'un leurre.
Réponse de le 19/06/2015 à 13:53 :
"les actionnaires possèdent presque les deux compagnies"
Bravo, super scoop,....... enfin presque parce que justement le "presque"
Boeing 95% d'actions et 50 tonnes de patates?
Airbus 93% d'actions et 85 tonnes d'avoine?
"Les actionnaires s'en moquent"
Ce ne sont pas les mêmes actionnaires et je pense que beaucoup devaient être connectés en temps réel sur le Bourget pour suivre les infos.
Boeing est privé, Airbus étatisé aux environs de 30%
""la saine concurrence" n'est qu'un leurre"
????
En résumé, votre commentaire a gagné sa place au musée des nullités
Réponse de le 20/06/2015 à 7:54 :
J'ai consulté la liste des principaux investisseurs des deux compagnie. Et comme par hasard on retrouve les mêmes actionnaires, parfois par des filiales interposées. Il suffit de lire les comptes rendu officiels des société de bourses du monde. Avant de traiter les autres de nuls, il faudrait apprendre à lire... Quand on sait que 1% de la population mondiale possède presque 50% des richesses, on est en droit de se demander ou est la concurrence.
a écrit le 18/06/2015 à 18:16 :
C'est terrible ce manque de commande de l'A380 suite à tous les investissements qui ont été faits et tous les problèmes de service après vente qui ont dû être résolus. On est très loin du breaking point malgré ce qu'ils disent
Réponse de le 19/06/2015 à 9:07 :
Oui, le programme A380 est tenue à bout de bras que par une seule compagnie : Emirates. Toutes les autres compagnies remplacent leur vieux 747 par B777 et bientôt des A350.
La pari du "paquebot des airs" se révèlent payant que pour des compagnies du Golfe qui n'ont pas les mêmes charges que les compagnies occidentales.
Pas une seule compagnies du continent américain n'a acheté cet avion et seulement les 3 grosses compagnies européennes ont acheté des A380.
Bref, il va falloir que John Leahy accomplisse des miracles pour le super jumbo de airbus.
Réponse de le 19/06/2015 à 10:40 :
Je suis d,accord avec vous mais il y a quand même un problème économique avec cet avion: Korean Air, Thay, Malaysian Airline, Singapore Airline, Etihad et autres le l'ont pas racheté donc il ne présente aucun intérêt économique. Je l'ai pris plusieurs fois sur Hong Kong avec BA et quand on arrive à l'aéroport c'est un peu la cohue surtout au niveau des valises. Vous oubliez le Dreamliner pour le remplacement des 747.
a écrit le 18/06/2015 à 15:04 :
ce qui est surtout marquant pour ce salon c'est la pause dans les mégacommandes de widebodies ( long courrier) quelques commandes de 330, 787, 777X des intentions d'achats de 350,747F,787 rien pour le 380 résultat plutot modeste, attendons dubai en novembre pour voir si c'est une simple pause ou plus structurel
Réponse de le 19/06/2015 à 18:32 :
@ massona : Airbus doit avoir 7 à 8 années de livraisons en carnet. On n'a jamais vu çà. Pas besoin de se péter un psychodrame avec le Bourget 2015 et tout ce qui s'ensuit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :