Rafale : Dassault se dit capable de doubler sa production avec un investissement quasi nul

 |   |  194  mots
Pressé de dire si une augmentation de cadence pour le Rafale nécessiterait des investissements industriels, le PDG de Dassault Aviation a estimé que ces investissements seraient très légers.
Pressé de dire si une augmentation de cadence pour le Rafale nécessiterait des investissements industriels, le PDG de Dassault Aviation a estimé que ces investissements seraient "très légers". (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le groupe augmentera les cadences s'il obtient un troisième contrat cette année avec l'Inde, explique Eric Trappier, le Pdg de l'avionneur. Le groupe doit finaliser avec ce pays la vente de 36 appareils, après les deux premiers et tout récents contrats signés au Qatar et en Egypte.

"Il y a toujours une chaîne de production, mais on augmentera les cadences si jamais on a un troisième contrat [à l'export, Ndlr]."

Ainsi, Eric Trappier, le PDG de Dassault Aviation a assuré que son groupe avait la capacité de doubler sa production "sans problème", en marge de l'assemblée générale de Thales (dont il est co-actionnaire).

Des investissements "très légers"

"Pour l'instant on a les deux premiers contrats (24 commandés par l'Egypte et 24 également pour le Qatar) qui s'inscrivent dans la chaîne de fabrication du Rafale telle qu'elle est aujourd'hui parce que la France substitue les avions français par les avions d'export", a-t-il ajouté.

"Les Indiens ont dit qu'ils étaient pressés d'acheter le Rafale et que, dans une structure accélérée de gouvernement à gouvernement, de gré a gré, ils en prennent déjà 36. Après on verra", a dit Eric Trappier, sans indiquer quand une signature pourrait avoir lieu.

Pressé de dire si une augmentation des cadences pour le Rafale nécessiterait des investissements industriels, le Pdg de Dassault Aviation a estimé que ces investissements seraient "très légers".

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2015 à 19:40 :
Bien une bonne nouvelle, nous allons pouvoir livrer des avion en temps et en heures..... Ensuite si cela ne nous coute pas plus chere, cela est une belle performance des usine dassault....
a écrit le 14/05/2015 à 19:08 :
Un papier purement RP et d'une imbécilité sans pareil. Désolé pour la franchise.
a écrit le 14/05/2015 à 12:11 :
Il faut relativiser, passer de 1 avion à 2 voire 3 quand Airbus et ses partenaires et sous-traitants doivent assurer une production de 50 avions par mois + autres avionneurs.

Réponse de le 14/05/2015 à 17:45 :
Il n'y a pas de comparaison à faire.
Lorsqu'une chaine de Rafale, conçue disons pour fabriquer 2 avions par mois, doit tout d'un coup se mettre à en produire 4 (doublement de la production par example), c'est aussi difficile que de doubler la production d'une chaine d'A320 en passant de 20 à 40 avions/mois!
Réponse de le 14/05/2015 à 18:22 :
En total désaccord, pour preuve l'organisation de la supply chain Airbus depuis le début 2000.
Réponse de le 14/05/2015 à 21:27 :
Ok. Je vois le parti pris!
Vous ne comprenez pas semble t-il la problématique de deux capacités de production qui n'ont rien à voir l'une avec l'autre.
Réponse de le 15/05/2015 à 11:22 :
Dassault représente moins de 5% de l'activité aéronautique chez les équipementiers hormis TAS (EASA + Spectra). C'est de l'artisanat avec des produits non industrialisés et des obsolescences à traiter.
Réponse de le 15/05/2015 à 11:29 :
Vous êtes incohérent dans vos réponses, vous prétendez que la montée en cadence ne pose pas de problème, il suffit d'augmenter le taux d'utilisation des lignes. Vous répondez l'inverse à mon commentaire.
Vous êtes sûrement trop ancien pour avoir connu la croissance de l'aéronautique civile et les gains de productivité associés. L'expertise c'est comme la mémoire, ça se maintien avec l'activité.
Réponse de le 16/05/2015 à 14:15 :
Décidément il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre!
Les chaînes Rafale, conçues pour produire disons 2 avions/mois, peuvent sans problème augmenter très significativement leur capacité de production en changeant leur organisation de travail (idem pour les sous-traitants et fournisseurs). Mais si il faut tripler ou plus leur production actuelle (je ne connais pas assez leur site pour quantifier exactement), là il faudra investir lourdement (et sans doute aussi chez leurs sous-traitants et fournisseurs).
Ce que j'ai essayé de dire est que de passer de 1 à disons 5 ou un peu plus avions/mois chez Dassault (chiffre tout à fait minime au regard des capacités d'Airbus), est aussi difficile que pour Airbus de passer de 50 à 150 A320 par mois.
Dassault et Airbus évoluent sur des segments de l'industrie différents: l'un (Airbus) est dans ce que l'on peut appeller la commodité de l'aéronautique (gros volumes, marché planétaire, gros impact du prix de vente) et l'autre (Dassault) est dans la "spécialité" de l'aéronautique (volumes faibles, marché focalisé sur quelques armées de l'air, produit évoluant sans cesse et à adapter aux besoins de chaque armées, etc).
Ce sont deux mondes différents, ayant chacun leurs spécificités, que l'on ne peut pas comparer.
a écrit le 14/05/2015 à 10:37 :
C'est sûr qu'à la cadence actuelle de production, soit 11 Rafales par an, çà ne sent pas trop la sueur dans l'usine de Mérignac, dont les capacités sont vraisemblablement très sous-utilisées.
Mais Dassault est un vrai industriel avec une gestion à long-terme, qui doit bichonner son outil de production, n'a sûrement pas sacrifié à des modes financières à la noix comme la stratégie "Asset Light", et peut donc gérer ses changements de cadences sans accrocs majeurs.
Dieu merci, il en reste.
Réponse de le 20/05/2015 à 1:53 :
l'usine de Mérignac assemble également tous les avions civil de Dassault :
Falcon / 900 / 2000 / 7X / 8X / 5X et a livrés 75 Falcon en 2014. le rafale à 11 par an représente 25% de l’activité de Dassault. Donc oui ça sent la sueur à Mérignac et ça sera pire à moyen terme avec l'augmentation de cadence des nouveaux 8X 5X et Rafale.
a écrit le 14/05/2015 à 10:07 :
Rien de surprenant à cela. J'ai travaillé toute ma vie sur des sites industriels, et sais ce que c'est que d'accroître ou baisser les cadences de production. Les chaînes travaillaient au mini, et doubler ou plus la production (en passant en 2*8 voire en 3*8 continu par exemple, c'est à dire week-ends inclus comme cela se passait sur mes sites industriels) peut très vraisemblablement se faire avec peu d'investissements "matériel". Il y a seulement un investissement humain (plus de personnel, formation, et coûts salariaux plus élevés du fait du travail en 3*8 si nécessaire) dont le coût n'est pas grand chose pour ce type de produit. Dassault et autres firmes impliquées savent de toute façon ce qu'il y a à faire et si le PDG de Dassault affirme que l'investissement à faire est mineur, je le crois.
a écrit le 13/05/2015 à 18:14 :
Passez en 2x8 sur un chaine, n'engage pas ou très peu de nouveaux investissements.
Globalement, les études et réalisations des outillages, c'est fait. La chaine existe, il faut certainement passé par une étape transitoire pour la formation d'une deuxième équipe. La règle chez les fournisseurs est la même. Les montages d'assemblage, de contrôle, de traitement, les moules ou autres outillage spécifiques sont déjà présents, les centres d'usinage seront sollicités plus longtemps, ce qui les rentabilisera mieux, les approvisionnements de matière et le recyclage seront accélérés. Au final l'investissement premier, s'il n'est pas totalement remboursé sera dilué sur des pièces plus nombreuses. Pour les outillages qu'il serait nécessaire de dupliquer, études et plans existent. Certainement que Dassault, Thalès, Hispano Suiza, Snecma, Sagem, MBDA, Nexter et la société qui réalise les trains d'atterrissage (dont le nom m'échappe), ont prévu cette montée en charge depuis longtemps, puisque depuis le début, l'intérêt pour Dassault et l'Etat est bien d'exporter cet avion. L'Etat étant actionnaire des société citées (directement ou indirectement), il est d'autant plus intéressé.
Réponse de le 13/05/2015 à 21:45 :
Messier dowty pour les trains...
Réponse de le 13/05/2015 à 22:09 :
La production actuelle est le minimum (en dessous Dassault aurait arrêté la production). Inutile de passer en 2x8 pour doubler le volume (sauf peut-être pour quelques fournisseurs).
Réponse de le 14/05/2015 à 8:52 :
@web123
La chaine tournerait moins de 4H00 par jour?
Réponse de le 15/05/2015 à 6:03 :
Ou 7h par jour mais seulement 3 jours par semaine

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :