Washington inflige des droits de douane de 220% aux C-Series de Bombardier après la plainte de Boeing

 |   |  716  mots
(Crédits : Christinne Muschi)
Ce mercredi, le département américain du Commerce a en effet infligé des droits de douane de quasiment 220% sur les avions CSeries de Bombardier à la suite d'une plainte de Boeing accusant le constructeur canadien de bénéficier de subventions indues.

Le conflit entre les Etats-Unis et le Canada au sujet du différend sur les aides publiques à l'aéronautique prend une ampleur démesurée. Ce mercredi, le département américain du Commerce a en effet infligé des droits de douane de quasiment 220% sur les avions CSeries de Bombardier à la suite d'une plainte de Boeing accusant le constructeur canadien de bénéficier de subventions indues. Il s'agit d'une décision préliminaire qui sera appliquée seulement si la Commission américaine du commerce international (ITC) donne raison à Boeing dans son jugement définitif attendu en 2018.

Grosse commandes de C-Series par Delta

Boeing accuse Bombardier d'avoir vendu ses CSeries à perte l'an dernier aux Etats-Unis grâce à des subventions publiques au Canada. L'avionneur américain affirme notamment que la commande de 75 CSeries, un avion de 110 à 130 places, passée en avril 2016 par Delta a été remportée par Bombardier grâce à méthodes commerciales déloyales.

Bombardier s'est dit "totalement en désaccord" avec la décision du département du Commerce, en jugeant "absurde" l'ampleur de la pénalité imposée. Le département du Commerce n'a pas précisé comment il avait calculé ces droits de douane de 219,63%. Le directeur général de Delta, Ed Bastian, a dit ne pas s'attendre à voir les autorités américaines imposer des droits exorbitants sur les appareils produits par Bombardier. La demande de Boeing est "absurde", a-t-il jugé, qualifiant la plainte de l'avionneur américain "d'hypocrisie ultime".

Boeing n'avait pas l'avion dans la gamme demandée par Delta

Pour convaincre l'ITC, Boeing doit prouver que les pratiques commerciales de Bombardier lui ont porté préjudice bien qu'il n'ait pas présenté d'avion concurrent du CSeries pour la commande de Delta, souligne Dan Pearson, ancien président de l'ITC, qui exprime ainsi ses doutes sur l'issue de la procédure. « Boeing n'avait pas d'avion de 100 sièges dans sa gamme pour concourir sur une demande d'un avion de 100 sièges. Bombardier dispose en revanche d'un avion de cette catégorie », expliquait en effet dans nos colonnes en juin Fred Cromer, le président de Bombardier Commercial Aircraft. Boeing aurait en effet proposé son B737-700.

"Pas un boulon d'un avion Boeing n'entrera aux Canada"

La décision américaine a suscité l'ire des autorités canadiennes et québécoises. Le Premier ministre du Québec où Bombardier est un employeur important, Philippe Couillard, a demandé à Ottawa de faire en sorte que "pas un boulon, pas une pièce détachée, pas un avion de Boeing" ne soit autorisé à entrer au Canada tant que le contentieux n'aurait pas été réglé.

"Boeing a peut-être gagné une bataille, mais laissez-moi vous dire que la guerre est loin d'être terminée. Et nous la gagnerons", a-t-il dit à la presse, en dénonçant une "attaque" contre le Québec et contre le Canada de la part des Etats-Unis. Le gouvernement du Québec a investi un milliard de dollars canadiens dans le programme CSeries, a expliqué Philippe Couillard en affirmant que Bombardier n'avait pas touché "un centime" de subventions publiques.

Pas de commande de F-18 pour Ottawa?

A Ottawa, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a souligné que son gouvernement était "déçu, et je vais continuer à me battre pour de bons emplois canadiens". Le ministre canadien du Commerce, François-Philippe Champagne, a parlé quant à lui d'une décision "déplorable". Récemment, le gouvernement canadien avait indiqué que si Boeing poursuivait sa plainte contre Bombardier, il n'y aurait pas d'achat de F-18 par le Canada.

Cette querelle commerciale pourrait avoir des répercussions jusqu'au Royaume-Uni, Bombardier étant le premier employeur industriel d'Irlande du Nord. Les autorités britanniques ont déclaré mercredi que Boeing pourrait perdre des contrats de défense au Royaume-Uni du fait de ce contentieux.

"Le gouvernement continuera de travailler avec la compagnie pour protéger des emplois vitaux en Irlande du Nord", a-t-elle ajouté.

"Ce différend n'a rien à voir avec une volonté de limiter l'innovation ou la concurrence, que nous jugeons bienvenues. Cela a plutôt complètement à voir avec le fait d'être sur un même pied d'égalité et de garantir que les entreprises aérospatiales respectent les accords commerciaux", a réagi Boeing dans un communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2017 à 10:03 :
C'est là qu'on va voir si le Canada est vraiment capable de résister à Washington. Qu'ils achètent donc des chasseurs européens (Rafales ou Eurofighters) en lieu et place des chasseurs américains F35 ou F18.
a écrit le 28/09/2017 à 18:07 :
Parce que Boeing ne bénéficie d'aucun avantage octroyé par l'Etat americain...plus ou moins déguisé ou masqué....risible!
a écrit le 28/09/2017 à 16:57 :
Pour ceux qui doutaient encore, la démondialisation a belle et bien commencé.
a écrit le 28/09/2017 à 16:28 :
Boeing avait fait le même coup avec les avions ravitailleurs pour l'USAF ! Lobbying au Congrès, corruption au Pentagone, manipulation des syndicats, menaces contre les partenaires d'Airbus,...Ils ont la commande du KC-46 Pegasus, mais déjà 3 ans de retard pour cet avion loupé et 2,5 milliards de $ de pénalités. Les pilotes de l'USAF rèvent encore du KC-330-MRTT qu'Airbus livre à 10 pays et qui est reconnu pour ses performances supérieures !
a écrit le 28/09/2017 à 13:41 :
C'est l'hôpital qui se fiche de la charité....Voir Boeing et la manne des commandes publiques militaires dont il bénéficie grâce à des règles de concurrence faussées, tout cela de façon à écarter les troublions.
a écrit le 28/09/2017 à 12:44 :
C'est pas comme si les américains n'avaient jamais subventionné Boeing a coup de milliards de dollars et en commandes militaires, hein..., mon œil...
a écrit le 28/09/2017 à 9:11 :
S'il commence à tirer le premier, étant donné que toutes les multinationales sont subventionnées, un exemple concret avec VW qui a touché des milliards de l'europe pour au final polluer et tricher, ça risque de faire très mal l'état profond américain va vite le raisonner. Il y a des impostures majeurs dont il ne faut surtout pas parler.

On est sûr par contre que personne ne touchera aux subventions à l'agro-industrie étant donné que tous les pays subventionnent massivement les milliardaires de l'agro-alimentaire afin qu'ils continuent de nous empoisonner, enfin non à "nourrir l'humanité" c'est vrai suis-je bête...
Réponse de le 28/09/2017 à 15:14 :
Il me semble avoir lu, qu'à l'époque, une Renault polluait plus qu'une Volkswagen qui trichait.
a écrit le 28/09/2017 à 8:17 :
... vous avez dit "protectionnisme " ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :