Spatial : psychodrame autour d'un mini plan de relance

 |   |  916  mots
La filière spatiale française attend encore désespérément sur le pas de tir son plan de relance.
La filière spatiale française attend encore désespérément sur le pas de tir son plan de relance. (Crédits : Nasa Johnson (Flickr, CC BY-NC-ND 2.0))
Le ministère de l'Enseignement supérieur, en charge de l'espace, bataille pour faire accepter un plan de relance en faveur de la filière spatiale. Bercy n'est pas convaincu. Enjeu : une rallonge budgétaire de plus de 200 millions d'euros sur deux ans (2021-2022).

Psychodrame dans la filière spatiale, qui n'a pas eu encore son plan de relance. La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESRI), en charge du spatial, Frédérique Vidal, et le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, s'opposent depuis quelques semaines sur le lancement d'un éventuel plan de relance dans le spatial, selon plusieurs sources industrielles concordantes. La filière spatiale a déjà raté une fenêtre de tir avec le plan de relance dans l'aéronautique annoncé en grande pompe il y a deux semaines. Un volet spatial était envisagé mais cela a fait un pschitt intersidéral... alors que le plan de relance dans le spatial était prêt, confirment plusieurs sources. "Ce plan de relance, c'est un bide", lâche-t-on même au sein du ministère des Armées.

Pourtant Frédérique Vidal ne demandait vraiment pas la lune à Bercy. Selon nos informations, les discussions portaient sur une enveloppe budgétaire de 300 millions d'euros supplémentaires au niveau national sur la période 2021-2022 pour un secteur considéré il y a peu de temps encore comme...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2020 à 17:35 :
Pour ceux qui aiment l'espace regarder la chronique le mardi et jeudi d'Hugo Lisoir sur youtube.
a écrit le 23/06/2020 à 17:18 :
La dépendance a l espace c' est 15% du PIB européen, heureusement que nous autres ingénieurs ne flirtons pas avec le niveau de qi certains cités précédemment ! L Europe est entrain de se laisser distancer après avoir été leader commercialement et technologiquement.keynes, c est grâce a lui que la Chine est devenue un empire, alors que nous continuons à protéger les retraites répartitions et capitalisations de façon inconditionnelle...
Réponse de le 23/06/2020 à 18:39 :
"La dépendance a l espace c' est 15% du PIB européen" ah bon, pourriez vous nous donner vos sources? Il faudrait comprendre que le budget du spatial est supérieur au budget de la défense? Vraiment?
Réponse de le 23/06/2020 à 18:59 :
Allez travailler aux USA si vous n'êtes pas satisfait du keynésianisme ! En ce moment ils ont besoin de monde, et comme vous n'êtes pas latino... vous avez vos chances.
Réponse de le 25/06/2020 à 13:57 :
'La dépendance a l espace c' est 15% du PIB européen' Merci de citer vos sources, ce chiffre dépassant allégrement la part du PIB dévolue à la défense....
a écrit le 23/06/2020 à 13:29 :
quelle idée saugrenue de mettre le spatial dans le giron de l'enseignement supérieur !!
a écrit le 23/06/2020 à 13:09 :
La terre, c'est mieux quand on la regarde d'en bas. D'en haut, c'est cher et trompeur.
a écrit le 23/06/2020 à 8:46 :
Depuis 1969, à savoir maintenant plus de 50 ans, alors que nous sommes parvenus à nous poser sur la lune depuis nous ne savons que faire des photographies d'astronautes dans l'espace. 50 ans les gars alors que les progrès informatique ont été multipliés par des millions.

La conquête de l'espace c'était mieux avant également.
a écrit le 23/06/2020 à 6:26 :
Ah, les fameux "plans de relance" : Le Keynésianisme, héritage du 20eme siècle. Cette pensée magique, qu'en "amorçant" l'économie avec quelques billets, on va comme par magie "relancer" l'économie. Hélas, on est au 21eme siècle maintenant, ça ne marche plus comme ça. Les billets ne font plus boule de neige.
Réponse de le 23/06/2020 à 9:14 :
"Les billets ne font plus boule de neige."

Oui oui voilà c'est ça mais cause toujours quand même puisque ça fait plus de 20 ans qu'on nous dit ça et ça fait plus de 20 ans que ça continue tranquillement sans que la fin du monde financier n'arrive hélas, des promesses toujours des promesses, encore des promesses mais rien que des promesses..

"Nous sommes dans un pays en faillite !" François Fillon (la vache j'avais déjà oublié son nom il a fallu que j'aille voir sur le net !). C’était il y a plus de dix ans maintenant... chaque jour les alarmistes perdent un peu plus en crédibilité malgré leur impressionnante couverture médiatique.

Tandis que les paroles s'usent, les faits eux sont têtus.
Réponse de le 23/06/2020 à 13:31 :
Faux et archi-faux.
La crise de la Covid a justement démontré la justesse du Keynesianisme : c'est justement la multitude des plans de relance qui a permis de limiter la casse. Sans cette manne financière, point de salaire maintenu même en cas de chômage partiel, l'économie aurait été autrement plus impactée.
Et les comptes publics encore plus dégradés.
L'erreur qu'on fait et que font encore beaucoup de pays, c'est de se lancer dans ce processus toutes frontières ouvertes : si votre pays importe plus qu'il n'exporte (France par ex), vous enrichissez les pays fournisseurs (relances avortées de Mitterrand à l'époque). Si tout le monde le fait en même temps, là ça porte tous ses fruits. Ce qui est le cas avec la crise actuelle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :