Le tour du monde de Solar Impulse 2 reprend

 |   |  259  mots
L'avion, à l'envergure impressionnante de 72 mètres, ne devait initialement faire qu'une brève escale à Chongqing.
L'avion, à l'envergure impressionnante de 72 mètres, ne devait initialement faire qu'une brève escale à Chongqing. (Crédits : DR)
L'avion propulsé par la seule énergie solaire a survolé une bonne partie de la Chine, mardi. Il devait boucler dans la soirée la sixième étape de son tour du monde, après être resté cloué au sol trois semaines dans la ville de Chongqing.

L'épopée de l'appareil révolutionnaire Solar Impulse 2 a repris. L'appareil, piloté par le Suisse Bertrand Piccard, a décollé de l'aéroport de Chongqing (sud-ouest du pays) à 6h06 locale (22h06 GMT lundi), à destination de Nankin (est du pays) où il devait se poser tard mardi 21 avril, après environ 17 heures de vol.

Le voyage de Chongqing à Nankin, d'une distance totale de 1.190 kilomètres, a permis à Bertrand Piccard d'assister au lever du jour au-dessus du fleuve Yangtsé, puis au coucher du soleil sur ce même bassin du Yangtsé, qui irrigue aussi Nankin.

Cloué au sol à cause des conditions météorologiques

L'avion, à l'envergure impressionnante de 72 mètres et aux ailes tapissées de plus de 17.000 cellules photovoltaïques, ne devait initialement faire qu'une brève escale à Chongqing. Il y est finalement resté trois semaines, cloué au sol par des conditions météorologiques défavorables.

Mégalopole à la croissance ébouriffante, Chongqing est fréquemment enveloppée de brumes, aggravées par une pollution persistante, qui ont compliqué le rechargement des batteries au lithium de l'appareil. Des vents contraires ont aussi retardé le départ.

L'un des deux pilotes de l'avion solaire, André Borschberg, a de surcroît dû retourner temporairement en Suisse pour effectuer un contrôle médical en raison de migraines.

L'avion solaire devrait rester une dizaine de jours à Nankin, le temps d'un check-up complet, avant d'affronter le Pacifique: cette prochaine étape, la plus longue, durera cinq jours consécutifs de vol pour un seul pilote chargé de rallier l'archipel américain d'Hawaï.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2015 à 14:21 :
M'enfin !! un avion solaire à Chongqing ,la ville à 3 noms : la capitale des montagnes et du brouillard ,double félicitations et la 4eme ville du four ..en été !! malgré tout ça , donc , c'est une performance ...
a écrit le 22/04/2015 à 0:04 :
"Il (l'avion) est finalement resté trois semaines à Chongqing, cloué au sol par des conditions météorologiques défavorables."
Quel formidable monde nouveau! Quand je pense que nous nous plaignons pour quelques quarts d'heure de retard d'un vol d'Air France!
a écrit le 21/04/2015 à 21:13 :
A moins de voler suffisamment vite pour pour rester en permanence au soleil, l'avion électrique restera un gadget pour longtemps, et encore faudra-t-il que la technologie des capteurs et du stockage évolue plus qu'à la marge.... Nous ne sommes pas prêts de voir voler un Airbus électrique.
Réponse de le 22/04/2015 à 12:58 :
Vous oubliez juste qu'Airbus fait voler un avion électrique depuis quelques mois. D'autre part regardez où en était l'aviation il y a 100 ans et 50 ans. Enfin la prochaine étape de Solar impulse est de 5 jours et nuits sans escale car au dessus du pacifique. L'information est dans l'article.

Ne soyez pas défaitiste les septiques ont toujours tord

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :